Le portail et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 7,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 1 à 3 semaines.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 1,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le portail Poche – 31 janvier 2002


Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,90
EUR 7,90 EUR 7,45
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,89

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.
--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le portail + Le silence du bourreau + Le Saut du Varan
Prix pour les trois: EUR 22,10

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Amazon.fr

Ce voyage en pays khmer, orchestré par un homme d'exception, l'ethnologue François Bizot, est un parcours quasi-initiatique. S'il fut prisonnier des révolutionnaires khmers rouges pendant trois mois en 1971, touchant du doigt l'atroce et l'innommable, Bizot fut aussi un interlocuteur privilégié de Douch, son tortionnaire cambodgien. Cet homme deviendra d'ailleurs l'un des plus terribles chefs de guerre du siècle. Trente ans après, à travers ce témoignage d'une sensibilité et d'une intelligence remarquables, l'auteur revient sur cette expérience traumatisante et met ainsi le doigt sur les paradoxes de l'être humain, sur les rapports ambigus entre victime et bourreau et sur la quête d'idéal, présente en chacun de nous et coupable des pires atrocités. Sa connaissance de l'Asie du Sud-Est et du bouddhisme fait de son ouvrage un document exemplaire, une véritable leçon de vie.

François Bizot est aussi l'auteur de deux autres ouvrages, consacrés à ses recherches en Asie Le Chemin de Lanka et La Guirlande de joyaux. --Marine Segalen

Revue de presse

«Je hais l'idée d'une aube nouvelle où les homo sapiens vivraient en harmonie, car l'espoir que cette utopie suscite a justifié les plus sanglantes exterminations de l'histoire.»


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez Le portail contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 439 pages
  • Editeur : Gallimard (31 janvier 2002)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070417654
  • ISBN-13: 978-2070417650
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (20 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.730 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par kiyoaki Disha TOP 1000 COMMENTATEURS sur 8 avril 2007
Achat vérifié
« La terre était riche, belle, émaillée de rizières, piquetée de temples. C'était un pays d'élection pour une vie simple et paisible ». Telle est la première description du Cambodge que nous livre François Bizot, arrivé au pays Kherm en 1965. L'ethnologue venait y étudier le bouddhisme d'Asie du sud-est dont les temples d'Angkor constituent à la fois un mystère architectural et une splendeur dédiée à la vie spirituelle, aujourd'hui menacée par les trafiquants et pillards au service de l'avidité des touristes et des collectionneurs (1). Arrêté et enchaîné le 10 octobre 1971, interné 3 mois dans le camp d'Omleang, il sera l'un des 3 rares survivants de ce lieu de détention et de tortures, commandé par Douch, responsable de la mort de plusieurs milliers de personnes, actuellement jugé pour crime contre l'humanité, et auquel il doit pourtant la vie.
Trente années plus tard, il décrit avec mesure, et une précision souvent poétique, la chute de Phnom Penh en 1975, le jeu des regards et des comportements d'hommes et de femmes pris dans la tourmente pour laquelle ni vainqueurs ni vaincus n'étaient préparés, la dérision des prétentions et simulacres des organisations diplomatiques. Toujours, respectueux des différences culturelles « [...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par CHRISTIAN LEPAGE sur 11 février 2008
Format: Poche
Vous ne lirez pas 10 livres comme celui-ci dans votre vie. Dans une langue exceptionnelle, Bizot questionne le bourreau épris de justice qui sommeille en chacun d'entre nous. Singulier renversement des rôles dans ce dialogue d'un professeur de mathématiques cambodgien devenu bureaucrate de la mort pour que s'accomplisse la fin de l'histoire décrétée par un philosophe occidental, et d'un ethnographe-aventurier, amoureux érudit du bouddhisme khmer et d'un temps, d'un pays, d'une sagesse immémoriales. Chacun des deux risqua sa vie dans le moment de cette rencontre. Chacun vécut plus tard l'anéantissement de son illusion: le Cambodge immémorial disparut à jamais en même temps que l'utopie d'un ordre juste, tous deux noyés dans le même fleuve de sang. Bizot nous livre, en même temps qu'une méditation d'une rare profondeur sur la part du Mal qui nous est co-substantielle, un témoignage d'ethnologue sur les camps khmers rouges de la première heure, sur la chûte de Pnomh-Pen. Décidément, un très grand livre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par ecce.om TOP 50 COMMENTATEURS sur 22 octobre 2013
Format: Poche
"J’ai écrit ce livre dans une amertume sans fond. Un sentiment désespéré le traverse".

Comment pourrait-il en être autrement ?

François Bizot était installé au Cambodge depuis des années, pour y étudier les monuments et traditions boudhiques.
En 1971, sa route croise celle des Khmers rouges qui vont le détenir durant 3 longs mois. Là, il verra se mettre en place ce qui sera appelée la "machine de mort" faite d’interrogatoires, mauvais traitements, tortures et exécutions, sous couvert d’une idéologie criminelle et folle.

Libéré, il assistera en 1975 à l’arrivée des Khmers rouges à Phnom Penh. Servant d’interprète au Comité révolutionnaire dans ses relations avec les autorités françaises sur place, il sera encore un témoin privilégié. Il est un des rares prisonniers du tristement célèbre Douch (ou Duch) qui soit sorti vivant d’un des camps qu’il dirigeait.

Ce livre est admirable, même si je ne l'ai pas trouvé sans défauts (j'y reviendrais).

Bizot retrace parfaitement le climat de ce moment charnière et il ne cache aucune responsabilité. Les régimes politiques corrompus, la brutalité policière et militaire des forces gouvernementales, la "méthode grossière des Américains, leur ignorance crasse du milieu dans lequel ils intervenaient, leur démagogie maladroite, leur sincérité déplacée… " sont autant de facteurs expliquant la victoire des Khmers rouges sur "un ennemi en pleine déroute physique et morale".
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
21 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean-louis Herman sur 12 avril 2002
Format: Poche
La préface de John Le Carré m'avait donné envie de lire le livre. Je craignais de tomber sur le enième journal d'une détention et j'ai découvert un récit fascinant: en plus de la relation d'évènements extraordinaires (la prise de pouvoir au Cambodge par les khmers rouges), le livre nous plonge au plus profond de deux personnages apparemment antinomiques (l'humaniste Bizot et le tortionnaire Khmer). Certaines scènes sont réellement bouleversantes et mériteraient de devenir des classiques.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?