Le Banquier anarchiste et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Le Banquier anarchiste sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Le banquier anarchiste [Broché]

Fernando Pessoa , Françoise Laye
4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
Prix : EUR 5,05 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 12 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 4,99  
Broché EUR 5,05  
Poche --  

Description de l'ouvrage

18 octobre 2007 Titres (Livre 63)
Cet ouvrage, paru en 1922 sous le nom de Pessoa, est un véritable brûlot, aussi explosif, détonant et jubilatoire aujourd'hui que lors de sa publication.
Ce texte court reste l'unique oeuvre de fiction publiée du vivant de l'auteur. Au terme du repas, un banquier démontre à ses convives que ses convictions et ses actions en matière d'anarchisme n'ont rien à envier à celles des poseurs de bombe. Il déploie ainsi les trésors d'une rhétorique insidieuse au service de sa personne et s'installe dans de provocants paradoxes.
Si ce banquier anarchiste nous enchante avec ses raisonnements par l'absurde et une mauvaise foi réjouissante, il s'agit surtout d'un pamphlet incendiaire contre la «société bourgeoise» (autrement dit : la nôtre), ses hypocrisies et ses mensonges. C'est aussi une dénonciation du pouvoir de l'argent, qui mine de l'intérieur le bien le plus précieux de l'homme : la liberté.

Né à Lisbonne en 1888, Fernando Pessoa y mène longtemps l'existence obscure d'employé de bureau. Mais le 8 mars 1914, ce poète introverti, idéaliste, voit surgir en lui son double antithétique, le maître «païen» Alberto Caeiro, suivi de deux disciples : Ricardo Reis, stoïcien épicurien, et Álvaro de Campos, qui se dit «sensationniste». Un gratte-papier, Bernardo Soares, tient le journal de son «intranquillité» dans une prose somptueuse, tandis que Pessoa explore toutes sortes de voies, de l'érotisme à l'ésotérisme. Jusqu'à sa mort en 1935, il entasse ses manuscrits dans une malle. Ces fragments d'une oeuvre composite et inachevée ont été découverts des années après et publiés pour l'essentiel chez Christian Bourgois.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le banquier anarchiste + Le livre de l'intranquillité + Lisbonne
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Le livre de l'intranquillité EUR 27,40
  • Lisbonne EUR 4,10


Descriptions du produit

Amazon.fr

Voilà sans doute l'un des plus brillants exercices de déduction qu'ait écrits Pessoa ! À la manière des dialogues antiques, cette conversation d'après-dîner entre deux amis prend vite l'allure d'une rigoureuse démonstration scientifique. En virtuose de la logique la plus effrénée, le banquier explique comment il est devenu anarchiste ou, plutôt, l'anarchiste démontre pourquoi son emploi de banquier était le seul processus d'action anarchiste vraiment réalisable. À travers une argumentation non dénuée d'humour et de passion, il évince toutes les objections qui pourraient contrer la théorie anarchiste et ses moyens d'exécution. Courageusement, il épluche ses doutes, considère les écueils, échafaude pour chacun des solutions, sans générer une once d'ennui de la part de son auditoire (ni de son lecteur !).

Bien que ce texte, paru dans la revue Contemporanea en 1922, ait reçu d'abord peu de considération de la part des critiques, il est indéniable que Fernando Pessoa lui a au contraire toujours attribué une grande importance, au point de le traduire en anglais dès sa publication. Il demeure un indispensable pour une connaissance complète du poète. --Laure Anciel --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Extrait

