Le Bûcher des vanités et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 9,10
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 1,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le bûcher des vanités Poche – 7 novembre 2001


Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 9,10
EUR 9,05 EUR 0,80
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 3,03

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le bûcher des vanités + Un homme, un vrai + Moi, Charlotte Simmons
Prix pour les trois: EUR 31,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Tom Wolfe devrait devenir aussi la coqueluche du public français, et son Bûcher des vanités la plus sinistre, la plus drôle, la plus juste des présentations de la vie new-yorkaise. Il s'avale avec un plaisir qui ne se dément pas. Nicole Zand, Le Monde.Le roman choc de Tom Wolfe. Où il est question de la chute d'un gagneur de Wall Street. Sur fond de convulsive fresque new-yorkaise. Vraiment saisissant ! Jean-Louis Kuffer, Le Matin .Succès phénoménal aux États-Unis, voilà un pavé qui n'a pas fini de ricocher !? C'est « the » roman encore jamais écrit sur cette ville et ses épicentres mondialement nerveux : la Bourse et les conflits raciaux, l'argent, la politique, la presse, la justice, le courage et la lâcheté, du grand spectacle en cinémascope. Véronique Le Normand, Marie-Claire.Cauchemardesque, fascinant, drôle et passionnant, Le Bûcher des vanités s'impose sans doute comme le livre qu'il faut avoir lu sur ce qui est aujourd'hui la « ville moderne » par excellence. Patrick de Jacquelot, Les Échos.N'auriez-vous les moyens ou le temps de n'en lire qu'un seul, que ce soit ce Bûcher des vanités, cet incendie de mots éclairant la nuit contemporaine. Jean David, V.S.D.

Biographie de l'auteur

Créateur de ce qu'on a appelé le Nouveau Journalisme aux Etats-Unis, Tom Wolfe imprimait un tournant à la littérature américaine avec son Bûcher des vanités, construit sur le modèle des œuvres de Balzac et de Zola et qui, depuis sa publication, est devenu LE roman sur New York et un best-seller mondial. Ses romans suivants, Un homme, un vrai en 1999 et Moi, Charlotte Simmons en 2006, publiés aux Editions Robert Laffont, ont tout autant créé l'événement. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez Le bûcher des vanités contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 917 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche; Édition : Le Livre de Poche (7 novembre 2001)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253053406
  • ISBN-13: 978-2253053408
  • Dimensions du produit: 16,6 x 3,2 x 11,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (36 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 6.504 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

28 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par RaZ sur 13 août 2006
Format: Poche
Par où commencer ? Le bûcher des vanités est le plus long roman que j'ai lu, 921 pages avalées en une semaine, et j'écris cette chronique à peine un jour après avoir ingéré ce monstre.

Donc, l'histoire se déroule exclusivement à New York, ville mondiale archi-connue des Etats-Unis. Connaît-on vraiment cette ville ? Pas vraiment quand on y réfléchit, on a vu bien souvent dans les films l'étincelantes île de Manhattan avec tous ces immeubles dressés, mais qu'en est-il des quartiers comme Harlem et le Bronx ? Un territoire moins connu, assurément.

Qu'importe, Tom Wolfe propose une exploration en profondeur de cette ville, des quartiers les plus pourris aux buildings boursiers les mieux ornés avec une démarche quasi journalistique. Sans se fier aux préjugés, il arrive à dresser des portraits juste : misère et crasse pour le Bronx, luxe et mondanité pour Park Avenue. Tom Wolfe nous instruit sur New York et par extension il nous instruit sur le Etats-Unis et leur fracture sociale énorme.

