Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
Acheter d'occasion
EUR 7,99
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 15,99

Le Vaisseau Fantôme - Der fliegende Holländer

5 étoiles sur 5 2 commentaires client

4 neufs à partir de EUR 32,00 12 d'occasion à partir de EUR 7,99

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Ernst Haefliger


Détails sur le produit

  • Interprète: Josef Metternich, Annelies Kupper, Josef Greindl
  • Chef d'orchestre: Ferenc Fricsay
  • Compositeur: Richard Wagner
  • CD (4 octobre 1993)
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Deutsche Grammophon
  • ASIN : B000001GLG
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5 2 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 293.082 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits - (Extrait)
1
30
10:08
Album uniquement
2
30
1:28
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
3
30
3:30
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
4:26
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
10:17
Album uniquement
6
30
3:48
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
11:03
Album uniquement
8
30
1:51
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
9
30
1:31
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
10
30
1:42
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
11
30
8:01
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
12
30
6:44
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
13
30
2:09
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
14
30
0:38
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,49
 
15
30
5:18
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
Disc 2
1
30
2:01
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:07
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
1:43
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
4
30
6:00
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
5:26
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
6:55
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
1:53
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
8
30
0:51
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,49
 
9
30
9:17
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,99
 
10
30
2:26
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
11
30
2:18
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
12
30
2:44
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
13
30
1:38
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,69
 
14
30
5:01
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
C'est d'abord pour Fricsay qu'on écoutera cette version du Vaisseau : sa direction claire, dynamique fait tendre l'oeuvre vers le romantisme wébérien, ce qui est assez juste. Très homogène, certains pourront trouver que les brumes maritimes ne sont pas assez opaques. La distribution est de grande qualité : Kupper est en splendide voix et Metternich, au timbre clair lui aussi, est un remarquable Hollandais, parfaitement en accord avec la direction de Fricsay. Les autres sont parfaits : Greindl, Windgassen et Haefliger.
Remarque sur ce commentaire 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Pèire Cotó TOP 50 COMMENTATEURS le 20 novembre 2009
Format: CD
J'avais commenté cette version de façon enthousiaste à partir de cette édition "Double" des années 90. Je l'ai réécoutée en octobre 2015, toujours dans la même édition, en pensant que l'expérience acquise (depuis, j'ai écouté Keilberth en 1955, Knappertsbusch de la même année, Konwitschny, Doráti et d'autres) rendrait mon jugement plus raisonnable. Mais non, je l'aime toujours autant, ou à peu près...
Néanmoins, j'ai modifié mon commentaire en octobre 2015.

Difficile pour moi de ne pas être entraîné, que dis-je, grisé par cette version ! Dès l'ouverture, Fricsay fonce vers l'abîme, cravache tout son monde et donne l'impression d'une rapidité jamais entendue dans cette œuvre (en fait, Sawallisch est aussi rapide mais ne semble pas l'être autant). Certes, cette conception a paru à certains critiques comme un peu unidimensionnelle, un peu premier degré, mais moi du moins, je marche !

Ce que fait Fricsay avec son orchestre, qui n'est pas le meilleur du monde, ce n'est pas seulement aller vite, en évitant les notes boulées. Il clarifie tout, fait entendre d'autant mieux tous les détails orchestraux que sa tendance au staccato détache bien les notes et que la prise de son d'octobre 1952 est remarquable de finesse. Malgré l'âge de l'enregistrement, il y a une grande impression de présence. Et ce qui me frappe maintenant, c'est l'impression de jeunesse et de rebondissement que donne cet enregistrement d'un chef de 38 ans.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x9aa25ac8) étoiles sur 5 3 commentaires
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x9aa393e4) étoiles sur 5 Valuable 6 octobre 2005
Par Harvey C. Greisman - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Josef Metternich gives a restrained and lyrical performance in the title role: It is free of dramatic excesses one hears in other interpretations, and the voice has a warmth and pathos that are appealing. His death earlier this year went largely unreported; while not exactly unknown in his lifetime, this baritone's talents have been commonly overlooked, despite his successes at The Met.

The conductor, Ferenc Fricsay, began his distinguished career as the leader of a military band. Some traces of his early training may be discerned in the precise, crisp, and disciplined reading he gives the score. Historians have recently examined the duration of nineteenth century performances, and have discovered that, even without cuts, Wagner's operas were played a good deal faster than they are today. While it is unlikely that he was aware of this, Fricsay navigates the Dutchman at speeds which may have appeared excessive fifty years ago, but that are now likely viewed as historically accurate. Sad to relate, he did not live past his 50th birthday.

Annelies Kupper's style belongs to another age, even considering this early '50s recording. Maybe her training and initial career in the provinces (Breslau) explains some of this. I personally don't find this troubling, but some might cast her voice as material for old B-movie operatic send-ups. Her stentorian take on the music is unsuited to the role of a dreamy, impressionable young girl, yet she does her level best with her considerable, but incongruent, talents.

The chorus is top-drawer, and there can be few complaints about the supporting roles: Sieglinde Wagner, Ernst Haefliger, and Wolfgang Windgassen, whose Act III cavatina nearly upstages everyone else.

About Acts: This recording retains the once customary practice of dividing the work into three acts. I found this refreshing at a time when revisionist musicology has sought illusory purism in a Cult of Authenticity. After seeing the Dutchman performed on several occasions,I wonder if the idiosyncratic demands of its plot preclude satisfactory staging. Maybe I've just been unlucky. Or maybe this is an example of the vocal repertoire that is better heard than seen. Anyway, there are some superior pages in the score,and this vintage recording does them justice.
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x9aa3d228) étoiles sur 5 5 stars for the performers - 3 for the recording. 25 mai 2006
Par Alan Montgomery - Publié sur Amazon.com
Format: CD
I have this performance on the old Heliodor label - a reissue at the time. The sound was certainly acceptable and, after a moment or two, the age fades away. Metternich is just as the other review says. His lyric approach gives us plenty of drama, but it also gives us a world weary approach that gains stature as the opera progresses. It does not wear out its welcome either. Kupper sings relatively well, although she can't erase the sound of Rysanek in the role. Windgassen shows how lovely his voice could be when endurance was not a key issue. Griendl tended later in his career to have a voice of aged leather. Here he is fresher and creates a likable papa. Ernst Haefliger as the steersman is luxury casting that Culshaw would have appreciated.

Fricsay leads a taut performance, aiming at propulsion without undue speed and clear textures without undercutting the Wagner "sound." This is early Wagner, and here it sounds more related to Rienzi than a precursor to the Ring. One caveat - there are some traditional cuts, notably the second verse of the Daland/Dutchman duet, part of the long duet with Senta and part of the festive scene that opens Act 3. But these were traditional at the time, and I'm not so sure but what they aren't good ideas.
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x9aa3f390) étoiles sur 5 Force 12 Beaufort 17 juillet 2011
Par Pèire Cotó - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Sorry, I am not able to write my review in English.

Après avoir fait les vérifications nécessaires, comparé les minutages grâce à la version MP3, je peux certifier que cet album correspond à la même interprétation en studio, de 1952, que l'on trouve chez Preiser plus facilement Wagner: Der fliegende Holländer.

J'ai aussi comparé les extraits MP3 disponibles dans les deux éditions sur Amazon.fr. Mon opinion est que la maison Preiser a conservé l'essentiel, mais que DGG est nettement préférable. Mais faites confiance à vos oreilles.

Difficile de n'être pas entraîné par cette version ! Fricsay fonce vers l'abîme, cravache tout son monde et donne l'impression d'une rapidité jamais entendue dans cette oeuvre (en fait, Sawallisch est aussi rapide mais ne semble pas l'être autant). La conception de Fricsay est pour certains critiques un peu unidimensionnelle, un peu premier degré, mais on marche ! Si vous avez chez vous cinq ou six versions, c'est probablement celle que vous aurez le plus souvent envie d'écouter. On ne peut que louer l'auteur d'une autre évaluation sur Amazon.fr qui parle de "direction claire, dynamique, [qui] fait tendre l'oeuvre vers le romantisme wébérien". On est en studio, cela n'enlève rien à la fièvre de l'interprétation. Notons au début du 3e acte un effet particulièrement terrifiant, peut-être impossible au théâtre, quand le choeur de l'équipage du vaisseau, semblant passer à travers un porte-voix, s'impose à celui des marins norvégiens.

Pour ce qui est de la distribution, on a un Erik et un Pilote de luxe, Wolfgang Windgassen (38 ans) et Ernst Haefliger (33 ans), un Daland difficilement dépassable, Josef Greindl, sauf que sa voix noire n'exprime pas avec évidence la bonhomie qu'on peut attendre dans le rôle.

Annelies Kupper, qui est Senta, mérite bien plus que sa médiocre réputation, ou plutôt, pour être exact, son absence de réputation. Elle n'a pas la personnalité des grandes sopranos d'une époque qui en comptait beaucoup et semble parfois peiner, mais se montre capable de mettre ses difficultés au service de la caractérisation d'un personnage qui est tout, sauf sain et équilibré. Dès sa ballade et jusqu'à la fin, elle s'impose, et jamais on ne doute, en Senta jeune, alors qu'elle avait bien 45 ans, et dramatiquement cinglée, pour dire les choses carrément, ce qui est un aspect du rôle peu contestable ! Une parenthèse ici à propos du critique qui en fait le maillon faible de cet enregistrement dans la revue déjà citée : la pureté strictement vocale est davantage nécessaire dans les rôles harmonieux et solaires que pour ceux qui contiennent en eux une félure ou une névrose.

Je suis moins satisfait du Hollandais de Josef Metternich. Il est dépourvu de basses et c'est catastrophique, même si on n'a pas Hans Hotter dans l'oreille. Courageux, il force, on peine avec lui, il est par ailleurs très investi et excelle dans l'expression, mais ce disque génial en est malgré tout un peu déséquilibré.
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?