Commencez à lire Le crépuscule de la démocratie : petite collection blanche sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Le crépuscule de la démocratie : petite collection blanche (Essai blanche)
 
Agrandissez cette image
 

Le crépuscule de la démocratie : petite collection blanche (Essai blanche) [Format Kindle]

Nicolas Grimaldi
4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)

Prix éditeur - format imprimé : EUR 11,00
Prix Kindle : EUR 7,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 3,01 (27%)

App de lecture Kindle gratuite Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 7,99  
Broché EUR 11,00  
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !





Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'avant-propos

La France a le sommeil agité, mais elle dort. Après tant de tribulations, de révolutions, de convulsions, elle n'aspire qu'à se reposer. Qu'elle devrait se réformer si elle voulait survivre, elle le sait. Mais elle ne le peut plus. Elle rêve de le vouloir, mais n'est plus capable d'aucune volonté. Alors, par une sorte de réflexe, chaque nouvelle élection lui est une occasion de sortir les sortants. Comme elle ne cesse de les sortir, elle fait à chaque fois rentrer ceux qu'elle avait auparavant sortis, de sorte que les nouveaux entrants sont les anciens sortants. La vie politique est ainsi devenue une sorte de noria. Aussi impatients que soient les principaux partis de parvenir au pouvoir, il ne leur faut à chaque fois qu'un peu de patience pour le retrouver.
N'existant que par le nombre de sièges qu'ils occupent au Parlement, ces partis ont d'ailleurs moins de réalité que d'apparence. Car le nombre de leurs adhérents est à peine supérieur à celui de leurs élus. Nous avons donc affaire à quelque vertigineuse disproportion entre la représentation politique de ces partis et leur importance réelle. Ils sont devenus des sortes de clubs où s'inscrivent, dès qu'ils sont en âge de miser au casino, tous ceux qui se sentent à l'étroit dans le peu qu'ils paraissent, et aspirent par conséquent à occuper autant de charges publiques qu'ils en trouveront à leur portée. Comme pour n'importe quelle loterie, sans doute tous les billets ne sont pas gagnants, mais la première condition pour emporter la mise est d'avoir pris son billet. Par quelque malchance qu'on ait pu débuter, la noria électorale ne manquera pas de faire tourner la roue, et de rendre une fois ou l'autre gagnant le numéro qu'elle avait écarté à la fois précédente.
Aussi n'y a-t-il rien qui ressemble aux sentiments et aux émotions de la vie politique comme ceux d'un casino. Ici et là, en effet, on peut tout attendre de la chance. Car la chance est un autre nom de la fortune. Étant aveugle, la fortune n'a pas plus égard à la vertu qu'au talent. Elle laisse donc équitablement sa chance à tout le monde. C'est ce qui rend si présomptueux et si vain tout pronostic en politique : c'est souvent à celui qui paraissait avoir le moins de chance que la fortune a souri. La première vertu, en politique, est d'être assez modeste pour n'être jamais dépité. A défaut que le succès y puisse être obtenu par le talent, du moins y récompense-t-il souvent la persévérance.
Aucun homme politique, il va de soi, ne se sent donc en charge des plus hauts intérêts de la nation, ni moins encore de la volonté générale. S'appliquant du mieux qu'il peut à figurer parmi ses collègues et à mériter leur confiance sans paraître s'en distinguer, chacun y fait tout le mieux qu'il peut en faisant comme les autres. Pas un, par conséquent, qui se sente effrayé de faire ou de changer la loi. Selon la saison ou selon la direction des vents, on prend donc celle-ci, on abroge celle-là, sans que nul ne soit effleuré par l'idée d'avoir ainsi décidé de ce que doit être l'humanité. (...)

Présentation de l'éditeur

La démocratie moderne serait-elle devenue une réalité trop fragile, et trop éloignée de ses propres principes, pour être confiée aux manipulateurs qui prétendent l’incarner ?


Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 399 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 58 pages
  • Editeur : Grasset (7 mai 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00JOA5IIQ
  • Word Wise: Non activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°52.581 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5
4.2 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Format Kindle|Achat vérifié
Dès la préface, l’auteur donne le ton en menant une charge impitoyable contre les partis politiques « qui ont moins de réalité que d’apparence » et rassemblent « tous ceux qui se sentent à l’étroit dans le peu qu’ils paraissent ».
Face à l’émiettement du corps social, il met en cause nos institutions. Il précise toutefois que notre système politique, même s’il n’est pas vraiment démocratique, est le seul rempart contre le pire, montrant également que « le monde d’hier était bien pire que celui d’aujourd’hui ».
Il accuse : « Il n’y a plus d’idées politiques en France. Il n’y a que des slogans…des clients à servir et une majorité à conserver ». Il disserte sur l’abstentionnisme, sur l’hypertrophie de la fonction présidentielle et l’impossibilité d’être « le Président de tous les Français ». Il aborde l’incapacité à réformer ainsi que l’inéluctabilité de l’alternance.
Il considère que le Parlement ne sert plus à rien et qu’une cinquantaine de députés suffiraient. Il cite abondement Tocqueville pour expliquer que les gens de talent se tiennent à l’écart du pouvoir et que les compétences nuisent à la carrière politique. Il explique que, selon lui, démocratie et république sont deux pôles opposés entre lesquels nous naviguons.
Très bien écrit, intelligent et savoureux, cet essai fourmille d’idées intéressantes et est très agréable à lire. On peut toutefois regretter l’absence de plan qui fait qu’on s’égare parfois dans l’enchainement des analyses.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Par Auzanneau
Format:Broché|Achat vérifié
Un merveilleux petit ouvrage, qui permettra à plus d'un de mieux maîtriser les enjeux que pose, pour demain, notre système de représentations sociales et politiques...L'écriture, claire, concise, est pleine de cette belle alacrité, propre à stimuler l'esprit et...la lucidité.
Les conditions de livraison, d'emballage et de réception ont été très satisfaisantes.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Par olab
Format:Broché|Achat vérifié
Nicolas Grimaldi ne se contente pas de constater le naufrage démocratique des États contemporains, et notamment de la France, il analyse clairement le problème de la représentation. L'enjeu est bien là. Il souligne très efficacement la différence entre république et la démocratie. Tout cela dans le grand style philosophique qu'on lui connaît, de quoi humilier pour toujours la corporation des journalistes politiques...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2.0 étoiles sur 5 Le crépusucule de la démocratie 30 juillet 2014
Format:Broché|Achat vérifié
Ouvrage un peu sommaire. Un seul passage intéressant sur les nuances entre démocratie et république. Mais pas un mot sur la dérive française vers la monarchie parlementaire et sur les députés-fonctionnaires.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Broché|Achat vérifié
On s est tous souvent demandé pourquoi les plus brillants , les plus compétents , les plus " successfull ",
Les plus intelligents ne gouvernent pas nos démocraties !
Les réponses sont diverses ! Mais comme pour les tests qui prouvent d abord le talent â les résoudre ,
L'exercice du pouvoir indique surtout l'aptitude à l avoir conquis !
Servi par une écriture brillante Nicolas Grimaldi fait part de son pessimisme tout au long de son essai
Face au constat que les élites au pouvoir ne " représentent" guère que leur propres intérêts oû ceux de leur parti et
Que loin des intérêts du pays , leur priorité est d abord de se faire réélire !
Indispensable !!!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique