• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L'empereur c'est moi a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Amazon rachète votre
article EUR 5,95 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

L'empereur c'est moi Broché – 28 mars 2013


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 16,15 EUR 10,54

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'empereur c'est moi + Le petit prince cannibale - Prix Goncourt des Lycéens 1990 + Moi, l'enfant autiste
Prix pour les trois: EUR 29,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Quand je rêve, je vois une image, je bloque cette image et j'entre dans mon rêve. Ces images s'entrechoquent, disparaissent et reviennent. J'ai peur qu'elles ne s'échappent. Alors je les dessine. Et elles existent. À l'école, on me regarde en souriant et on me dit que je suis un « cerveau lent ». Ils ne savent pas comme les images défilent vite dans ma tête. Je leur réponds intérieurement, puisque « répondre » au professeur est interdit, que si je suis un « cerf-volant », qu'attendent-ils pour me lâcher ? Dans ma tête, je tâche d'y passer le plus de temps possible, et ça ne plaît pas vraiment aux autres. Je rêve endormi, je rêve éveillé. Je suis un rêveur, comme ils disent.
Le monde n'aime pas les rêveurs : ils doivent être surpuissants et beaucoup plus malins que la moyenne s'ils veulent y trouver leur place. Sinon ils n'auront aucune chance et finiront dans la benne à ordures. Voici le sort qui m'est réservé si je continue à rêver, ou du moins si cela se voit. Seulement, sans mes images et mon rêve, je suis mort. Un pantin mort. Dont les fils seront tirés par un manipulateur secret qui s'occupe de rêver pour les autres. C'est ça qu'ils veulent : détruire les images que j'ai dans la tête pour m'imposer leur « rêve » à eux. Leur sombre songe dont je ne veux pas faire partie. Figurant du rêve général et formaté, ça ne m'intéresse pas. Ce sera sans moi et moi sans vous.
Je connais bien la forêt et je ne crains pas les fantômes. Ils savent que je les respecte et que je ne suis pas venu pour les chasser. Malheur à celui qui les méprise : il sera changé en ver de terre.
Je marche dans la forêt, toujours avec une épée en bois. Le monde n'aime pas les rêveurs. Je dois m'entraîner. M'entraîner à me battre et à résister pour rêver.
Le fantôme siffleur m'a soufflé une idée aujourd hui. Il m'a appelé le « petit dragon ». Ce sera le début de mes bandes dessinées. Elles raconteront l'histoire du petit dragon. Difforme, le petit dragon est rejeté par son clan dès sa naissance parce qu'il ne peut pas cracher de feu. À l'école, les fantômes ont disparu. Ils n'aiment pas cet endroit et moi non plus. Les lieux sans fantômes me désespèrent. Alors je reste avec les images qui tournent dans ma tête, les images que les fantômes m'ont soufflées. À l'école, on m'empêche de traduire ces images. Elles sont « hors sujet ». Alors je me dis qu'une existence de fantôme me plairait bien. Bien plus que celle d'un écolier en tout cas. Je ne veux pas entendre les voix et les cris autour de moi. Je préfère le silence. Je suis le fantôme de l'école. --Extrait

Trois questions à Hugo Horiot, comédien et écrivain
« Je n'ai pas guéri de l'autisme, j'ai appris à vivre avec. »
Hugo Horiot a reçu lundi 21 octobre le Prix « Paroles de patients », qui récompense des auteurs racontant leur rapport à la maladie et à la guérison.
Dans « L'empereur, c'est moi » (L'iconoclaste, 17 euros), ce trentenaire autiste, atteint du syndrome d Asperger, raconte comment il est sorti du silence.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre sur votre enfance et votre maladie? ?
Hugo Horiot : J'écris par besoin. Mon enfance est une période que j'ai longtemps murée, car depuis que ma maladie est devenue insoupçonnable, au cours de mon adolescence, je ne voulais plus rien avoir à faire avec. Je n'en avais plus jamais parlé, en venant presque à en nier l'existence. Mais à force de ne pas assumer, c'est devenu comme un sac de briques. Quand j'ai décidé d'écrire, je n'avais pas de plan, j'ai juste ravivé des souvenirs qui, par domino, en ont appelé d'autres, parfois très enfouis. J'ai gardé cette forme très séquencée, comme des petits épisodes, et l'idée de raconter mon quotidien et ma situation avec mon point de vue d'enfant.
Vous expliquez que vous aviez décidé, par vous-même, de ne pas parler. Et puis un jour, vous sortez du silence. Que s'est-il passé? ?
H.H. : Effectivement, j'avais décidé de ne pas parler, car je ne voulais pas me mêler au monde. C'est mon histoire, pas celle des autistes en général. Des personnes non malades peuvent d'ailleurs se reconnaître dans les moments de violence, d'exclusion et d'incompréhension du monde que je décris. J'avais pour ma part le désir de ne pas être là, je détestais mon état d'enfant. Je voulais tout recommencer, revenir dans le ventre de ma mère, mourir, ou au contraire devenir adulte tout de suite. C'est à ma mère que je dois d'en être sorti. Dès qu'elle a vu que j'étais un bébé particulièrement calme, qui ne pleurait jamais, elle a déployé une énergie incroyable pour me stimuler et ne pas attendre que des médecins me prennent en charge. Je suis devenu verbal à six ans, à force de stimulations et de « pièges » que ma mère me tendait en me surprenant, en me forçant à parler. Mais cela a été très dur. « Chaque mot sera une abdication, chaque mot me tue », comme je l'écris dans le livre. Aujourd'hui, je ne considère pas que j'ai guéri, car on ne guérit pas de l'autisme, mais j'ai appris à vivre avec.
Aujourd'hui, ce livre fait-il parti d'un combat lié à l'autisme? ?
H.H. : Je ne veux pas devenir le fer de lance de telle ou telle association même si je considère en effet qu'en France, on est à l'âge de pierre par rapport à l'autisme. On subit cette mainmise de la psychanalyse quand tous les autres pays sont passés à autre chose, par les méthodes comportementalistes par exemple. C'est d'ailleurs un peu ce que ma mère a fait pour moi, par instinct. C'est aberrant de vouloir psychanalyser un autiste. Mais je n'ai pas envie pour autant de prendre part à cette guerre. Ce livre est avant tout un objet littéraire.

Propos recueillis par Flore Thomasset. --Extrait d'interview : La Croix, 22 octobre 2013.

Présentation de l'éditeur

« Un témoignage exceptionnel »
Le Soir
« L'itinéraire d'un enfant qui a réussi à quitter la prison de ses rêves pour en faire une oeuvre. »
Le Figaro littéraire

Ce livre est une histoire vraie. L'autoportrait d'un enfant en colère, qui mène une guerre sans merci, contre lui-même et contre les autres. Un enfant autiste Asperger.
Aujourd'hui, l'orage de l'autisme est passé. Le guerrier aux bras nus est devenu un adulte serein. Alors, il a décidé de replonger en enfance. Au fil des chapitres, il nous entraine avec lui. Il a quatre ans, huit ans, douze ans. Il a peur. Il se cogne à l'absurdité de la vie comme un papillon contre une lampe.
C'est net, juste, étrange, cruel parfois. Les larmes sont étouffées et la tendresse jaillit comme l'éclair.
Un texte fascinant dans la lignée des grands récits sur l'autisme.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,95
Vendez L'empereur c'est moi contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,95, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 228 pages
  • Editeur : L'Iconoclaste (28 mars 2013)
  • Collection : littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2913366589
  • ISBN-13: 978-2913366589
  • Dimensions du produit: 13,5 x 1,8 x 18 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (48 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 50.488 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Photo © Sacha Wolff
Hugo Horiot est né à Dijon le 3 Aout 1982. Comédien, écrivain et réalisateur, il vit actuellement à Paris.
www.hugohoriot.com

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

27 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 12 avril 2013
Format: Broché
Comédien, réalisateur, producteur, monteur et écrivain, rien, à première vue, ne pourrait laisser deviner qu'Hugo Horiot a été un enfant autiste, victime du syndrôme d'Asperger. En rappelant quelques faits édifiants ( "L'école n'est pas du tout adaptée pour recevoir des personnes en situation de handicap. C'est un problème d'ordre discriminatoire. La France est très en retard là-dessus. En Europe, 100% des enfants autistes sont scolarisés. En France, moins de 20%."), Hugo raconte le long calvaire qu'a été sa scolarité, le rejet de la différence, l'incompréhension...

