undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
 

Led Zeppelin



Led Zeppelin : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 493
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de Led Zeppelin
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

ledzeppelin

PRESENCE, IN THROUGH THE OUT DOOR, and CODA are out now. All formats available here: http://t.co/jHmKmUEDUp #ledzep http://t.co/cpzOUC2qM8


Biographie

Né le 9 janvier 1944, James Patrick Page, a pour ami d'enfance l'ombrageux Jeff Beck. Après avoir entamé des études d'art à Londres, Jimmy Page devient musicien de séances, jouant sur tout ce qu'on lui présente de Françoise Hardy à The Kinks.

Il fait la connaissance de John Baldwin, dit John Paul Jones. Bassiste, claviériste et orchestrateur. Page vit la toute fin de The Yardbirds, tournant avec eux et enregistrant l'album Little Games. L'enregistrement de « Beck's Bolero », où figure sous un nom d'emprunt Keith Moon, est le vrai moment de la conception de Led Zeppelin.

L'envol du Zeppelin

... Lire la suite

Né le 9 janvier 1944, James Patrick Page, a pour ami d'enfance l'ombrageux Jeff Beck. Après avoir entamé des études d'art à Londres, Jimmy Page devient musicien de séances, jouant sur tout ce qu'on lui présente de Françoise Hardy à The Kinks.

Il fait la connaissance de John Baldwin, dit John Paul Jones. Bassiste, claviériste et orchestrateur. Page vit la toute fin de The Yardbirds, tournant avec eux et enregistrant l'album Little Games. L'enregistrement de « Beck's Bolero », où figure sous un nom d'emprunt Keith Moon, est le vrai moment de la conception de Led Zeppelin.

L'envol du Zeppelin

Jimmy Page, impressionné par la voix et le charisme de Robert Anthony Plant , lui donne rendez-vous chez lui. Robert Plant lui conseille un batteur de ses amis, John Henry Bonham , lui aussi originaire de Birmingham, qui impressionne tout autant Page avec son jeu d'une force incroyable. Peter Grant obtient un contrat d'enregistrement avec le label Atlantic d'Ahmet Ertegün. Ils décident de prendre comme nom Led Zeppelin, ce qui a été suggéré à Jimmy Page suite à une blague de Keith Moon. Jimmy Page met alors la main à la poche et ils enregistrent en trois semaines leur premier album, avec «Communication Breakdown» et le monumental «Dazed and Confused», morceaux qui prennent toute leur dimension sur scène, où le groupe fait un malheur.

Le boom du Zeppelin

Durant l'été 1969, ils enregistrent leur deuxième album, qui transforme l'essai aux Etats-Unis, en Angleterre et dans le monde entier. Led Zeppelin II, , est considéré comme le premier vrai disque de hard rock, . Comme de nombreuses compositions de Led Zeppelin, « Whole Lotta Love », la chanson d'ouverture dérive en fait d'une composition déjà existante, écrite par Willie Dixon.

L'apogée du Zeppelin

Descendu en flammes par la critique (sauf en France), Led Zeppelin III, a une couleur volontairement plus folk et blues, la majorité des chansons ayant été enregistrée sans guitare électrique. La plus grande partie de 1970 est passée sur la route, leurs excès divers faisant depuis partie intégrante de la mythologie du rock. La perfection est atteinte avec le quatrième album, qui n'a jamais eu de vrai titre. On y trouve les classiques absolus « Black Dog » et « Rock'n'Roll », « The Battle Of Evermore ». Pourtant jamais parue en single, « Stairway to Heaven », mi-ballade, mi-hard-rock, longue de huit minutes, devient la chanson la plus diffusée sur les radios américaines.

Les tournées du Zeppelin

Enregistré en 1972 et paru fin 1973, moins bien reçu que le quatrième album, Houses of the Holy, pourtant remarquable (et premier album de Led Zeppelin à avoir un vrai titre), leur vaut un nouveau numéro 1. C'est alors qu'a lieu leur seule tournée française, qui passe par Lyon, Nancy et le Palais des Sports de Saint-Ouen.

