Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le maître du Haut Château Poche – 25 avril 2001

3.6 étoiles sur 5 75 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 25 avril 2001
EUR 16,00 EUR 6,92
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 29,99

Il y a une édition plus récente de cet article:


nouveautés livres nouveautés livres

--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des
Alliés ; le Reich et l'Empire du Soleil levant se partagent le
monde. Vingt ans plus tard, dans les Etats-Pacifiques
d'Amérique sous domination nippone, la vie a repris son
cours. L'occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art
de vivre. A San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations,
est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains,
tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection
made in USA. Certains Japonais, comme M. Tagomi, grand
amateur de culture américaine d'avant-guerre, dénichent chez
lui d'authentiques merveilles. D'ailleurs, que pourrait-il offrir à
M. Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un
contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis
qu'un autre livre, qu'on s'échange sous le manteau, fait
également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle
raconte un monde où les Alliés, en 1945, auraient gagné la
Seconde Guerre mondiale... --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Quatrième de couverture

En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l'axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie â l'est des Etats-Unis, l'ouest avait été attribué aux japonais.

Quelques années plus tard la vie avait repris 50n cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l'usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinoisa dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint â circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945...

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Je viens de lire les commentaires négatifs et je me rends compte que K.Dick est vraiment un auteur difficile pour celui qui n'est pas initié... Ne pas voir le délire qui entoure ce livre c'est rater le meilleur! La fixation sur les objets, les collectionneurs, avec l'extrêmisme en fond de toile... tout ça crée une ambiance qui conduit le lecteur à se demander s'il n'est pas fou lui non plus! La montée en puissance de la paranoïa et de la schizophrénie tout au long de l'histoire n'est peut-être pas aussi subtile que dans Ubik mais est quand même bien mise en scène.
Alors, oui, en effet ce livre ne remet pas en question l'horreur nazie (quoi que... ça se discute qd mm!) mais il montre que l'humanité est capable de s'adapter aux pires horreurs sans le moindre problème et qu'elle ne se rend même pas compte de ces horreurs. Je pense que le coeur du livre se situe à ce niveau.
Bonne lecture!
2 commentaires 39 sur 40 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Non, ce livre ne traite pas vraiment de ce qui se serait passé si l'Axe avait gagné, si c'est ce que vous cherchez il vous décevra...
Le sujet omniprésent est la réalité, sa définition, l'authenticité de la réalité, et surtout notre capacité individuelle à faire des choix susceptibles de modifier nos vies à tous, des choix dont le libre arbitre est discuté. Il n'en reste pas moins une intrigue de qualité totalement centrée sur la psychologie des personnages, une approche assez cynique de la mentalité humaine, et un potentiel de seconde lecture indéniable.
Ce n'est pas de la SF, ce n'est pas un polar, mais plutôt une discussion philosophique qui prend l'apparence d'un roman de gare, ce ne sera qu'une réflexion autour des apparences de plus !
Remarque sur ce commentaire 13 sur 13 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Adanson COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURS le 29 décembre 2014
Format: Poche
Ce roman de Philip K. Dick a reçu le prix Hugo en 1963.
"Le Maître du haut château" est considéré comme l'un des meilleurs romans Uchronique se déroulant durant la seconde guerre mondiale avec "La Séparation" de Christopher Priest et "Fatherland" de Robert Harris.
L'excellent "Le Son du cor" du britannique Sarban décrit plutôt un monde parallèle qu'une histoire revisitée.
Par contre la bande dessiné de Richard D. Nolane, "Wunderwaffen" rentre complètement dans ce schéma.
Revenons-en au roman de Philip K. Dick.
L'histoire se déroule dans une réalité divergente où les Alliés ont capitulé en 1947.
Les Etas Unis sont séparés en deux: A l'Est, les Nazis, à l'Ouest, les Japonais.
Le récit se déroule sur la côte Ouest ou les Nippons sont un peu moins tyranniques que les Nazis qui occupent l'Est du pays.
Un écrivain Hawthorne Abendsen, habitant dans une grande demeure retirée viens de changer la donne.
Il vient d'écrire un livre, "La Sauterelle" où il raconte qu'en réalité les Alliés ont gagné la guerre en 1945.
Tout au long du livre nous suivons un antiquaire Robert Childan, un fonctionnaire Nippon Tagomi et Juliana, une femme qui après avoir lu "La Sauterelle" veut rencontrer Hawthorne Abendsen.
Ce roman qui est d'abord une Uchronie est en réalité une étude sur la perception de la réalité.
Le livre est assez complexe et la fin m'a tout de même laissé un peu perplexe car elle est réellement énigmatique.
A vous de juger.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
En 1962, Dick invente l'Uchronie (Dick a inventé beaucoup de choses, mais on ne s'en est pas encore aperçu).
Mais cela va bien plus loin que ça. L'uchronie n'est pas ici la finalité.
Derrière le décor, il y a les étiquettes, les modèles : une réalité en vaut bien une autre. Un thème très (mais alors très) cher à Dick.
Par définition, les livres de Dick qui traitent ce thème ne peuvent pas avoir de "fin". Ce livre à du "Wu", il est en équilibre ;-)
Modification : Ouch, j'ai vu les commentaires de ceux qui en attendaient un pur roman narratif avec intrigues sur le thème "et si l'axe avait gagné" ... effectivement, vous vous êtes trompé de marchandise et je comprend votre déception.
J'espère que vous retenterez l'aventure avec Dick et que vous finirez par le découvrir.
2 commentaires 11 sur 12 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Ce roman déclenche des commentaires passionnés, négatifs ou positifs. C'est toujours ça de gagné, on parle de Philip Dick (désolé, jamais eu envie d'obligatoirement énoncer le K. Il n'y a que dans Code Lyoko que j'apprécie la formulation, pour le clin d'oeil -si, si, collège Kadic...).
Mais si Dick n'avait pas été étiqueté "auteur SF", si ses livres avaient été édités dans des collections non connotées du genre, il apparaîtrait aujourd'hui simplement pour ce qu'il était: un grand écrivain. Dont les thèmes de prédilection étaient le pouvoir sous toutes ses formes, le conditionnement de l'humain, les différentes perceptions des réalités. Des thèmes de plus en plus actuels apparemment. Un auteur universel en somme.
En passant, la Trilogie Divine a le droit d'en saoûler certains, pourtant Dick atteint ici la quintessence de sa pensée. Mais on est bien entendu très loin de la SF encore une fois. Un changement de paradigme comme on dit, s'impose, pour décoller les oeillères de l'étiquetage des genres. D'ailleurs la conclusion logique, au moins littéraire, de cette pensée transcendantale se réalisera dans son geste ultime. Qu'aurait-il pu écrire de plus profond ?
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?