8 neufs & d'occasion à partir de EUR 11,41

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à €10.49

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Led Zeppelin III Enregistrement original remasterisé, Import


Voir les offres de ces vendeurs.
3 neufs à partir de EUR 11,41 5 d'occasion à partir de EUR 12,00
boutique Noël
Offrez de la musique pour Noël !
Retrouvez toutes nos idées cadeaux au sein de notre boutique Noël CD, Vinyles et DVD Musicaux.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Led Zeppelin

Discographie

Image de l'album de Led Zeppelin

Photos

Image de Led Zeppelin

Biographie

Né le 9 janvier 1944, James Patrick Page, a pour ami d'enfance l'ombrageux Jeff Beck. Après avoir entamé des études d'art à Londres, Jimmy Page devient musicien de séances, jouant sur tout ce qu'on lui présente de Françoise Hardy à The Kinks.

Il fait la connaissance de John Baldwin, dit John Paul Jones. ... Plus de détails sur la Page Artiste Led Zeppelin

Visitez la Page Artiste Led Zeppelin
58 albums, 14 photos, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (4 décembre 2006)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Atlantic
  • ASIN : B00005J8J7
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 38.499 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Immigrant song
2. Friends
3. Celebration day
4. Since I ve been loving you
5. Out on the tiles
6. Gallows pôle
7. Tangerine
8. That s the way
9. Bron y aur stomp
10. Hats off to roy harper

Descriptions du produit

Amazon.fr

C'est au Pays de Galles, loin du stress des tournées et des séances en studio, que Jimmy Page et Robert Plant ont composé l'essentiel des chansons de Led Zeppelin  III. D'où un album beaucoup plus bucolique et acoustique que les deux disques précédents. Toutefois, si le duo transcende ses influences folk ” "Gallows Pole" et "Bron-y-Aur Stomp" notamment ”, la tradition Led Zep est respectée avec ces hymnes flamboyants que sont "Immigrant Song" et "Celebration Day". Quant au très bluesy "Since I've Been Loving", c'est tout simplement l'un des morceaux les plus sensuels de toute l'histoire du rock  ! --Philippe Margotin

Critique

En plus de leur talent de compositeurs et d'instrumentistes, une des forces de Led Zeppelin est de toujours prendre une direction à laquelle personne ne s'attend. Ainsi de ce troisième album, à la tonalité majoritairement acoustique, qui est en son temps très incompris, mais a depuis gagné ses galons de classique.  

Au tout début 1970, juste avant d'entreprendre une mini-tournée anglaise qui doit passer par le Royal Albert Hall de Londres, Jimmy Page et Robert Plant se rendent avec leurs compagnes respectives (Maureen Plant et Charlotte Martin) au Pays de Galles, dans un patelin où le chanteur avait passé des vacances dans son enfance : Bron-Yr-Aur. Ils occupent une petite ferme où il n'y a ni eau courante ni électricité, ayant tout simplement choisi de faire retraite. Ils sont alors presque obsédés par l'album Liege and Lief de Fairport Convention, audacieux mélange de folk anglais et de rock, qu'ils ont découvert avec ravissement. Lors d'une promenade, ils s'installent au bord d'un ravin et, munis d'une guitare sèche et d'un magnétophone, il écrivent une douce ballade aux paroles introspectives, « The Boy Next Door », qui deviendra « That's The Way », ainsi que les bases de plusieurs autres chansons, qui compteront parmi leurs plus inspirées.  

Quelques semaines plus tard, après une remarquable série de concerts donnée aux Etats-Unis et sur le continent européen, ils investissent Headley Grange, dans l'Hampshire, un ancien asile de nuit complètement désaffecté. Ils louent le studio mobile des Rolling Stones, qu'ils garent à l'extérieur de la propriété, après avoir installé des micros un peu partout dans une grande salle. Ils y travaillent à leurs nouvelles compositions.  

L'une d'elles, « Immigrant Song », chanson inspirée à Plant et Page par un tout récent périple en Islande et qu'ils ont testée pour la première fois sur scène au festival de Bath, est un assaut frontal, une tuerie, la rythmique ne faisant aucun cadeau, tout comme sur « Celebration Day », avec un Bonham déchaîné – quelques mois plus tard, l'intro de la chanson est effacée accidentellement au mixage, à la grande colère de Jimmy Page. Sur « Friends », ils font avec quelques accords un clin d'oeil à Crosby, Stills, Nash & Young tout en s'aventurant dans des gammes très indianisantes – une version de cette chanson sera même enregistrée deux ans plus tard à Bombay par Jimmy et Robert avec un orchestre local.   

Une ballade déchirante écrite par Jimmy Page à l'époque des Yardbirds refait alors surface, « Knowing That I'm Losing You », que le guitariste renomme « Tangerine », où il couche un solo de toute beauté et laisse même un faux départ sur la bande. Histoire de ne pas être en reste, John Paul Jones sort une mandoline et un morceau folk autrefois enregistré par Leadbelly fait ainsi l'objet d'une relecture extraordinaire, « Gallows Pole », l'histoire d'un condamné à la pendaison qui tente de soudoyer son bourreau – leur culture musicale leur permet ce genre d'emprunt, d'autant qu'ils développent toujours avec maestria le potentiel du répertoire qu'ils abordent. Ensuite, ils recyclent un instrumental électrique à eux, jusque là inexploité, « Jennings Farm Blues » (inspiré par un traditionnel anglais)et en font « Bron-Yr-Aur Stomp », que Plant dédie... à son chien Strider. Ses talents étant moins sollicités, John Bonham joue alors sur tout instrument percussif qui ne soit pas une batterie, comme le tambour, le tambourin, voire les castagnettes!  

Pour compléter l'album, deux autres studios anglais sont utilisés, ceux d'Olympic et Island : à Olympic, ils enregistrent l'impitoyable « Out on the Tiles », vaguement démarquée d'une chanson à boire que John Bonham a alors tout le temps à la bouche et dont la rythmique pachydermique est d'une efficacité absolue. Spontanément, un hommage est rendu au passage au chanteur Roy Harper (dont ils ont fait la connaissance au festival de Bath et pour lequel Jimmy Page assure des heures sup') avec « Hats off to (Roy) Harper », en fait un medley de plusieurs titres blues (dont le « Shake’em on Down » de Bukka White) que pour une fois, ils ne signent pas eux-mêmes. Notons qu'il existe une autre version de ce titre, avec un medley complètement différent. 

Enfin, à Island, où Page réalise le mix final, ils couchent sur bande « That's the Way » et surtout le chef-d'oeuvre absolu « Since I've Been Lovin' You », qu'ils ont rôdé chaque soir en concert depuis janvier et qu'ils enregistrent en prise directe, John Paul Jones jouant en même temps sur son orgue la ligne mélodique et les basses. Tout ici est divin, de la voix de Plant, affolante de passion et de sensualité, jusqu'au solo de guitare de Jimmy Page, un des plus époustouflants qui soient, en passant par la batterie de Bonham (dont le pied de grosse caisse grince d'un bout à l'autre), qui forme sur plus de sept minutes un tapis rythmique d'un confort inégalé.  

Si Led Zeppelin III reçoit à sa sortie un accueil négatif de la critique et fait un peu baisser la courbe des ventes du groupe, il a d'abord le mérite de prouver que ces hommes peuvent écrire des chansons plus réfléchies et sensibles que celles auxquelles ils avaient habitué leur public jusque-là. Quelques décennies plus tard, personne n'échappe à ce disque et c'est le principal.

Remasterisé, Led Zeppelin III est réédité en juin 2014 dans un double volume comprenant des prises alternatives et des chutes de studio.

Frédéric Régent - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par vincent_33 sur 11 janvier 2006
Format: CD
Troisième album du groupe en un an et demi (!), « III » marque alors une sorte de virage dans l’évolution du groupe… ou tout du moins une parenthèse. Contrairement à ses deux prédécesseurs qui comprenaient leur lot de riffs hurlants et de fiévreux passages typiquement hard-rock (style que le groupe contribuait au passage à créer), ce troisième volet opte lui, pour une approche plus acoustique et intimiste de la musique du groupe. Bien entendu, les poussés électriques restent de mise, notamment sur l’énorme « Immigrant song » introduit par le désormais mythique cri de sirène de Plant, mais celles-ci, moins nombreuses qu’à l’accoutumé, se voient plus ou moins noyées sous une avalanche de guitares acoustiques et d’influences folk UK. De blues, il ne reste plus grand-chose, si ce n’est un « Hats off to (roy) harper » au slide endiablé et ce dantesque « Since I’ve been loving you » où Page s’envole littéralement dans un solo, certes balisé, mais proprement magnifique de feeling et de touché. A côté de ça, et sans doute dans l’optique d’essayer quelque chose de différent, la folk domine, notamment sur l’enchaînement de quatre titres quasi exclusivement acoustiques et pétris d’influence traditionnelles (« Gallows pole », « Tangerine », « That’s the way », « Bron-y-aur stomp »). Si la démarche surprend au départ, celle-ci finit par séduire.Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par grand wazoo sur 24 septembre 2003
Format: CD
voilà un groupe que l'on tenait pour dinosaure il y a quelques années et qui fait actuellement figure de proue dans les bases du rock. La créativité guitaristique de Jimmy Page y est fulgurante, la science de la rythmique Jones/bonham ne l'est pas moins. Quant aux vocaux de Robert Plant, magnifique ! Il y a dans cet album les bases d'inspiration pour toute une génération de rockers aux oreilles grande ouvertes aux folklores et musique du monde...
Pour example, le morceau d'ouverture "immigrant song" n'est pas sans rappeler quelques ambiances chères à feu Jeff Buckley
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?