L'exil du Zeppelin

Pour beaucoup, le double-album Physical Graffiti, paru en 1975 et véritable kaléidoscope aussi bien pour sa pochette très sophistiquée que pour tous les styles musicaux qui y sont abordés avec de nouveaux classiques, comme «Kashmir», «Trampled Underfoot» ou «In My Time Of Dying » est leur summum.

Presence, est enregistré en trois semaines, avec un Robert Plant en chaise roulante, suite à un accident de voiture. Il contient les épiques « Achilles Last Stand » et « Nobody's Fault But Mine ». Le groupe exhume des enregistrements et des bobines de film remontant à la tournée américaine de 1973 et en fait un long-métrage (médiocre) : The Song Remains the Same, accompagné d'une bande originale tout aussi inintéressante.

L'âge difficile de Led Zeppelin

Robert Plant apprend subitement le décès de son fils Karac survenu dans des circonstances encore mal élucidées Led Zeppelin met le cap sur la Suède et les Polar Studios d'ABBA, où il enregistre un nouvel album, In Through the Out Door.

En 1979, Robert Plant étant suffisamment remis pour donner à nouveau des concerts, le groupe obtient durant deux soirs la tête d'affiche au festival de Knebworth, mais les critiques soulignent la prestation en demi-teinte et le mauvais état de santé de Jimmy Page (désormais dépendant de l'héroïne). In Through the Out Door, ne se compare que difficilement à ses prédécesseurs. Sans s'en douter, Led Zeppelin donne à Berlin ce qui sera le dernier concert dans sa formation originale.

La fin du Zeppelin

Peu après, des répétitions en vue d'une tournée américaine ont lieu à Boleskine House, le domicile écossais de Jimmy Page. C'est là-bas que le 25 septembre, John Paul Jones découvre John Bonham dans sa chambre, inanimé : l'autopsie conclue à un décès accidentel, le batteur s'étant étouffé dans ses vomissures après avoir mélangé drogue, nourriture et alcool. Jimmy Page et John Paul Jones sont sous le choc, mais pas autant que Robert Plant qui, après son fils, perd son meilleur ami. Un communiqué met vite fin aux spéculations : pas de Led Zeppelin sans lui.

Un ultime album studio, Coda, est donc mis sur le marché après que Jimmy Page aie fouillé dans les rares bandes de chutes de ses archives. Après la séparation, il accuse le coup et s'abîme encore plus dans la drogue. Le 13 juillet 1985, au JFK Stadium de Philadelphie dans le cadre de Live Aid, Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones rejouent ensemble pour la première fois depuis cinq ans, avec Paul Martinez à la basse et deux batteurs, Tony Thompson (du groupe Chic) et Phil Collins.

L'héritage du Zeppelin

Jimmy Page, depuis longtemps ulcéré par la médiocre qualité des rééditions digitales de Led Zeppelin, se rend à New York et retravaille les bandes-mères multi-pistes pour les besoins d'un coffret en 4-CD et une double compilation, Remasters. Un deuxième coffret, The Complete Studio Recordings, est publié en 1994 et les albums originaux sont réédités séparément, dans des versions infiniment supérieures aux précédentes.

Page solo

Le flop du projet Coverdale/Page a des conséquences positives : conscient que Jimmy Page est en sérieuses difficultés, Robert Plant, qui traverse lui aussi une mauvaise passe, accepte de retravailler avec lui, mais uniquement sous le nom de Page & Plant. Néanmoins, en mars 1995, admis d'emblée au Rock'n'Roll Hall Of Fame de Cleveland, Led Zeppelin rejoue ensemble. Deux albums naissent de leurs retrouvailles : le très bon No Quarter (un live semi-acoustique enregistré pour MTV) et le trop quelconque Walking into Clarksdale.

Le retour du Zeppelin

En 2003, le triple CD de concert How the West Was Won leur vaut leur premier numéro un américain depuis In Through the Out Door, un exploit pour des enregistrements datant des années 1970. Courant 2007, un nouveau best of, Mothership, paraît et le catalogue Led Zeppelin est mis en téléchargement sur iTunes. De nouvelles rumeurs de reformation commencent alors à circuler, vite démenties par Robert Plant. L'inimaginable se produit en septembre, lorsqu'un concert du groupe est confirmé et annoncé aux foules incrédules, Robert Plant ayant finalement cédé.

