EUR 34,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le diable dans la ville b... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le diable dans la ville blanche Broché – 14 avril 2011


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 34,00
EUR 27,20 EUR 4,74

Fête des Mères Fête des Mères


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le diable dans la ville blanche + Dans le jardin de la bête
Prix pour les deux : EUR 42,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Un homme construit le paradis sur Terre, l'autre y fait régner l'enfer.1893 : l'Exposition universelle de Chicago est l'occasion pour les États-Unis de montrer leur puissance au reste du monde. Au cœur de cet événement sans précédent, le célèbre architecte Daniel H. Burnham, créateur du premier gratte-ciel, à qui revient la tâche de créer une cité de rêve, la Ville blanche. On attend près de 30 millions de visiteurs, de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Houdini, Frank Lloyd Wright ou Thomas Edison.Mais, dans l'ombre de l'Exposition, une autre figure accomplit de bien plus noirs desseins : H. H. Holmes, un jeune médecin apparemment bien sous tous rapports, en réalité l'un des tueurs en série les plus terrifiants de l'histoire du crime, sur la piste duquel se pressent un inspecteur d'une incroyable tenacité et une étrange association, le Whitechapel Club.Vendu à plus d'un million d'exemplaires outre-Atlantique, bientôt porté à l'écran avec Leonardo DiCaprio, ce document bénéficie d'une construction et d'un sens de l'intrigue dignes des plus grands auteurs de thrillers. Une formidable histoire où l'on constatera, une fois de plus, que la réalité dépasse toujours la fiction.

Biographie de l'auteur

Erik Larson est journaliste. Le Diable dans la Ville blanche est son premier livre traduit en Français. Il a été vendu à plus d'un million d'exemplaires outre-Atlantique.


Détails sur le produit

  • Broché: 650 pages
  • Editeur : LE CHERCHE MIDI (14 avril 2011)
  • Collection : Thrillers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2749117089
  • ISBN-13: 978-2749117089
  • Dimensions du produit: 22 x 4,6 x 14,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (29 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 216.058 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

20 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile  Par Frederi© Fontes TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 16 avril 2011
Format: Broché
Difficile de considérer ce roman d'Erik Larson comme un thriller. À mon humble avis, ça n'en est pas un. C'est une chronologie historique un brin romancée, une bible sur l'essor de l'industrialisation à Chicago en 1893, richement documentée mais sans les artifices de styles et de constructions qui définissent le thriller. Le Diable dans la ville blanche est une fresque passionnante sur cette course à l'industrialisation qu'a connu Chicago lors de la préparation de son exposition universelle de 1893. La ville ne comptait pas rater l'occasion de faire mieux que l'exposition de Paris de 1889 et sa fameuse Tour Eiffel. Une course contre la montre est engagée pour tenir les délais. Pendant ce temps là, une autre personne va rentrer dans l'Histoire, celui qui est considéré comme le premier tueur en série des États-Unis. Ce diable dans la ville blanche, c'est le Dr. H. H. Holmes, psychopathe en puissance. La puissance est le sentiment qui va rassembler ces deux "architectes". La comparaison métaphorique entre ces deux incarnations est intéressante puisque si ils ont beaucoup de point commun à la base, ils vont partir dans deux directions opposées : l'un va travailler au grand jour et voir son travail sublimé par la fée électricité. L'autre va œuvrer dans l'ombre sous le nez de tous. La lumière et l'ombre ...Un bâtisseur qui se prend pour Dieu, un ange de la destruction qui se prend pour le Diable.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par KALIBAN TOP 1000 COMMENTATEURS le 12 janvier 2013
Format: Poche
l ne s'agit pas évidemment pas de Sherlock Holmes mais du jeune médecin Henry Howard Holmes (1860-1896) un des tous premiers tueurs en série des Etats-Unis qui avoua, lors de son procès, 27 meurtres. Il a notamment sévi à Chicago à l'occasion de l'exposition universelle de 1893.

LE DIABLE DANS LA VILLE BLANCHE rassemble ces deux récits historiques à la fois fort intéressants et extrêmement bien documentés.
Tout d'abord, l'aventure de cette exposition universelle qui devait relever le double challenge de faire mieux que celle de Paris de 1899 et de supplanter la tour Eiffel. Le récit des préparatifs de cette exposition orchestrée par l'architecte Daniel Burnham est aussi original que passionnant : difficultés financières et techniques, défis technologiques et architecturaux à surmonter, rivalités, course contre la montre afin de respecter les délais, élaboration des différentes attractions... Surnommée la ville blanche (tous les palais avaient été uniformément recouvert de blanc), elle fut couronné de succès (27 millions de visiteurs) notamment grâce au cirque de Buffalo Bill mais aussi à la première grande roue (80 m).
Le second récit est celui du tueur en série, H.H.Holmes, qui fit construire un diabolique hôtel doté de chambres insonorisées et d'un four crématoire à proximité de Jackson Park là où se tenait l'expo.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par KALIBAN TOP 1000 COMMENTATEURS le 12 janvier 2013
Format: Broché
Il ne s'agit pas évidemment pas de Sherlock Holmes mais du jeune médecin Henry Howard Holmes (1860-1896) un des tous premiers tueurs en série des Etats-Unis qui avoua, lors de son procès, 27 meurtres. Il a sévi à Chicago à l'occasion de l'exposition universelle de 1893.

LE DIABLE DANS LA VILLE BLANCHE rassemble ces deux récits historiques à la fois fort intéressants et extrêmement bien documentés.
Tout d'abord, l'aventure de cette exposition universelle qui devait relever le double défi de faire mieux que celle de Paris de 1899 et de supplanter la tour Eiffel. Le récit des préparatifs de cette exposition orchestrée par l'architecte Daniel Burnham est aussi original que passionnant : difficultés financières et techniques, défis technologiques et architecturaux, rivalités, course contre la montre afin de respecter les délais, élaboration des différentes attractions... Surnommée la ville blanche (tous les palais avaient été uniformément recouvert de blanc), elle fut couronné de succès (27 millions de visiteurs) notamment grâce au cirque de Buffalo Bill mais aussi à la première grande roue (80 m).
Le second récit est celui du tueur en série, H.H.Holmes, qui fit construire un diabolique hôtel doté de chambres insonorisées et d'un four crématoire à proximité de Jackson Park là où se tenait l'expo. Ce médecin, aimable et séduisant, a été capable des pires atrocités : usurpations d'identité, escroqueries, bigamie et bien sûr meurtres de femmes, d'hommes mais aussi d'enfants.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?