Commencez à lire Les Amazones de la République sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
Les Amazones de la République
 
Agrandissez cette image
 

Les Amazones de la République [Format Kindle]

Renaud REVEL
3.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (66 commentaires client)

Prix éditeur - format imprimé : EUR 6,80
Prix Kindle : EUR 4,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 1,81 (27%)
Le prix a été fixé par l'éditeur.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 4,99  
Broché EUR 19,95  
Broché EUR 6,80  
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !






Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

UN JOUR À TOULOUSE...

C'était un jour de mai 1984 à Toulouse, cette ville toute de rose laquée, dont un soleil de plomb vient souvent délaver le ciel bleu et étouffer les ocres de ses maisons. Or cette cité, orgueilleuse et jalouse de ses voisines, qui exige de ses habitants un mariage monogame, déroulait ce jour-là ses plus beaux atours pour celui qu'une foule compacte applaudissait. Sous les lambris de l'hôtel de ville, un président de la République en visite s'avançait lentement vers le perron, de port très altier et un brin de hauteur désabusée dans la démarche : François Mitterrand.
Se frayant un chemin parmi une meute en génuflexion, implorant l'aumône - un geste, un mot... -, l'homme aimantait les regards. Cette foule de courtisans n'était que limaille pour celui dont l'oeil s'était soudainement arrêté sur une jeune et jolie femme noyée dans la cohue : un visage qu'il connaissait et dont il avait alors immédiatement verrouillé la silhouette. Tel un missile sa cible. Sur le qui-vive guerrier, François Mitterrand, qui en oublia le reste, lui adressa de la tête un discret signe de bienvenue. Un geste qu'elle lui rendit dans un léger sourire empreint de componction. Touchée !
Comme de coutume, le protocole imposé de ce type de marathon présidentiel avait été réglé au cordeau par la machine élyséenne. Et François Mitterrand ne dissimulait pas son agacement : 9 heures, allocution à la préfecture ; 10 heures, visite des ateliers d'Airbus ; 11 heures, rencontre avec une délégation de la FNSEA, le syndicat paysan. A midi, vin d'honneur et déjeuner protocolaire à l'hôtel de ville en compagnie d'une armée de notables endimanchés, prêts à s'immoler pour l'approcher.
Mais Mitterrand, dont le visage marmoréen s'était irradié, n'avait plus d'yeux que pour «Elle». Tendant son cou pour mieux l'apercevoir, tel le héron au-dessus d'une rangée de roseaux, il respirait au-delà de cette marée humaine les embruns de celle qui venait de remarquer son manège.
La chasse était lancée. Cette apparition fit l'effet chez le locataire de l'Élysée d'un ouragan de fraîcheur dans cette chaleur que dégageait cet embouteillage de chairs. Que d'obligations et de salamalecs, pestait-il intérieurement ! Or, François Mitterrand, convaincu que le fruit était mûr, poussait un peu plus son art. Certains parmi ses plus intimes compagnons de route, qui escaladaient à ses côtés le caillou de Solutré, l'ont souvent entendu raconter, lors de cette ascension, quand le temps s'écoule lentement, le plaisir qu'il trouvait dans ces joutes à distance. Quand tout n'est plus que jeu de séduction et quitte ou double.
Elle, ici ? Quoi de plus normal. Journaliste politique à TF1, Florence Schaal avait été dépêchée le matin même par sa direction pour suivre le déplacement de celui qu'elle avait été amenée à rencontrer à quelques reprises dans le cadre de ses activités, depuis son accession à l'Élysée, trois ans plus tôt.
Et Florence se sentait déshabillée de la tête aux pieds. Comme la jeune fille que le paysan regarde danser, guettant les effluves d'un parfum qu'il semble deviner de loin. Plus que quelques minutes de patience et il irait lui inoculer, dans un grand tourbillon de mots, quelques compliments ourlés qui la feraient immanquablement chavirer.
Comment était-elle vêtue ? Une veste claire, un chemisier légèrement décolleté, un jean, des escarpins. Des boucles d'oreilles, une bague, peut-être... Imperceptiblement, François Mitterrand s'était écarté de quelques pas pour se rapprocher de la journaliste, elle-même entourée d'une grappe de confrères à l'affût. Chacun savait que c'est dans ces moments-là que le président de la République, qui gérait comme personne ces situations, distillait, en aparté, quelques confidences. En l'occurrence, ce jour-là, une charge au vitriol contre le parti communiste...
L'estocade ne devait plus tarder. La harponnant d'un dernier regard, plus vrillant cette fois-ci, il lui sourit comme on sourit à l'inconnue que l'on va mettre en cage : un sourire d'oiseleur en passe d'apprivoiser une espèce rare. Pourtant, François Mitterrand connaît bien sa proie. «Comment allez-vous, Florence ?» Tout en prononçant ces mots, il a franchi, tel un passe-muraille, le rempart de gardes du corps et de conseillers qui l'encerclent pour se rapprocher de la journaliste, qu'il entraîne alors à ses côtés, lui frôlant le coude de sa main, avec la lenteur d'un koala agrippé à sa branche.

