undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles145
4,0 sur 5 étoiles
Format: BrochéModifier
Prix:23,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 juin 2013
C'est avec brio et toujours autant de noirceur voire de pessimisme (Les gens mauvais ne changent pas) que Camila Läckberg nous offre la suite des aventures d'Erika Falck et de Patrick Hedström. Une Camilla très en forme, dans ses meilleurs jours cette fois, bien loin du "prédicateur" et surtout de "l'oiseau de mauvais augure" qui, selon moi, n'étaient pas à la hauteur des talents de l'écrivaine.
"Le gardien de phare" s'inscrit dans la lignée des excellentissimes "La princesse des glaces", "l'enfant Allemand" et surtout "Le tailleur de pierre".
Le thème central de ce livre se tourne cette fois vers les femmes et les enfants victimes de la violence des hommes, souvent leurs pères et maris.
Au travers des différents personnages, quelle que soit leur époque, l'auteur nous dépeint le quotidien sans issue de femmes et d'enfants dévastés par les violences domestiques.
Qu'il s'agisse d'Emelie et de son fils Gustav, d'Annie et de Sam, D'Anna, Madeleine et leurs enfants, ou bien encore de Viviane et son frère, toutes ont servi de défouloir à un père ou un mari violent. Certaines pourront s'en sortir, d'autres pas... La vision de Läckberg sur ce point est assez fataliste d'ailleurs: certaines femmes sont si détruites que seule la mort représente une véritable échappatoire.
Paradoxalement, Camilla Läckberg apparait très sentimentale quand il s'agit de ses héros. On sent un attachement profond aux personnages qu'elle a crées. Mais avec les autres: pas de pitié! Meurtres, révélations glauques à souhait, troubles mentaux et même ici phénomènes paranormaux, l'histoire recèle son lot de surprises et d'inattendu . Quoi que... avec un peu d'intuition vous pourrez vous même percer à jour les deux histoires de l'île de Graskar avec les personnages d'Emelie et d'Annie.
Un très bon cru, ce "gardien de phare", à consommer sans modération. Mais attention aux nuits écourtées car il est difficile de lâcher le livre une fois commencé!
22 commentaires18 sur 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2013
J'adore les livres de Camilla Läckberg, mais celui ci ne m'a pas fait frissonner d'impatience autant que les précédents. Un impression désagréable de déjà lu. Mais ca reste un très bon polar avec nos "acteurs" habituels. J'aime retrouvé Erica et Patrick et leur entourage.
0Commentaire8 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2014
Par rapport aux autres livres (j'ai toute la série), celui-ci s'étend trop sur la vie des personnages au détriment de l'enquête. Au bout de 200 pages, pas grand chose ne se passe ( le meurtre a eu lieu, c'est tout).
Bref un peu long. Cela n'empêche pas de prendre plaisir au livre, le style est fluide, mais on a le sentiment que l'enquête est mis au second plan. Cela n'empêche pas que j'achéterai les autres livres.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2013
Le dernier Camilla Lackberg traduit en français est toujours aussi passionnant. L'intrigue est beaucoup plus "réaliste" que les précedentes, nous sommes plongés dans le meurtre d'un homme sans histoire, dans une affaire pas très claire de promoteur immobilier qui se termine en escroquerie d'envergure, dans les milieux de protection des femmes battues, dans celui des caïds de la drogue. Les differents membres du commissariat n'ont pas changé, avec leurs qualités et leurs défauts.
L'histoire du passé qui donne son titre au roman, ne manque pas d'intérêt, elle est même émouvante, elle est rattachée à l'intrigue à travers les délires d'un des personnages.
La famille d'Erica est bien présente, et nous partageons sa vie, celle de familles moyennes suédoises.
33 commentaires15 sur 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2016
Il faut reconnaître à l'auteur la cohérence de sa plume. Mais la trame narrative toujours identique, qui fait sans cesse référence au passé pour mettre en lumière le présent, aura eu raison de mon enthousiasme. Je ne dévoile rien sur le livre (qui ferait du reste une excellente adaptation TV) mais je pense que j'attendrais les prochaines grandes vacances avant de relire un livre de Camilla Läckberg. Fan de polar, j'ai besoin d'être surprise dans mes lectures et également sollicitée dans ma réflexion. A ce titre, les histoires de Camilla sont trop "faciles". Mais je ne voudrais pas me mettre à dos les fans de l'auteur, cela reste toujours un moment agréable que de lire une histoire de CL.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2013
J'ai trouvé les premières pages un peu déroutantes (les noms de personnages, les ruptures dans la narration pour présenter les personnages) puis j'ai été captivée par le de l'histoire. Difficile de lâcher le livre
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2013
après avoir lu les précédents, là je suis un peu déçu. prévisible, parfois brouillon, écriture très perfectible, bref, il est temps de laisser Erika au placard peut-être, ou de franchement changer le style.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2014
J’avais laissé à la fin de « La sirène » Patrick aux urgences pour une crise cardiaque, et Erika et sa sœur Anna (toutes deux enceintes) en plein accident de voiture. Je les retrouve donc avec plaisir pour ce nouveau tome. Patrick en a été quitte pour une belle frayeur et doit désormais lever le pied. Erika a accouché un peu en avance de ses jumeaux. Anna a par contre perdu le bébé et peine à s’en remettre. C’est sous le signe du deuil que commence le livre. La routine a repris ses droits à Tanum, mais elle ne va pas tarder à être troublée par le retour d’Annie et la mort de Matte.