Le 10 décembre, à 21 heures, les trois anciens, renforcés par Jason Bonham, se produisent durant deux heures à l'O2 Arena de Londres dans le cadre d'un concert-hommage en mémoire de leur ami Ahmet Ertegün, décédé en 2006. Ce concert qui a généré pas moins de vingt millions de demandes de places, sort en novembre 2012 sous le titre Celebration Day. Signe d'une époque où la technologie est reine, Celebration Day est disponible dans huit formats audio et vidéo différents, du vinyle au Blu-ray. Deux ans après démarre une nouvelle campagne de réédition. Cette fois, les neuf albums sont doublés de versions de concert, de prises alternatives et de chutes de studio. Copyright 2014 Music Story Frédéric Régent

Né le 9 janvier 1944, James Patrick Page, a pour ami d'enfance l'ombrageux Jeff Beck. Après avoir entamé des études d'art à Londres, Jimmy Page devient musicien de séances, jouant sur tout ce qu'on lui présente de Françoise Hardy à The Kinks.

Il fait la connaissance de John Baldwin, dit John Paul Jones. Bassiste, claviériste et orchestrateur. Page vit la toute fin de The Yardbirds, tournant avec eux et enregistrant l'album Little Games. L'enregistrement de « Beck's Bolero », où figure sous un nom d'emprunt Keith Moon, est le vrai moment de la conception de Led Zeppelin.

L'envol du Zeppelin

Jimmy Page, impressionné par la voix et le charisme de Robert Anthony Plant , lui donne rendez-vous chez lui. Robert Plant lui conseille un batteur de ses amis, John Henry Bonham , lui aussi originaire de Birmingham, qui impressionne tout autant Page avec son jeu d'une force incroyable. Peter Grant obtient un contrat d'enregistrement avec le label Atlantic d'Ahmet Ertegün. Ils décident de prendre comme nom Led Zeppelin, ce qui a été suggéré à Jimmy Page suite à une blague de Keith Moon. Jimmy Page met alors la main à la poche et ils enregistrent en trois semaines leur premier album, avec «Communication Breakdown» et le monumental «Dazed and Confused», morceaux qui prennent toute leur dimension sur scène, où le groupe fait un malheur.

Le boom du Zeppelin

Durant l'été 1969, ils enregistrent leur deuxième album, qui transforme l'essai aux Etats-Unis, en Angleterre et dans le monde entier. Led Zeppelin II, , est considéré comme le premier vrai disque de hard rock, . Comme de nombreuses compositions de Led Zeppelin, « Whole Lotta Love », la chanson d'ouverture dérive en fait d'une composition déjà existante, écrite par Willie Dixon.

L'apogée du Zeppelin

Descendu en flammes par la critique (sauf en France), Led Zeppelin III, a une couleur volontairement plus folk et blues, la majorité des chansons ayant été enregistrée sans guitare électrique. La plus grande partie de 1970 est passée sur la route, leurs excès divers faisant depuis partie intégrante de la mythologie du rock. La perfection est atteinte avec le quatrième album, qui n'a jamais eu de vrai titre. On y trouve les classiques absolus « Black Dog » et « Rock'n'Roll », « The Battle Of Evermore ». Pourtant jamais parue en single, « Stairway to Heaven », mi-ballade, mi-hard-rock, longue de huit minutes, devient la chanson la plus diffusée sur les radios américaines.

Les tournées du Zeppelin

Enregistré en 1972 et paru fin 1973, moins bien reçu que le quatrième album, Houses of the Holy, pourtant remarquable (et premier album de Led Zeppelin à avoir un vrai titre), leur vaut un nouveau numéro 1. C'est alors qu'a lieu leur seule tournée française, qui passe par Lyon, Nancy et le Palais des Sports de Saint-Ouen.

L'exil du Zeppelin

Pour beaucoup, le double-album Physical Graffiti, paru en 1975 et véritable kaléidoscope aussi bien pour sa pochette très sophistiquée que pour tous les styles musicaux qui y sont abordés avec de nouveaux classiques, comme «Kashmir», «Trampled Underfoot» ou «In My Time Of Dying » est leur summum.

Presence, est enregistré en trois semaines, avec un Robert Plant en chaise roulante, suite à un accident de voiture. Il contient les épiques « Achilles Last Stand » et « Nobody's Fault But Mine ». Le groupe exhume des enregistrements et des bobines de film remontant à la tournée américaine de 1973 et en fait un long-métrage (médiocre) : The Song Remains the Same, accompagné d'une bande originale tout aussi inintéressante.

L'âge difficile de Led Zeppelin

Robert Plant apprend subitement le décès de son fils Karac survenu dans des circonstances encore mal élucidées Led Zeppelin met le cap sur la Suède et les Polar Studios d'ABBA, où il enregistre un nouvel album, In Through the Out Door.

En 1979, Robert Plant étant suffisamment remis pour donner à nouveau des concerts, le groupe obtient durant deux soirs la tête d'affiche au festival de Knebworth, mais les critiques soulignent la prestation en demi-teinte et le mauvais état de santé de Jimmy Page (désormais dépendant de l'héroïne). In Through the Out Door, ne se compare que difficilement à ses prédécesseurs. Sans s'en douter, Led Zeppelin donne à Berlin ce qui sera le dernier concert dans sa formation originale.

La fin du Zeppelin

Peu après, des répétitions en vue d'une tournée américaine ont lieu à Boleskine House, le domicile écossais de Jimmy Page. C'est là-bas que le 25 septembre, John Paul Jones découvre John Bonham dans sa chambre, inanimé : l'autopsie conclue à un décès accidentel, le batteur s'étant étouffé dans ses vomissures après avoir mélangé drogue, nourriture et alcool. Jimmy Page et John Paul Jones sont sous le choc, mais pas autant que Robert Plant qui, après son fils, perd son meilleur ami. Un communiqué met vite fin aux spéculations : pas de Led Zeppelin sans lui.

Un ultime album studio, Coda, est donc mis sur le marché après que Jimmy Page aie fouillé dans les rares bandes de chutes de ses archives. Après la séparation, il accuse le coup et s'abîme encore plus dans la drogue. Le 13 juillet 1985, au JFK Stadium de Philadelphie dans le cadre de Live Aid, Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones rejouent ensemble pour la première fois depuis cinq ans, avec Paul Martinez à la basse et deux batteurs, Tony Thompson (du groupe Chic) et Phil Collins.

L'héritage du Zeppelin

Jimmy Page, depuis longtemps ulcéré par la médiocre qualité des rééditions digitales de Led Zeppelin, se rend à New York et retravaille les bandes-mères multi-pistes pour les besoins d'un coffret en 4-CD et une double compilation, Remasters. Un deuxième coffret, The Complete Studio Recordings, est publié en 1994 et les albums originaux sont réédités séparément, dans des versions infiniment supérieures aux précédentes.

Page solo

Le flop du projet Coverdale/Page a des conséquences positives : conscient que Jimmy Page est en sérieuses difficultés, Robert Plant, qui traverse lui aussi une mauvaise passe, accepte de retravailler avec lui, mais uniquement sous le nom de Page & Plant. Néanmoins, en mars 1995, admis d'emblée au Rock'n'Roll Hall Of Fame de Cleveland, Led Zeppelin rejoue ensemble. Deux albums naissent de leurs retrouvailles : le très bon No Quarter (un live semi-acoustique enregistré pour MTV) et le trop quelconque Walking into Clarksdale.

Le retour du Zeppelin

En 2003, le triple CD de concert How the West Was Won leur vaut leur premier numéro un américain depuis In Through the Out Door, un exploit pour des enregistrements datant des années 1970. Courant 2007, un nouveau best of, Mothership, paraît et le catalogue Led Zeppelin est mis en téléchargement sur iTunes. De nouvelles rumeurs de reformation commencent alors à circuler, vite démenties par Robert Plant. L'inimaginable se produit en septembre, lorsqu'un concert du groupe est confirmé et annoncé aux foules incrédules, Robert Plant ayant finalement cédé.

