Le fils et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le fils a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le fils Poche – 5 janvier 2012


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,20
EUR 4,00 EUR 0,01

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le fils + Manuel d'anatomie et de physiologie + Petit précis de sciences humaines : Psychologie, sociologie, anthropologie
Prix pour les trois: EUR 55,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

On peut vivre avec ça. Ça, la mort d'un enfant. Orphelin de son fils, Michel Rostain lui prête sa voix. Il dit la douleur d'en haut, la mémoire en face. L'avant et l'après. L'énigme avec pudeur. La vie continue. Les mots restent. Cet ouvrage a reçu le Prix Goncourt du 1 er roman ainsi que le prix du roman de l'Académie de Médecine (prix Jean Bernard).

Biographie de l'auteur

Michel Rostain vit à Arles. Né en 1942, metteur en scène d'opéras, il a dirigé la Scène nationale de Quimper (Théâtre de Cornouaille) de 1995 à 2008.


Détails sur le produit

  • Poche: 150 pages
  • Editeur : Pocket (5 janvier 2012)
  • Collection : Pocket
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266216325
  • ISBN-13: 978-2266216326
  • Dimensions du produit: 11,1 x 1,3 x 18,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (39 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 53.812 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Michel Rostain vit à Arles. Né en 1942, metteur en scène d'opéras, il a dirigé la Scène Nationale de Quimper, Théâtre de Cornouaille de 1995 à 2008. Son premier livre, Le Fils, a reçu le Goncourt du premier roman en 2011 et est devenu un best-seller en France et à l'étranger.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

37 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile  Par guillaume75 le 12 février 2011
Format: Broché
Dans son roman, Michel Rostain arrache des larmes au lecteur mais parvient aussi à le faire rire. Avec une écriture percutante et lucide, il fait parler son fils Lion, terrassé par une méningite à 20 ans, pour raconter l'horreur, le deuil si difficile et le sentiment de perte inéluctable.

Par la voix tendre et ironique de son fils, Michel Rostain raconte en particulier les épisodes qui marquent chaque minute du jour fatidique puis les jours et les semaines qui suivent la mort, du plus bouleversant au plus absurde : emporter la couette chez le teinturier, faire les courses au supermarché, le marketing des catalogues de cercueils...

Mais il parle aussi de ses propres secrets, de la musique, du théâtre, de l'éruption du volcan islandais qui bouleverse la planète quand le père lui-même est anéanti par le chagrin.Il dit encore le chaos et la solitude qui suivent l'enterrement, quand l'absence commence véritablement, et la vie qui pourtant force son chemin têtu jour après jour.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par ides60 le 11 octobre 2011
Format: Broché
Le fils emporté par une maladie foudroyante fait ses commentaires sur le comportement de ses parents face à son décès subit. Il décrit tout ce qui leur passe par le coeur et la pensée.
De son côté il fait quelques petites remarques sur des choses personnelles que les parents ignoreront toujours.
On sent cet amour immense et inassouvi, ce sentiment d'injustice que ressente les proches quand un jeune décède.
Souvent un deuil de ce genre fait péricliter le couple, ici ce n'est pas le cas, les parents semblent très soudés et s'aider mutuellement pour faire face à ce vide horrible. Les amis les entourent et les soutiennent. Mais la mort d'un gosse malgré tout ça vous démolit.
J'ai été sensible à ce bouquin et au thème abordé, mais je n'ai pas été trop séduite par l'écriture.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Dr King TOP 1000 COMMENTATEURS le 9 juillet 2011
Format: Broché
Comment peut-on continuer à vivre lorsque une partie de soi vient de mourir. C'est ce que Michel Rostain tente de nous faire imaginer dans ce très prude roman.
C'est l'histoire d'un couple de quarantenaires qui perd son fils, mort brutalement d'une méningite (dite foudroyante). Une catastrophe aussi inattendue qu'effroyable. Demain ne sera plus jamais comme hier, alors à quoi bon continuer?
Et pourtant, ils n'ont pas le choix : alors ils décideront de tout ce qui adviendra dorénavant, à commencer par l'enterrement du "fiston" qui ne sera pas synonyme de noir et de froid...
La suite sera un mélange de larmes, de colère, de rires et de questions imaginés et racontés avec une sublime douceur par le narrateur.
Un livre passionnant, touchant, surprenant qui ne sera jamais inutile d'entamer (une ou plusieurs fois...).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gerard Müller TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE le 4 février 2013
Format: Poche Achat vérifié
Le fils/Michel Rostain
Prix Goncourt du premier roman 2011.
Je commence ma lecture…
Dès le deuxième paragraphe, je suis mis face à une situation étrange, inattendue et paradoxale, pour ne pas dire incongrue teintée d’humour: « Le onzième jour après ma mort, papa est allé porter ma couette à la teinturerie. »
Bon , je n’étais pas préparé à une telle claque et j’essaye de m’en remettre et je réfléchis …
Lion, le fils, raconte sa maladie, son agonie et sa mort à 21 ans suite à une méningite fulminante ; et ce qui suit.
Car la mort est une chose, mais les tracas à suivre en sont une autre : à peine mort, il faut préparer les obsèques.
Les obsèques de Simon, ami du père de Lion furent une répétition pour les parents de Lion. Au grand oral de la mort se greffent une série de situations burlesques où la dérision le dispute au tragique et au cynisme.
« Pas facile de gérer la mort, entre profane et sacré…. Le deuil est une école de réalisme. »
Tout au long de ces lignes on découvre l’amour immense d’un père pour son fils. L’injustice, comme si la justice avait quelque chose à voir, et l’inéluctabilité inhérentes à ce drame contre nature torturent des parents qui n’imaginaient pas un instant devoir survivre à leur descendance. Le deuil, il vont le porter tel une croix pendant longtemps, de façon assez originale.
J’ai beaucoup souri à cette lecture, mais avec une lourdeur au corps comme si j’avais pris un coup violent.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Papoulin le 15 mai 2011
Format: Broché
Il fallait que Michel Rostain exprime sa douleur et son chagrin, mais un homme ça ne pleure pas...et pour ne pas pleurer en public, il fait parler son fils disparu comme un témoin de l'au-delà.

Grâce à ce subterfuge, l'auteur peut parler de sa peine sans l'étaler publiquement, car s'il s'était exprimé lui-même, on devine que ce roman n'aurait été qu'un long cri de douleur .
''Mais ça n'est pas triste : on rit même de bon coeur'' ai-je entendu dans diverses critiques.
Non je n'ai pas ri : les clowns sont toujours tristes...seul le fils pouvait se permettre de plaisanter sur des situations qui, au demeurant, n'avaient rien de comiques.
Un livre bien écrit, dramatique et beau, et on a du chagrin avec le père du fils.

Mais le fils n'a pas vu le chagrin de la mère...aurait-il pu en parler ? il faut croire que non : la pudeur est-elle un héritage du père ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?