undrgrnd Cliquez ici Baby Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Plus d'options
Leprosy (Deluxe Reissue)
 
Agrandissez cette image
 

Leprosy (Deluxe Reissue)

28 avril 2014 | Format : MP3

EUR 34,99 (TVA incluse le cas échéant)

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
6:20
30
2
3:27
30
3
4:36
30
4
4:37
30
5
4:26
30
6
4:55
30
7
4:33
30
8
5:55
Disc 2
30
1
4:55
30
2
6:14
30
3
4:41
30
4
4:34
30
5
4:27
30
6
4:41
30
7
4:16
30
8
5:36
30
9
3:19
30
10
4:26
Disc 3
30
1
6:24
30
2
4:59
30
3
4:40
30
4
4:20
30
5
4:41
30
6
3:40
30
7
4:35
30
8
3:24
30
9
3:24
30
10
4:22
30
11
4:21
30
12
7:29
30
13
4:43
30
14
4:51
30
15
4:45
30
16
5:09
30
17
4:29
30
18
3:31
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 6 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par orion TOP 500 COMMENTATEURS le 29 décembre 2012
Format: CD
En 1988, Death, le groupe américain, sort son second album. Mais contrairement au premier album où le style du groupe n'était pas encore complètement affirmé, celui-ci va avoir un impact considérable sur la scène Metal mondiale puisqu'il est considéré tout simplement comme l'album fondateur du Death Metal.

Petit retour en arrière : le groupe est fondé en 1983 par Chuck Schuldiner (chant et guitare) qui s'adjoint les services de Kim Rozz (guitare) et Kam Lee (batterie). Le groupe s'appelle alors Mantas et enregistre une démo intitulée "Death By Metal". Puis le groupe, alors rebaptisé Death, enregistre plusieurs autres démos. Après de nombreux changements de personnel, Death enregistre enfin son premier album, "Scream Bloody Gore" en 1987. Le groupe y montre un Thrash Metal agressif, à la frontière de ce qui deviendra le Death Metal.
Puis Kim Rozz revient dans le groupe avec dans ses bagages le bassiste Terry Butler et le batteur Bill Andrews, tous membres du groupe Massacre. Ensemble, ils enregistrent ce "Leprosy" aux fameux Morrisound Studio à Tampa, en Floride. Un studio qui va devenir la Mecque du Death Metal.

Dès le titre éponyme, une lourdeur nous tombe sur les épaules. Les riffs du titre éponyme semblent venir des entrailles de la Terre. A cette lourdeur s'ajoute une violence palpable. Le chant (mais peut-on parler de chant ?) de Chuck Schuldiner est extrêmement agressif, il se sort littéralement les tripes en beuglant de la sorte. On note aussi, par rapport au premier album, des partitions plus complexes.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
avec leprosy, death connait une évolution technique et stylistique comparable à ce qu'a connu metallica entre kill'em all et ride the lightning.
et la comparaison s'arrête là, car death évolue dans le registre death metal naissant et qui portera dès lors son nom.
avec leprosy, tout est dit: riffs implacables, soli virtuoses et mélodiques, textes qui délaissent le grand guignole de scream bloody gore, pour une tournure sociale qui ne se démentira pas par la suite...
les huit titres de cet albums sont parmi les meilleurs d'une riche discographie.
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
cet album est une pure merveille. Déjà, on sent que le groupe a progressé techniquement d'abord, puis dans la manière de composer. Schuldiner fait preuve d'une grande technique, qui ira crescendo par la suite, sans jamais perdre en puissance, ni spontanéité. De plus, ses riffs et solos magnifiques restent toujours mélodiques et sont construits à la perfection; chaque note est à sa place et il ne peut en être autrement.
Remarque sur ce commentaire 9 sur 11 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique