ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 2,50
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Le musée disparu : Enquête sur le pillage des oeuvres d'art françaises [Poche]

H Feliciano
3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix : EUR 10,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 23 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 2,50
Vendez Le musée disparu : Enquête sur le pillage des oeuvres d'art françaises contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 2,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Notre boutique Folio

Boutique Folio
Découvrez notre boutique Folio.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le musée disparu : Enquête sur le pillage des oeuvres d'art françaises + Monuments Men: Rose Valland et le commando d'experts à la recherche du plus grand trésor nazi + Les carnets de Rose Valland : Le pillage des collections privées d'oeuvres d'art en France durant la Seconde Guerre Mondiale
Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Revue de presse

Printemps 1940 : des services nazis de confiscation, spécialement institués, entreprennent le pillage et la confiscation, qui dureront tout le temps de l'Occupation, de milliers d'œuvres d'art. Collections publiques et privées, tableaux, millions de livres, manuscrits, meubles et objets de valeur partent vers l'Allemagne. Nombre n'ont aujourd'hui encore pas été retrouvés.

Quatrième de couverture

Printemps 1940 : au fur et à mesure de la progression de la Wehrmacht sur le territoire français, des services nazis de confiscation, spécialement institués, entreprennent, à partir de listes établies bien avant le déclenchement de la guerre, le pillage et la confiscation, qui dureront tout le temps de l'Occupation, de milliers d'œuvres d'art. Des collections publiques et privées, des tableaux mais aussi des millions de livres, manuscrits, meubles et objets de valeur partent vers l'Allemagne. Volés systématiquement et méthodiquement, ou plus fortuitement par les officiers et les soldats, nombre n'ont aujourd'hui encore pas été retrouvés. En 1995, Hector Feliciano publiait en France le fruit de huit années d'enquête, au terme desquelles il avait retrouvé la trace de certaines œuvres. Les traductions de cet ouvrage à l'étranger l'enrichirent chaque fois de découvertes nouvelles, puisqu'elles s'inscrivaient dans le mouvement international de restitution aux héritiers des biens confisqués et presque toujours récupérés après la guerre par les États nationaux, mais pas par les familles, faute le plus souvent d'informations. Cette édition nouvelle est donc à la fois le récit du pillage des œuvres d'art et une enquête sur la trace de certaines œuvres, principalement à travers les exemples de la spoliation, sur ordre direct d'Hitler ou du haut-commandement nazi, des collections privées des marchands Paul Rosenberg et Bernheim-Jeune, des banquiers David-Weill, de la dynastie Rothschild, de la famille Schloss, du collectionneur Alphonse Kann ou du financier Fritz Gutmann. Le vol de ces collections d'un immense renom s'opère souvent avec l'aide active de marchands et des commissaires-priseurs français. Si après-guerre les œuvres qui n'avaient pas été détruites dans les combats n'ont pas été restituées, c'est qu'il fallait compter avec la complaisance ou la négligence de maisons de vente aux enchères, voire de conservateurs de musée peu regardants sur l'origine des tableaux ni leur brusque réapparition sur le marché. Feliciano met à nu ce système international qui s'est longtemps nourri de ces spoliations.

Détails sur le produit

  • Poche: 500 pages
  • Editeur : Gallimard (1 octobre 2003)
  • Collection : Folio Histoire
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070404315
  • ISBN-13: 978-2070404315
  • Dimensions du produit: 17,8 x 10,6 x 2,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 162.358 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
1 étoiles
0
3.5 étoiles sur 5
3.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Le musée disparu 2 juin 2014
Par margo
Format:Poche|Achat vérifié
livre décevant car trop orienté et très peu mention des courageux résistants qui ont permis de retracer les itinéraires des œuvres
Margo
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un aspect de l'occupation allemande 27 mars 2014
Format:Poche|Achat vérifié
Le journaliste portoricain, correspondant du Washington Post à Paris, a enquêté pendant dix ans sur le pillage des oeuvres d'art organisé par les Allemands dès les premières heures de leur entrée en France. Un pillage systématique, préparé de longue date par des professionnels et des connaisseurs implantés dans le pays. On reste confondu par son ampleur et par la redoutable efficacité des services nazis, qui peuvent compter sur des marchands collabos pour retrouver les collections que leurs propriétaires ont essayé en vain de mettre à l'abri, loin dans la France profonde. Les lois anti-juives les y aident puissamment. La razzia est complète : les oeuvres anciennes sont destinées à orner les murs des dignitaires nazis, les oeuvres modernes -considérées par eux comme de l'art dégénéré- seront vendues pour faire de l'argent (un pays neutre, la Suisse, y trouve son compte...) Après la guerre, leurs propriétaires ne sont pas au bout de leurs peines. Eux, ou leurs descendants, doivent se battre pour essayer de récupérer une partie de leurs tableaux, dispersés dans le monde entier. La partie n'est d'ailleurs pas encore gagnée.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?