Présentation de l'éditeur

Qui sont-elles ? Tantôt des courtisanes, des confidentes et des compagnes, d'un soir ou d'un mois. Tantôt, des gourgandines de passage, des maitresses attitrées ou leurs premières conseillères. Or toutes ces femmes ont une seule chose en commun, leur métier de journalistes. Depuis les premières heures de la Cinquième République, elles sont ainsi une lignée à avoir franchi les grilles de l'Elysée, comme celles d'un square d'arrondissement, dont elles ont séduits leurs différents locataires, tombés comme des mouches.
Romanesques, burlesques, grivoises et parfois surréalistes, les anecdotes qui peuplent cet ouvrage éclairent d'un jour particulier la fonction présidentielle. Et dressent un portrait parfois décapant des relations entre la politique et une génération d'amazones venues de la presse écrite ou de l'audiovisuel, qui ont marqué à leur manière la " petite " histoire de ce palais.


Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles
15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Tout de même déçu... 16 juillet 2013
Par M. David TOP 100 COMMENTATEURS
Format:Broché|Achat vérifié
Monsieur REVEL est quelqu'un de fort intéressant, que ce soit dans ses articles ou dans ses interventions télévisées. C'est d'ailleurs suite à l'une d'elles que j'ai décidé d'acheter son livre et de le lire.
Je ne suis pas coutumier de ce genre de lecture mêlant le "people" à la politique.

La problématique de base est intéressante (montrer la connivence entre le pouvoir des médias et le pouvoir politique), même si l'on a pas attendu Monsieur Rével pour la révéler.
Néanmoins, le traitement est assez irrégulier et par moment manque un peu d'argumentation.
Bref, pas grand-chose de nouveau sous le soleil.
Les seules choses qui m'ont, par certains moments intéressées, sont les mentions des journalistes qui ont refusées de se prêter à ce "petit jeu" de connivence. Certaines ont remonté dans mon estime.
De plus, l'ouvrage est assez clair sur le fait que les hommes politiques n'ont pas été les seuls bénéficiaires de ce système : les journalistes elles-mêmes ont contribué à entretenir "la machine" par soif de pouvoir, pour voir évoluer leur carrière, etc.

Si vous aimez la presse people et que vous souhaitez des éléments factuels, ce livre est pour vous. Vous pourrez le lire sur la plage sans vous prendre la tête.
Si, en revanche, vous cherchez une étude plus "sociologique"... il vaut mieux poursuivre votre chemin.
J'espère que ce commentaire vous aura été utile.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Les amazones de la république 18 février 2014
Format:Broché|Achat vérifié
J'ai passé un très bon moment, même si je suis un peu écoeurée par la conduite de nos dirigeants, l'amour du pouvoir n'est pas le véritable amour, c'est un abus de leur part. Je suis aussi très étonnée par les journalistes femmes politiques, elles sont prêtes à se donner pour un scoop, pour un article, pour un avancement dans leur carrière. Comment peuvent-elles se regarder dans une glace ?
Je ne pensais pas que le palais de l'Elysée était un véritable baisodrome !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Quand les politiques tirent un coup d'Etat permanent 13 février 2014
Par ecce.om TOP 50 COMMENTATEURS
Format:Broché
Réfléchissez bien avant d'acheter ce livre.
Pourquoi ne pas vous contenter de feuilleter la page 306 (la dernière, ouf !)? Revel y revient, pour le déplorer (avec humour ?) sur le démenti opposé à l'AFP par Julie Gayet suite à la rumeur d'une relation avec F. Hollande (le livre a été écrit en 2013) : "Si l'on avait des doutes sur sa capacité à gouverner, ses amours alternées laissaient espérer un quinquennat prometteur. Et patatras !"

Aujourd'hui, Revel doit être rassuré. FH peut encore espérer rattraper ses prédécesseurs (mais il va quand même falloir qu'il accélère).

Pour le reste....
J'ai trouvé ce livre pénible, léger et déprimant.

Là voilà donc la triste réalité du pouvoir politique : des Présidents priapiques et des femmes journalistes attirées par le pouvoir comme les papillons par la lumière.
Revel les appelle "Amazones de la république". Admettons. A la lecture, on se surprend à envisager pour certaines d'entre elles, un autre qualificatif (mais il était déjà utilisé par Deux viers j'y cours).