Nous finissions de dîner. En face de moi, mon ami le banquier, commerçant et accapareur notoire, fumait, l'air absent. La conversation était allée en mourant et gisait, maintenant morte, entre nous. Je cherchai à la ranimer et saisis, au hasard, la première idée qui me traversa l'esprit. Je me tournai vers lui en souriant :
- Au fait : on me disait l'autre jour qu'autrefois, vous aviez été anarchiste...
- Que j'ai été, non : je l'ai été et je le suis toujours. Je n'ai pas changé sur ce point. Je suis anarchiste.
- Elle est bien bonne ! Vous, un anarchiste ? Et en quoi donc êtes-vous anarchiste ?
À moins que vous ne donniez à ce mot un sens différent...
- Différent du sens ordinaire ? Pas du tout. Je prends ce mot dans son sens le plus banal.
- Alors vous voulez dire que vous êtes anarchiste au sens où sont anarchistes ces types qu'on voit dans les organisations ouvrières ? Et qu'entre vous et ces types-là, avec leurs bombes et leurs syndicats, il n'y a réellement aucune différence ?
- Enfin, des différences, il y en a, bien sûr... Mais les différences ne sont pas là où vous le croyez. Vous pensez peut-être que mes théories sociales ne sont pas semblables aux leurs ?
- Ah, je vois ! En théorie, vous êtes anar­chiste ; mais en pratique...
- En pratique, je suis tout autant anarchiste qu'en théorie. Et quant à la pratique, je le suis beaucoup, mais beaucoup plus que tous ces types dont vous parlez. D'ailleurs, toute ma vie le prouve.
- Hein ?
- Mais oui, toute ma vie le prouve. En réalité, vous n'avez jamais considéré la question avec lucidité. Voilà pourquoi vous avez l'impression que je dis une ânerie, ou bien que je me moque de vous.
- Mon vieux, je n'y comprends plus rien ! Ou alors... alors vous jugez votre existence dissolvante, antisociale, et c'est le sens que vous donnez à l'anarchisme...
- Je vous ai déjà dit que non - enfin, je vous ai dit et répété que je ne donnais pas à ce mot un sens différent de celui qu'on lui donne d'ordinaire.
- Bien, bien... Mais je ne comprends toujours pas. Enfin, mon cher, vous voulez dire qu'il n'existe aucune différence entre vos théories, véritablement anarchistes, et leur mise en pratique dans votre vie - votre vie telle qu'elle est aujourd'hui ? Vous voulez me faire croire que vous menez une vie exactement semblable à celle des gens qu'on appelle communément des anarchistes ?
- Mais non ; il ne s'agit pas de cela ! Ce que je veux dire, c'est qu'entre mes théories et ma pratique quotidienne, il n'y a aucune divergence - mais, au contraire, une conformité absolue. Que je ne mène pas la même vie que ces types férus de bombes et de syndicats, c'est certain. Mais c'est leur vie à eux qui est en contradiction avec l'anarchisme et leurs propres idéaux. Pas la mienne. C'est en moi - oui, en moi le banquier, le grand commerçant, le profiteur si vous voulez - que la théorie et la pratique de l'anarchisme se rejoignent et trouvent leur expression parfaite. Vous m'avez comparé à ces imbéciles, ces amateurs de bombes et de syndicats, pour bien me montrer à quel point je suis différent d'eux. Je le suis, bien sûr ; seulement, la différence entre nous, c'est qu'ils ne sont, eux, anarchistes qu'en théorie ; moi, je le suis en théorie et en pratique. Ils sont, eux, anarchistes et stupides ; moi, je suis anarchiste et intelligent. Autrement dit, mon vieux, c'est moi le véritable anarchiste. Ces gens-là, avec leurs bombes et leurs syndicats (j'en ai été, moi aussi, et j'en suis sorti justement à cause de mon anarchisme bien réel), ces gens-là sont le rebut de l'anarchisme, les femelles châtrées de la grande doctrine libertaire.
- Elle est forte, celle-là ! C'est complètement fou. Mais comment conciliez-vous votre vie - je veux dire votre vie de banquier et de commerçant - avec les théories anarchistes ? Comment la conciliez-vous, alors que vous affirmez entendre par théorie anarchiste exactement la même chose qu'un anarchiste quelconque ? Et par-dessus le marché, vous venez me dire que si vous différez de ces gens-là, c'est que vous êtes plus anarchiste qu'eux - c'est bien cela ?

Détails sur le produit

  • Broché: 105 pages
  • Editeur : Christian Bourgois Editeur (18 octobre 2007)
  • Collection : Titres
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2267019450
  • ISBN-13: 978-2267019452
  • Dimensions du produit: 17,4 x 10,2 x 0,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 56.530 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.2 étoiles sur 5
4.2 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le banquier anarchiste 6 octobre 2011
Format:Broché
Parmi l'œuvre de Fernando Pessoa le « Banquier Anarchiste » est une de ces fictions les plus courtes une écriture limpide et fluide. Le dialogue très dynamique entre le Banquier et ses convives donne l'impression au lecteur d'être dans la discussion, le banquier dévoile avec lucidité les mécanismes et mythes fondateurs de la société bourgeoise de manière pratique et avec beaucoup d'humour.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Prémonitoire? 10 février 2009
Par Bruno
Format:Broché|Achat vérifié
Cet essai, écrit en 1922, est d'une actualité étonnante! A la limite du sophisme, sa "démonstration" ne pourra que vous revigorer, ce qui n'est pas forcément inutile vu le le "vent mauvais" soufflant actuellement...

Je conseille sans réserve sa lecture, quelle que soit votre "sensibilité politique" (si vous en avez une!).
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3.0 étoiles sur 5 Un texte mineur dans l'oeuvre de Pessoa 13 février 2013
Par JMA
Format:Broché|Achat vérifié
Très court récit, il s'agit presque d'un monologue, tant le deuxième personnage intervient peu. Le discours paradoxal du banquier est parfois amusant, mais on est quand même très loin du niveau du "Livre de l'intranquillité". A la fin du livre, on trouve quelques petites variantes. Pessoa devait retravailler cette fiction, sans doute pour lui donner plus d'épaisseur, mais il n'a malheureusement pu aller jusqu'au bout de son projet. Curiosité à la fin, une traduction de cette œuvre (inachevée) en anglais, faite par Pessoa lui-même.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?