Camilla Lackberg reprend la structure des précédents livres : un meurtre qui va révéler de sombres secrets, une galerie de personnages, une histoire se déroulant à la fois dans le présent et le passé. Par moment, c’est un peu agaçant, car j’avais l’impression que l’auteur retardait artificiellement les révélations en sautant d’un personnage à l’autre.
J’aurais aussi aimé que la traduction soit un peu plus étoffée : quelques notes de bas de page pour dire combien représentent 100 couronnes ou pour expliquer certaines particularités suédoises auraient été les bienvenues (mais là, je chipote un peu).

Mis à part ces deux réserves, j’ai eu grand plaisir à lire « le gardien de phare ». L’intrigue est assez bien ficelée (bon, même si j’avais deviné très tôt dans l’histoire l’une des grandes révélations et que du coup, j’avais une petite idée sur l’identité du tueur). On quitte un peu le microcosme de Fjallbacka pour s’aventurer dans une grande métropole voisine, dans la grande délinquance (bikers et trafiquant de drogues).

Mais la thématique principale de ce livre est les violences faites aux femmes et aux enfants : entre Annie qui fuit son mari, Madeleine en exil au Danemark, Emilie, gardienne de phare en 1870, Vivianne et Anders qui fuient toujours leur beau-père violent, Camilla Lackberg nous brosse un tableau assez sinistre (et hélas réaliste, j’en ai bien l’impression) de la situation en Suède.

Comme pour les précédents tomes de la série, l’auteur est très douée pour nous brosser le portrait du quotidien des personnages. Elle parvient à nous faire entrer dans leur vie, dans leur tête. Personne n’est tout blanc, ou tout noir (même pas Mellberg, le chef incompétent).
L’intrigue policière proprement dite est entremêlée des bribes de vie des personnages. Ça pourrait être barbant, je trouve que ça donne une autre dimension à l’intrigue.

« Le gardien de phare » voit aussi l’irruption d’une touche de fantastique que j’ai trouvé assez bien menée. Emilie dans les années 1870 et Annie à notre époque voient toutes les deux les esprits censés habiter l’île de Graskar. On est en droit de se poser la question de savoir dans quelle mesure elles hallucinent et dans quelle mesure les esprits sont réels, mais la fin laisserait penser pour la deuxième option.

La conclusion du roman est assez sombre, pas de happy-end pour beaucoup de personnages, et on s’interroge sur le futur de certains, notamment Anna, la sœur d’Erica, repartie en pleine dépression. La suite au prochain épisode, je suppose.
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2013
J'ai adoré l'ambiance de cette histoire, froide et mystérieuse, Camilla Läckberg nous entraîne comme dans un tourbillon et comme tous ses précédents romans, une réussite !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2013
Heureuse de retrouver Patrick et sa "petite" famille. Une énigme très intéressante. De plus, les personnages rencontrent des problèmes quotidiens actuels.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,70 €
7,00 €
9,90 €