Amazones ?
Quelle dérision.

Face à celles ci, nul Achille, Thésée ou Héraclès, mais des VGE, Mitterrand, Chirac...abusés par les mythes.

Revel jette une lumière glauque sur les liens entre le pouvoir politique et le 4ème, celui de la presse. Pourquoi pas ?
Le problème, c'est qu'il livre des noms en pâture, sans faire vraiment la part des choses.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Anecdotique mais distrayant 15 janvier 2014
Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 50 COMMENTATEURS
Format:Broché
Quelle excellente idée de (re)faire sortir ce livre en édition de poche au moment où notre cher président se retrouve empêtré dans de sombres histoires de galipettes où gang mafieux et scooters se croisent entre 2 jambes en l'air. Evidemment, en matière de relation avec la presse, le président nous avait déjà présenté sa compagne (avec laquelle, a-t-il cru bon de préciser, il n’est pas marié) confortablement entretenue sur nos deniers en tant que « première dame ». Mais, à l’époque où le livre est paru, livre au demeurant très gentillet dans l’enquête qu’il propose (ne vous attendez pas à de fracassantes révélations, les amours d’un soir d’un Giscard, Chirac ou Sarkozy étant finalement de notoriété publique), à cette époque là disais-je, la relation de F. Hollande avec une actrice, plus toute jeune n’était pas encore connue.

Il ne faut donc voir aucune malice à ce que ce livre, sorte aujourd’hui, peut être juste un petit clin d’œil du destin, une manière de rappeler que, loin de se soucier de l’intérêt commun, mission pour laquelle pourtant ils ont été élus, nos hommes politiques préfèrent largement profiter du charme que leur confère le pouvoir. Les journalistes, quant à eux (elles) ont tout intérêt à ce que cela ne se sache pas trop et tout se petit monde se tient gentiment par la barbichette, histoire de ne pas dire autre chose, au mépris de la sécurité de l’état et, plus grave sans doute encore, au mépris de leurs électeurs.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
1.0 étoiles sur 5 perte de temps
l'exemple type du livre inutile où on apprend tout ce qui est déjà archiconnu . Lire la suite
Publié il y a 27 jours par oscar la canaille
1.0 étoiles sur 5 texte
livre peu intérêssant que l'on commence par curiosité et que l'on met de côté rapidement car peu accrocheur.ne vaut pas son prix
Publié il y a 2 mois par nolibois marie-paule
3.0 étoiles sur 5 Bof !!
Livre pour "faire un coup" qui n'apporte que peu de révélations contrairement à ce que laissait supposer la promotion. Lire la suite
Publié il y a 2 mois par DANDAUM
5.0 étoiles sur 5 Les amazones de la Républiques - Renaud REVEL
Ce livre est surprenant, passionnant , sûrement plein de vérités .
A lire impérativement au risque de regarder naïvement tous nos dirigeants
Les... Lire la suite
Publié il y a 2 mois par MICHELE FRELIN
4.0 étoiles sur 5 Bien documenté et intéressant
Livre acheté début 2014 en pleine actualité élyséenne "People". Lire la suite
Publié il y a 4 mois par ijcv
5.0 étoiles sur 5 Des amazones et des sultans
Je n'ai jamais eu beaucoup de sympathie ou d'estime pour la caste des hommes politiques.Après lecture de ce livre, ils m'écoeurent ! Lire la suite
Publié il y a 4 mois par Suzanne Drouot
2.0 étoiles sur 5 décevant
Je n'ai vraiment pas aimé... c'est même pas drôle. C'est déjà tout un commentaire. Lire la suite
Publié il y a 5 mois par simone brechotteau
3.0 étoiles sur 5 travail d'historien
enfin un livre bien documenté parmi la ribambelle de titres accrocheurs qui concernent les frasques des Dati et autres personnages de notre vie politique et ce par le petit... Lire la suite
Publié il y a 6 mois par Langelin Henri
5.0 étoiles sur 5 Petite histoire de France
Je n avais pas beaucoup d illusions sur le fait que pour certains le pouvoir rend fou .La dans les arcades du pouvoir le sexisme et le droit de cuissage se pratiquent parfois'Tout... Lire la suite
Publié il y a 7 mois par Rosemarie Santaliestra
5.0 étoiles sur 5 Edifiant!
Une fois lu, cet ouvrage laisse un goût amer dans la bouche!! on a envie de s'en aller sur une ile déserte où la politique est inconnue. Lire la suite
Publié il y a 7 mois par A. M. Nuvolone
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique