Le Passage de la nuit et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le passage de la nuit a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Amazon rachète votre
article EUR 1,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le passage de la nuit Poche – 5 juin 2008

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres 10/18 achetés = un livre offert*

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,50
EUR 7,34 EUR 5,60

Promotion livres 10/18 : un livre gratuit offert pour 2 achetés

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le passage de la nuit + Les amants du Spoutnik + L'éléphant s'évapore
Prix pour les trois: EUR 23,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

LA VILLE S'OFFRE À NOTRE REGARD.
Ce paysage urbain, nous l'observons à travers les yeux d'un oiseau de nuit qui volerait très haut dans le ciel. Depuis ce point de vue panoramique, la ville apparaît comme une gigantesque créature. Ou même comme un agrégat de corps vivants. S'étendant jusqu'à d'insaisissables confins, des vaisseaux sanguins, innombrables, irriguent les cellules, les régénèrent inlassablement. Les vaisseaux convoient des informations nouvelles, recyclent les anciennes. Donnent naissance à des consommations nouvelles, recyclent les anciennes. Créent de nouvelles contradictions, effacent les anciennes. En tous lieux, les corps agrégés clignotent au rythme des battements du coeur, s'échauffent, se meuvent. L'heure est proche de minuit, le pic d'activité est passé mais les échanges élémentaires indispensables au fonctionnement vital restent incessants. Tel un continuo, la ville bruit. Monotone, monocorde, intégrant cependant des pressentiments.
Une zone particulièrement lumineuse attire notre regard. Lequel opère la mise au point. Effectue une descente vers l'amas lumineux. C'est une mer de néons multicolores. Un centre-ville. Les murs d'images sur les buildings se taisent avec l'arrivée de minuit ; les haut-parleurs des magasins pourtant ne relâchent pas leur flot de basses, teinté de hip-hop. Un énorme game-center encombré de jeunes. Exubérance de sons électroniques. Un groupe d'étudiants, de retour de soirée. Des filles, moins de vingt ans, blond platine, exhibant leurs jambes fraîches sous leurs minijupes. Des salary-men qui se pressent sur les passages piétons, pour attraper le dernier train. Malgré l'heure, les rabatteurs des karaokés donnent de la voix. Un monospace tuné, noir, glisse lentement le long du boulevard, jaugeant la marchandise. Vitres opaques, équipées d'un film noir. On dirait une de ces créatures du fond des mers, pourvues d'une carapace et d'appendices respiratoires spéciaux. Deux jeunes policiers font leur ronde sur le boulevard, l'air tendu ; personne ne leur prête attention. À cette heure-là, la ville fonctionne selon des principes de base qui lui sont propres. C'est la fin de l'automne. Il n'y a pas de vent mais l'air est froid.
Encore un tout petit peu, et ce sera un autre jour.

Revue de presse

Haruki Murakami est un braconnier de l'invisible. Dans ses romans, il faut toujours pousser des portes, enjamber des passerelles, traverser des miroirs. Et, quand on se retrouve de l'autre côté, on sait que les ombres seront nos seules confidentes. Qu'il y aura des secrets, et des secrets derrière les secrets. Que le mystère s'épaissira, avec son cortège de menaces et d'envoûtements. C'est cela, le charme Murakami : la petite musique de l'inconnu, l'obsédante ritournelle de l'inquiétude. Une grâce impalpable, légère comme une ombrelle, fulgurante comme un éclat de nacre dans la nuit. A ce jeu, le romancier n'a pas d'égal, et il nous offre une oeuvre lumineusement obscure où les tourments des coeurs se peignent sur fond de neiges immaculées : un art du paradoxe, pour distiller jusqu'au vertige cette sensation si étrange que les Japonais décrivent en trois mots - mono no aware, la poignante mélancolie des choses. (André Clavel - L'Express du 4 janvier 2007 )