Aujourd'hui, pour le "traitement" de l'autisme, la méthode psychanalytique reste la seule technique mise en oeuvre, méthode grandement remise en question par l'auteur, pour qui la psychanalyse "n'a aucune prise sur l'autisme (...)c'est une thérapie basée sur la communication entre le patient et son thérapeute. Un sujet autiste étant privé de toute communication avec le monde, je ne vois pas en quoi la psychanalyse peut-être opérante sur lui".

Fils de la romancière Françoise Lefèvre, qui a écrit pour lui Le Petit Prince cannibale et Surtout ne me dessine pas un mouton, Hugo Horlot donne, avec ce livre, les clés de son comportement autistique. Comme un nouveau-né qui se rappellerait le monde d'où il vient, c'est sous ce prisme qu'il convient de regarder son comportement à cette époque.

Un point de vue unique sur les perceptions, les souffrances et plus généralement, la vie des gens dit "différents". Un texte porteur de rêve et d'espoir, à mi chemin entre l'étude et la poésie, un livre unique en somme.

CREW.KOOS
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par L. sandrine le 17 septembre 2013
Format: Broché Achat vérifié
Rare témoignage sur l'autisme, vu "de l'intérieur", par un enfant autiste devenu adulte et qui "s'en est sorti". L'amour de ses parents transpire à travers le livre, et aussi leurs souffrances comme celles, innombrables, de leur enfant. Tout est dit très délicatement avec beaucoup de pudeur et de réserve, mais très clairement.
Ce livre est un trésor pour mieux comprendre à la fois le monde de l'autisme, et celui de l'enfance. Très facile à lire, il est écrit dans un style particulièrement évocateur et profond.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bernadette Dumont le 17 février 2014
Format: Broché Achat vérifié
Un de mes élèves est dans le même cas que l'auteur et le livre a été présenté par celui-ci chez Ruquier. J'ai bondi sur l'occasion de mieux comprendre le gamin. Je me suis rendu compte que, comme l'auteur, il n'aime pas les réactions idiotes du genre "se bousculer dans les couloirs, crier pour rien, s'injurier pour impressionner les autres et se faire croire qu'on est fort". Il aime le respect, le calme, le droit à sa propre personnalité. Le passage du château-père provoquerait la même réaction car le côté rationnel est très présent. Un château est un château et un père est un père, non mais ! Je pourrais en parler durant des heures car je pense que ces enfants sont plus porches des gens qui se comportent en adultes que des gamineries de certains ados ou enfants dont ils n'ont rien à faire. Ce qui perturbe les autres élèves est le droit au jeu, à la rêverie qui sont très chouettes si on accepte que le jeu et la rêverie sont différents des rêves d'autres jeunes, un peu comme un appel "essaie d'entrer dans ma bulle... on va voir si tu en es capable, sinon, tu n'es pas très doué". La révolte contre l'injustice est bien là aussi. Tout cela est clairement expliqué dans le livre. Je l'ai recommandé à quelques collègues et avec quelques élèves qui trouvent que notre asticot est gentil, mal aimé par les grandes "gueules" et ne savent pas comment tendre la main ... Nous en avons parlé en classe et certains commencent à trouver le truc...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Meyer Christine le 4 juin 2013
Format: Broché Achat vérifié
objet litteraire plus qu'un livre sur un autiste aspeger
j'avais lu le petit prince cannibale : heureuse de savoir ce qu'il est devenu
Pour qu'un autiste s'ouvre il lui faut une passion. Le Théâtre, ici, les mots.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par RedDragon le 3 décembre 2013
Format: Broché
Vu dans une émission télé, l'auteur m'a plus. Ne me demandez pas pourquoi, cette façon simple de parler, cette façon élégante de s'exprimer et ce lundi, chez mon libraire, j'ai sauté dessus.

Quoi dire ? C'est un livre d'une grandeur absolue. Il n'est pas véritablement un livre sur l'autisme ni même une ballade "en autisme" c'est bien plus profond que ça. Alors qu'on aurait pu faire un réquisitoire contre les solutions affreuses d'accueil en France, ce livre est bien plus qu'un attristant constat. Il est rayonnant d'intelligence.
Aujourd'hui, alors que par centaines, les comportements harceleurs font irruption, c'est un hymne à la tolérance comme on aime. Quelque chose de beau, de joyeux, de triste, de grandiose. Merci beaucoup pour cette perle.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?