Les contrastes entre deux mondes qui s'opposent ressortent grâce à la trame de l'histoire, qu'on pourrait résumer comme étant une compromettante affaire d'un golden boy de Wall Street qui déchaîne les passions dans toutes les parcelles du pouvoir, surtout pour les personnes travaillant dans les rouages. Politique, média, justice, pognon et drame humain sont les sujets abordés par cette oeuvre majeure, tout le monde veut tirer son épingle du jeu, que ce soit pour l'argent, l'égo, les filles où simplement sauver sa peau, les voilà les vanités.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par Niok sur 9 janvier 2007
Format: Poche
L'idée de Wolfe est de présenter objectivement, journalistiquement, la réalité économique et sociale. Ici, pas de bons sentiments, mais des luttes d'intérêt et de pouvoir. Du réalisme à la Balzac.

Ce livre est extraordinaire. Il raconte la descente aux enfers (arrestation, condamnation) d'un personnage renversant quelqu'un sur une bretelle d'autoroute. Il n'y est pas pour grand-chose, mais diverses considérations font qu'il ne s'en sort pas.

Le côté engrenage dont rien ne peut faire sortir est abominablement bien rendu et donne envie de rester loin de la justice.

L'écriture est parfaite. On vit toutes les épreuves du héros, on veut qu'il s'en sorte... pour la première fois de ma vie, j'ai dû m'identifier à lui. Ce livre m'a oppressé du début à la fin, m'a fait réfléchir... lisez-le, c'est une vraie expérience littéraire !

(Par contre, ne croyez pas, comme moi, prolonger cette découverte par *Un homme, un vrai*, du même auteur qui n'est qu'une pâle copie de ce livre.)
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par aureliza sur 25 juillet 2006
Format: Poche
Cette critique acerbe de la société new-yorkaise des années 80 n'épargne personne, du pitoyable dealer du Bronx au golden boy timoré de Park Avenue, en passant par les magistrats mesquins et les journalistes avides de scandale... et le lecteur se régale devant cette étonnante galerie de portraits.

Dans un contexte d'inégalités raciales criantes et à la veille des élections, on assiste à l'instrumentalisation du débat de l'égalité devant la justice... Ou pour récupérer des voix on n'hésite devant rien. Il y en a un qui va prendre plus cher que les autres évidemment, et ici le bouc émissaire est un trader de haut vol, sur lequel on va s'acharner pour faire croire aux pauvres qu'ils ne sont pas les seuls à en baver...

En dépit de cette ambiance malsaine, on assiste à des scènes réjouissantes de ridicule où chacun reconnaitra en partie ses défauts. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu, n'hésitez plus, ce pavé se lit d'une traite!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Alastor78 VOIX VINE sur 6 octobre 2008
Format: Poche
900 pages!
900 pages sur New York, 900 pages sur la société, 900 pages sur les années 80, 900 pages sur les tensions raciales, sur la politique, sur le journalisme, sur la lois, sur les riches, sur les pauvres...900 pages sur le monde!
Le bucher des vanités c'est un peu la bible satirique des temps modernes. Munie d'une plume habile et parfumée d'un humour cinique, Tom Wolfe entreprant le portrait de la plus célèbre des villes du monde. Il nous asperge de détails, nous noie sous des tonnes d'anecdotes et alors qu'on commence à franchement perdre pied, l'histoire de Sherman McCoy, boursier de WallStreet, emerge enfin des pages et vient donner un sens à toutes ces infos qu'on a obtenue. Dans le bucher des vanités, la ville est vivante et chaques découvertes qu'on y fait à son intêret sur l'histoire. Wolfe ne pose pas qu'un cadre à l'histoire, il batie des murs de bétons inébranlables, jette son héros à l'intérieur de cette demeure fraichement battit puis lui claque la porte au nez. L'antipathique riche devient alors la proie d'un système sauvage et absurde, ou les questions sociales et raciales ont pris une telle importance que la forme du problème est passé outre le fond. Sherman se bat contre des hommes qui sous couvert de justice sociale, sont en quête de pouvoir. Il n'y a ni bons ni méchants dans cette histoire mais le soutient du lecteur finit très logiquement par se porter à l'ancien "maître de l'univers". On tombe avec lui, en cherchant encore et toujours une bribe d'espoir capable de désamorcer l'engrenage...et le suspence fonctionne!
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?