Appli Amazon


Plus d'options
Led Zeppelin IV
 
Agrandissez cette image
 

Led Zeppelin IV

12 novembre 2007 | Format : MP3

EUR 10,32 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:54
30
2
3:39
30
3
5:51
30
4
7:58
30
5
4:38
30
6
4:44
30
7
3:31
30
8
7:07
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 juillet 1994
  • Date de sortie: 12 novembre 2007
  • Label: Atlantic Records
  • Copyright: 1971 Swan Song Inc.
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 42:22
  • Genres:
  • ASIN: B0023U1UFO
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (73 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 6.067 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par freddiefreejazz TOP 100 COMMENTATEURS le 9 décembre 2014
Format: CD
Qu'est-ce que la Musique, se demandait un grand compositeur qui était à la recherche du « point intraduisible » ? Le point intraduisible, cette irréelle chimère qui est sensée nous élever « au dessus de ce qui est... ». (1) Ah, se sentir transporter, se sentir élevé au dessus de ce qui est ! Mais à quel moment ressent-on tout cela ? Dans quelles circonstances ? Ben, quand on coule à pic ou quand on touche le fond, forcément. D'ailleurs, n'est-ce pas le sens de ce « I might be sinking » que l'on entend dans l'un des titres de l'album, « Going to California » (« il se pourrait bien que je sombre au fond de l'océan »...)? Et oui, c'est là et seulement là où l'on mesure les bienfaits de la Musique, ou pour le dire autrement, c'est ici que l'on entrevoit le petit miracle, le temps de souffler un peu, ou de sortir la tête de l'eau. D'où la fameuse maxime de Nietzsche dans son célèbre Crépuscule des idoles que vous connaissez forcément : « le monde sans musique serait une erreur, une besogne éreintante, un exil »... Et le voici donc le miracle, dans ce quatrième opus de Led Zeppelin, collectif légendaire qui dépasse les chapelles, les fiefs et autres autels. Ce Led Zeppelin IV fut d'ailleurs mon premier contact discographique avec le quatuor (on n'oublie jamais son premier amour à ce qu'il paraît).Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
70 internautes sur 78 ont trouvé ce commentaire utile  Par pcmusic le 23 novembre 2004
Format: CD
Après les accents quelques peu bucoliques mais ô combien délicieux du III, Led Zeppelin nous ont offert un album que beaucoup considèrent comme le sommet de leur art.
Ici le contraste entre les plages acoustiques et hard est beaucoup plus flagrant.
« Black Dog » alterne la voix rageuse de Plant a cappella avec le reste du groupe dans un véritable délire d'enfer de guitares, basse et batterie. Hallucinant ! Jamais un morceau n'avait été construit de cette manière auparavant. Dans le refrain, tout le monde s'y met avec la batterie à contretemps. C'est tout simplement monstrueux.
On ne pouvait commencer mieux.
Suit un « Rock an Roll » solidement charpenté autour de la batterie, de la guitare solo et évidemment le chant déjanté de Plant ! Une véritable tuerie avec une descente de batterie diabolique en guise de coda.
On se calme avec le délicieux « Battle of Evermore » aux sonorités celtiques et éthérées avec la participation de Sandy Denny, la chanteuse de Fairport Convention baignant dans les instruments à cordes pincées acoustiques.
« Stairway to Heaven » est véritablement le clou de cet album intemporel. Dès les premiers arpèges de guitare acoustique, suivi des flûtes chante la voix douce de Robert Plant dans le premier couplet ; puis arrive la 12 cordes... Des arpèges somptueux à plusieurs guitares acoustiques soutenus par des basses profondes. C'est magique, féerique, élégiaque, céleste, divin... que sais-je encore ? La mélodie s'amplifie. Arrivent ensuite les guitares électriques toujours en arpège ! Mais que c'est beau !!!
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 29 août 2007
Format: CD
S'il fallait une preuve que Led Zeppelin est un groupe gigantesque, il suffirait de lister tous les (très) grands du rock qu''il a inspirés (Prince, Nirvana, Rage Against The Machine, White Stripes, ...). Et ce IV est la pierre angulaire de leur discographie. Pas forcément leur meilleur (perso c''est le II), mais celui que possèdent ceux qui n''ont qu''un seul Cd de Led Zeppelin.
Quasiment un best of à lui tout seul, cet album présente toutes les facettes du groupe, du riff aplatissant de « Black Dog », aux sonorités celtiques de « Battle for evermore », en passant par les exercices de style (« Four sticks » où, comme son titre l''indique, Bonham joue avec quatre baguettes), le retour aux sources (« Rock''n''roll »), jusqu'à l''épopée tolkienesque de « Stairway to Heaven ».
Comme tous les Cds de Led Zep, celui-ci est d''abord l''œuvre de Page, qui produit, écrit ou co-écrit toutes les parties musicales. En plein trip « mystique » (il a acheté et habite le manoir du mage / sorcier (au choix) Aleister Crowley), ce Cd est dès lors une pierre du temple binaire (témoins les titres des albums quand ils n''auront plus un simple numéro : « Houses of the Holy », « Presence ») que Page ne cessera d''élever au cours des années 70.
Lire la suite ›
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique