undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Album|Modifier
Prix:11,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Cheveux blonds, sportif, la trentaine, n'ayant pas froid aux yeux, Lefranc est le clone d'Alix en version moderne. Sa profession officielle est reporter. Détenteur d'un brevet de pilote aérien, bon conducteur, on le verra très à l'aise, plein d'audaces et de maîtrise de soi dans des situations à risques. Il anticipe au cours de chaque action, improvise aisément et est capable de noter certains détails capitaux qui échappent même aux professionnels. Lefranc, fréquemment associé à la lumière, est aussi créateur de ténèbres.

Au personnage principal est associé le jeune JeanJean, louveteau de son état JeanJean, c'est l'équivalent moderne d'Enak dans Alix : même âge, même couleur de cheveux, même taille, même « fonction »: à la fois cause d'ennuis pour Lefranc et débloqueur de situations critiques.

L'inspecteur Renard, qui réapparaîtra dans plusieurs épisodes ultérieurs, porte bien son nom physiquement - cheveux roux, agilité - mais n'a ni la ruse ni la finesse de son homonyme à quatre pattes. Il est malgré tout efficace sur le terrain et cache mal une tendance à se laisser emporter facilement. Sa culture et son instinct semblent assez limités.

Enfin, le rôle du méchant est endossé par Axel Borg : malgré son aspect extérieur très séduisant, sa nature profondément noire laissera éclater au grand jour son ambition démesurée, sa démagogie, sa folie destructrice, son mépris de la nature humaine, sa quête d'un pouvoir absolu mondial. Son art du déguisement lui permet de changer facilement d'identité, prudence et patience de tenter de réaliser ses projets démentiels.

Après le demi-ratage de L'Oasis, les auteurs sortent en 1982 L'arme absolue. Cette fois, c'est une franche réussite malgré une petite invraisemblance scénaristique liée au titre même de l'album : il faut avouer que cet épisode d'arme absolue est tout à fait invraisemblable, mais ne nous arrêtons pas là. L'action se déroule sur 8 jours, pendant l'automne, mais un très beau prologue historique nous plonge d'abord dans l'ambiance des années 30 : vieilles voitures, avion et décors d'époque. Le style graphique de G. Chaillet fait ici merveille : son goût pour l'histoire, sa précision des reconstitutions (magnifique intérieur du restaurant Le Train Bleu de la gare de Lyon), tout est magnifique. La période contemporaine n'est pas en reste : on se balade à Obernai, dans les châteaux en ruine, au Mont Sainte Odile, à la chapelle Saint Sébatien (inspirée de l'original), près du mur païen; les intérieurs et leur ambiance alsacienne sont du même tonneau. Les habitants des lieux peuvent y reconnaître le souci de réalisme (c'est aussi la région où naquit J. Martin). Lefranc est donc en terrain connu (voir La Grande Menace).

Il y a aussi beaucoup à lire, ce qui fait que cette abondance de textes nous inscrit à notre insu dans un rythme de lecture bien en phase avec l'action. Quand celle-ci s'accélère, on lit moins (p.37/38). Les récitatifs de la partie « historique » sont trompeurs : il s'agit en fait d'un récit au style direct fait par le fils du personnage principal conduisant l'avion, et le raccourci brutal de la page 10 nous plonge sans transition mais avec réussite dans l'époque actuelle, au même endroit.

Le retour d'Axel Borg fait partie de la réussite de l'album mais sa présence nous surprend : il va collaborer étroitement avec Lefranc qui l'aidera même à se tirer d'un mauvais pas, comme pour répondre à une précédente intervention de Borg sauvant Lefranc dans le cimetière d'Obernai. Une comparaison est même faite par Borg avec les pôles des aimants ! Borg se révèle plus attiré par l'argent que par la destruction. Son goût pour le déguisement est de plus en plus étonnant : il apparaît en gradé puis en prêtre au mont Sainte Odile ! On apprend indirectement qu'il s'est fait facteur et a été à l'origine des recherches de Lefranc. Chose encore plus surprenante, il avoue son attirance pour les jeunes femmes, comme Lefranc qui n'y est pas insensible !

L'action est spectaculaire à certain moments : l'atterrissage /décollage dans l'allée du cimetière, la poursuite en voiture à travers la ville. Elle se déroule dans une belle ambiance automnale aux couleurs chatoyantes.

Simplement évoqué, Jeanjean reste absent dans le récit.

Je trouve le dessin de couverture plastiquement très réussi.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2012
Lecteur depuis 1954 en ayant suivi, semaines après semaines les aventures de Lefranc dans la Grande Menace, mes parents m'ont ensuite acheté l'album de cette aventure, aventure qui continue depuis plus de 50 ans et rarement déçu puisque ces aventures s'approchent souvent d'une science fiction "probable"
Pierre
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)