Le Passage de la nuit, le dernier roman de Haruki Murakami, a des manières de cinéma...
Les chapitres s'égrainent au fil des minutes. Le temps s'arrête et reprend. On ne sait plus très bien s'il est continu ou fragmenté. Quelques instants d'une vie, d'une autre, s'empilent, s'accolent et se rencontrent...
Le Passage de la nuit est un beau roman sur le regard en biais, sur le coup d'oeil, sur les yeux qui s'attardent. Puis les personnages finissent par s'arrêter et se reconnaître. Parfois, ils se touchent. Mais ici, pas de douleur qui fascine et de plaisir qui tue : seulement de la tendresse et des larmes. Et seules comptent les minutes qui passent. Comme dans certains films, elles organisent vraiment le cours du récit sans trop se soucier des péripéties de l'intrigue. Le Passage de la nuit nous dit que Tokyo n'est pas à traduire. Comme toutes les villes, elle est perdue dans une nuit sans importance. Et Murakami sait comment rendre la nuit : avec la justesse des profondeurs égarées à la surface des choses. (Nils C. Ahl - Le Monde du 4 janvier 2007 )

Deux soeurs qui s'aiment et se perdent pourtant. L'adolescence comme passage où toutes les acrobaties sont permises. L'histoire pourrait être banale : pas entre les mains de Haruki Murakami. L'icône du roman japonais underground n'a rien perdu de son talent à assembler des récits à la mécanique sophistiquée. Dans une nuit noire où éclosent toutes les angoisses et tous les rêves, le décor échappe lui aussi à la fadeur pour glisser à la lisière du surréalisme...
En s'immisçant dans le «monde d'en bas» du Tokyo interlope, celui qui se dit convaincu qu'il existe d'autres mondes, «tout près», mêle à un inextinguible sentiment d'inquiétude, propre à la condition humaine, la pointe de surnaturel qui est sa marque de fabrique...
Les destins se frôlent et les fables s'emmêlent, comme dans le récent Babel, d'Arriaga et Iñárritu. Les dialogues se nouent timidement au-dessus d'un néant urbain propice à ces variations esthétiques lustrées. La souffrance n'interdit pas le glamour. Le Japon est indémodable, Murakami aussi. (Agnès Séverin - Le Figaro du 1er février 2007 )

Ça parle des êtres. Ça parle de la nuit. Ça parle des êtres dans la nuit, des êtres qui parlent peu et attendent que la nuit finisse. La nuit ne passe pas. Murakami nous entraîne dans une nuit d'errance...
Entre voyant et voyeur, Murakami décèle sous les choses et les êtres des possibles endormis ou avortés, des histoires qui ne demandent qu'à devenir vraies. Le roman est linéaire, mais il s'échappe sans cesse dans d'autres dimensions selon un montage directement inspiré du cinéma. On ne sort jamais de l'histoire, mais chacun des deux récits qui se font face altère le sens de l'autre, comme lorsque la caméra se déplace et fait découvrir le contrechamp...
La vraie vie n'est nulle part, semblent dire et redire les fables postmodernes de celui qui s'affirme comme le plus grand écrivain japonais vivant. (Michel Schneider - Le Point du 5 avril 2007 ) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez Le passage de la nuit contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 229 pages
  • Editeur : 10-18 (5 juin 2008)
  • Collection : Domaine étranger
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2264046856
  • ISBN-13: 978-2264046857
  • Dimensions du produit: 10,8 x 1,5 x 17,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 17.893 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pokespagne le 2 novembre 2011
Format: Poche
De tous les Murakami que j'ai lus, "le Passage de la Nuit" est sans doute celui qui laisse le sentiment le plus pur, et le plus parfait à la fois. Paradoxe, les différents récits qui le composent en se superposant l'espace d'une seule nuit sont tous des récits d'angoisse, de violence, de trouble et de perte, mais l'art de Murakami est de les envelopper d'une sérénité mélancolique qui nous touche au plus profond de notre âme : un peu paresseusement, on dira qu'il s'agit là de l'universalité de la poésie, qui fait que la prostituée chinoise battue, la dormeuse éternelle prisonnière de l'écran de télévision ou la jeune fille qui hésite au seuil de la vie sont toutes une autre version de nous-même, qui avons vécu ou aurions pu vivre exactement les mêmes sensations. Autre paradoxe : ce court livre nous paraît parfait alors qu'il ne propose que quelques heures d'histoires qui ont commencé avant et se poursuivront sans nous, on le ressent très profondément en refermant le livre : sans doute la métaphore "cinématographique" dont use Murakami, qui parle évidemment aux plus cinéphiles d'entre nous, rend-elle immédiatement crédible ce survol éphémère de fictions aussi fantastiques que cruellement ordinaires. "Le passage de la nuit" se situe dans un au-delà cinématographique puissant - et original -, que j'aime imaginer entre l'Antonioni de "Identification d'une femme" et le "Ring" de Hideo Nakata.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Vincent Delbecque le 19 janvier 2009
Format: Poche
Murakami nous tient une fois de plus entre le conte et le rêve. Cette "nouvelle" est un univers peuplé d'individus à la personnalité fortement marquée de la touche de l'auteur : des adolescents un peu rebelles fans de musiques des 80's, des adultes se remettant toujours en question... Le tout dans une ambiance douce, feutrée, intimiste et nostalgique que procure la nuit.

Merci M. Murakami
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Miss_Plumette le 31 mars 2010
Format: Poche
J'aime vraiment beaucoup le style de Haruki Murakami et ce livre fait partie de mes préférés.

Mais attention, si vous aimez tout comprendre des récits, passez votre chemin, ici tout est mystérieux et l'auteur ne donne pas les clés pour découvrir le fin mot de l'histoire, c'est à l'imagination de prendre le relai. Et c'est ça que j'apprécie, ce côté étrange, onirique, à la limite de la science fiction parfois.

Seul bémol : l'histoire est écrite comme si nous étions une sorte de caméra qui visualisait les scènes et je n'ai pas trop adhéré à ce choix fait par l'auteur ; on a trop l'impression de lire un synopsis de film, ce qui n'apporte à mon sens rien à l'histoire (au contraire, ça crée une distanciation inutile par rapport aux personnages).

Mais bon, hormis ce petit regret, ça reste un excellent livre !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Alastor78 VOIX VINE le 5 octobre 2010
Format: Poche
Murakami est un auteur qui ne peut laisser indifférent et si son style est souvent sujet à controverse on lui reconnait bien souvent la richesse de son univers finalement plus américain que japonais puisqu'il fait de gros clin d'oeils à Fitzgerald et aux auteurs du jazz age.
Pour beaucoup Le Passage de la nuit reste l'un des romans les moins intéressant de Murakami et ce en grande partie à cause de cette intrigue avortée mais pour vraiment apprécier le passage de la nuit il faut avoir en tête les références de Murakami et être capable de se laisser pénétrer par cette atmosphère étrange que les noctambules tel que moi apprécient vraiment. La quiétude, la mélancolie, le mystérieux et aussi la peur, tel sont les éléments que l'ont associent à la nuit et qui composent l'atmosphère si particulière de ce roman. Murakami essaye de capter le plus simplement possible ces sensations uniques et indissociables de ce moment si particulier.
Alors certes l'intrigue est un peu en retrait mais Murakami est un auteur qui dit beaucoup de chose tout en en racontant peu et ce qui ressemble fortement à une histoire avortée est aussi sans doute un moyen de se pencher avec intérêt sur une série de personnages intéressants, souvent jeunes, parfois marginaux mais liés par le fait qu'ils évoluent alors que tous les autres sont endormis. L'intrigue est avortée parce que la nuit n'est finalement pas un moment, c'est une interlude et son roman n'est qu'un bref coup d'oeil sur ce qui se passe dans la coulisse du temps et c'est sans doute pour ça qu'il est si brillant à mes yeux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Francky le 25 mai 2011
Format: Poche
Ce roman, se déguste comme un entremets. Vous y trouverez tous les ingrédients propres à l'écriture fabuleuse de Haruki Murakami ... mais en plus petit.
Comme à son habitude, l'auteur franchit allègrement la frontière qui sépare le quotidien et le surnaturel ; l'écriture est toujours aussi poétique. Ce petit livre est, comme toujours chez Haruki Murakami, peuplé de personnages d'une très grande profondeur.
L'action dure une nuit ; il ne vous en faudra pas plus pour déguster ce moment de plaisir. C'est d'ailleurs peut-être là le point faible de ce livre... on reste sur sa faim.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?