Le 10 décembre, à 21 heures, les trois anciens, renforcés par Jason Bonham, se produisent durant deux heures à l'O2 Arena de Londres dans le cadre d'un concert-hommage en mémoire de leur ami Ahmet Ertegün, décédé en 2006. Ce concert qui a généré pas moins de vingt millions de demandes de places, sort en novembre 2012 sous le titre Celebration Day. Signe d'une époque où la technologie est reine, Celebration Day est disponible dans huit formats audio et vidéo différents, du vinyle au Blu-ray. Deux ans après démarre une nouvelle campagne de réédition. Cette fois, les neuf albums sont doublés de versions de concert, de prises alternatives et de chutes de studio. Copyright 2014 Music Story Frédéric Régent

Né le 9 janvier 1944, James Patrick Page, a pour ami d'enfance l'ombrageux Jeff Beck. Après avoir entamé des études d'art à Londres, Jimmy Page devient musicien de séances, jouant sur tout ce qu'on lui présente de Françoise Hardy à The Kinks.

Il fait la connaissance de John Baldwin, dit John Paul Jones. Bassiste, claviériste et orchestrateur. Page vit la toute fin de The Yardbirds, tournant avec eux et enregistrant l'album Little Games. L'enregistrement de « Beck's Bolero », où figure sous un nom d'emprunt Keith Moon, est le vrai moment de la conception de Led Zeppelin.

L'envol du Zeppelin

Jimmy Page, impressionné par la voix et le charisme de Robert Anthony Plant , lui donne rendez-vous chez lui. Robert Plant lui conseille un batteur de ses amis, John Henry Bonham , lui aussi originaire de Birmingham, qui impressionne tout autant Page avec son jeu d'une force incroyable. Peter Grant obtient un contrat d'enregistrement avec le label Atlantic d'Ahmet Ertegün. Ils décident de prendre comme nom Led Zeppelin, ce qui a été suggéré à Jimmy Page suite à une blague de Keith Moon. Jimmy Page met alors la main à la poche et ils enregistrent en trois semaines leur premier album, avec «Communication Breakdown» et le monumental «Dazed and Confused», morceaux qui prennent toute leur dimension sur scène, où le groupe fait un malheur.

Le boom du Zeppelin

Durant l'été 1969, ils enregistrent leur deuxième album, qui transforme l'essai aux Etats-Unis, en Angleterre et dans le monde entier. Led Zeppelin II, , est considéré comme le premier vrai disque de hard rock, . Comme de nombreuses compositions de Led Zeppelin, « Whole Lotta Love », la chanson d'ouverture dérive en fait d'une composition déjà existante, écrite par Willie Dixon.

L'apogée du Zeppelin

Descendu en flammes par la critique (sauf en France), Led Zeppelin III, a une couleur volontairement plus folk et blues, la majorité des chansons ayant été enregistrée sans guitare électrique. La plus grande partie de 1970 est passée sur la route, leurs excès divers faisant depuis partie intégrante de la mythologie du rock. La perfection est atteinte avec le quatrième album, qui n'a jamais eu de vrai titre. On y trouve les classiques absolus « Black Dog » et « Rock'n'Roll », « The Battle Of Evermore ». Pourtant jamais parue en single, « Stairway to Heaven », mi-ballade, mi-hard-rock, longue de huit minutes, devient la chanson la plus diffusée sur les radios américaines.

Les tournées du Zeppelin

Enregistré en 1972 et paru fin 1973, moins bien reçu que le quatrième album, Houses of the Holy, pourtant remarquable (et premier album de Led Zeppelin à avoir un vrai titre), leur vaut un nouveau numéro 1. C'est alors qu'a lieu leur seule tournée française, qui passe par Lyon, Nancy et le Palais des Sports de Saint-Ouen.

L'exil du Zeppelin

Pour beaucoup, le double-album Physical Graffiti, paru en 1975 et véritable kaléidoscope aussi bien pour sa pochette très sophistiquée que pour tous les styles musicaux qui y sont abordés avec de nouveaux classiques, comme «Kashmir», «Trampled Underfoot» ou «In My Time Of Dying » est leur summum.

Presence, est enregistré en trois semaines, avec un Robert Plant en chaise roulante, suite à un accident de voiture. Il contient les épiques « Achilles Last Stand » et « Nobody's Fault But Mine ». Le groupe exhume des enregistrements et des bobines de film remontant à la tournée américaine de 1973 et en fait un long-métrage (médiocre) : The Song Remains the Same, accompagné d'une bande originale tout aussi inintéressante.

L'âge difficile de Led Zeppelin

Robert Plant apprend subitement le décès de son fils Karac survenu dans des circonstances encore mal élucidées Led Zeppelin met le cap sur la Suède et les Polar Studios d'ABBA, où il enregistre un nouvel album, In Through the Out Door.

En 1979, Robert Plant étant suffisamment remis pour donner à nouveau des concerts, le groupe obtient durant deux soirs la tête d'affiche au festival de Knebworth, mais les critiques soulignent la prestation en demi-teinte et le mauvais état de santé de Jimmy Page (désormais dépendant de l'héroïne). In Through the Out Door, ne se compare que difficilement à ses prédécesseurs. Sans s'en douter, Led Zeppelin donne à Berlin ce qui sera le dernier concert dans sa formation originale.

La fin du Zeppelin

Peu après, des répétitions en vue d'une tournée américaine ont lieu à Boleskine House, le domicile écossais de Jimmy Page. C'est là-bas que le 25 septembre, John Paul Jones découvre John Bonham dans sa chambre, inanimé : l'autopsie conclue à un décès accidentel, le batteur s'étant étouffé dans ses vomissures après avoir mélangé drogue, nourriture et alcool. Jimmy Page et John Paul Jones sont sous le choc, mais pas autant que Robert Plant qui, après son fils, perd son meilleur ami. Un communiqué met vite fin aux spéculations : pas de Led Zeppelin sans lui.

Un ultime album studio, Coda, est donc mis sur le marché après que Jimmy Page aie fouillé dans les rares bandes de chutes de ses archives. Après la séparation, il accuse le coup et s'abîme encore plus dans la drogue. Le 13 juillet 1985, au JFK Stadium de Philadelphie dans le cadre de Live Aid, Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones rejouent ensemble pour la première fois depuis cinq ans, avec Paul Martinez à la basse et deux batteurs, Tony Thompson (du groupe Chic) et Phil Collins.

L'héritage du Zeppelin

Jimmy Page, depuis longtemps ulcéré par la médiocre qualité des rééditions digitales de Led Zeppelin, se rend à New York et retravaille les bandes-mères multi-pistes pour les besoins d'un coffret en 4-CD et une double compilation, Remasters. Un deuxième coffret, The Complete Studio Recordings, est publié en 1994 et les albums originaux sont réédités séparément, dans des versions infiniment supérieures aux précédentes.

Page solo

Le flop du projet Coverdale/Page a des conséquences positives : conscient que Jimmy Page est en sérieuses difficultés, Robert Plant, qui traverse lui aussi une mauvaise passe, accepte de retravailler avec lui, mais uniquement sous le nom de Page & Plant. Néanmoins, en mars 1995, admis d'emblée au Rock'n'Roll Hall Of Fame de Cleveland, Led Zeppelin rejoue ensemble. Deux albums naissent de leurs retrouvailles : le très bon No Quarter (un live semi-acoustique enregistré pour MTV) et le trop quelconque Walking into Clarksdale.

Le retour du Zeppelin

En 2003, le triple CD de concert How the West Was Won leur vaut leur premier numéro un américain depuis In Through the Out Door, un exploit pour des enregistrements datant des années 1970. Courant 2007, un nouveau best of, Mothership, paraît et le catalogue Led Zeppelin est mis en téléchargement sur iTunes. De nouvelles rumeurs de reformation commencent alors à circuler, vite démenties par Robert Plant. L'inimaginable se produit en septembre, lorsqu'un concert du groupe est confirmé et annoncé aux foules incrédules, Robert Plant ayant finalement cédé.

Le 10 décembre, à 21 heures, les trois anciens, renforcés par Jason Bonham, se produisent durant deux heures à l'O2 Arena de Londres dans le cadre d'un concert-hommage en mémoire de leur ami Ahmet Ertegün, décédé en 2006. Ce concert qui a généré pas moins de vingt millions de demandes de places, sort en novembre 2012 sous le titre Celebration Day. Signe d'une époque où la technologie est reine, Celebration Day est disponible dans huit formats audio et vidéo différents, du vinyle au Blu-ray. Deux ans après démarre une nouvelle campagne de réédition. Cette fois, les neuf albums sont doublés de versions de concert, de prises alternatives et de chutes de studio. Copyright 2014 Music Story Frédéric Régent


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.