• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les Annees 68. une Ruptur... a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par legrandfleuve
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Annees 68. une Rupture Politique et Culturelle Broché – 21 novembre 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,00
EUR 19,00 EUR 15,89

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Au printemps 1969, cinq étudiants de l'École normale de Hitzkirch, dans le canton de Lucerne, distribuent des tracts mettant en cause le sens et le fonctionnement de l'armée lors d'une manifestation dans le cadre d'une école de recrues pour sanitaires. Ils sont traînés dans la boue par la presse locale, qui les traite de «crapules». Les autorités décident de chasser ces étudiants de l'école et de leur refuser le droit de présenter leur candidature à des postes d'instituteurs pendant deux ans. Des membres de la Jeune gauche de Lucerne et du Forum autonome de Beromünster se solidarisent avec les cinq étudiants en distribuant un tract, après quoi quelques-uns d'entre eux sont également convoqués par les rectorats de leurs écoles.
Cet épisode ne fait certes pas partie des événements majeurs que l'on rattache aux «années 1968» en Suisse. Ce sont d'autres faits, images et auteurs qui se sont inscrits dans la mémoire collective. En Suisse romande, on se souvient surtout des manifestations contre les Journées genevoises de la Défense nationale et des activités liées à cet événement, en mai 1968. Pour les Alémaniques, c'est l'«émeute de Globus» (Globuskrawall) de juin 1968, à Zurich, qui incarne le mouvement de 68. Au Tessin, l'occupation de l'aula de l'École normale, à Locarno, par 200 étudiants, apparaît comme l'événement clé.
Si l'épisode de Hitzkirch figure au début de ce livre, c'est parce qu'il montre que 68 en Suisse ne se résume pas à un ou deux événements certes spectaculaires et connus loin à la ronde, mais limités. Car 68 est un phénomène beaucoup plus vaste. Il a souvent été perçu par la population à travers de petits incidents locaux, mais son influence sur la vie quotidienne, sur les usages sociaux, les tenues vestimentaires plus colorées ou tout simplement les nouveaux sons diffusés par les transistors étaient nettement plus manifestes. Pour rendre justice à cette pluralité, ce livre allie les approches méthodologiques propres à l'histoire politique et sociale et celles qui relèvent de l'histoire de la culture et de l'histoire du quotidien.
Jusqu'ici, les «années 1968» en Suisse ont surtout fait l'objet d'études locales, focalisées sur le mouvement et sur les mobilisations qu'ont connus les villes de Zurich, Berne, Bâle, Lausanne et Genève. Parfois, la Suisse romande, la Suisse alémanique ou le Tessin sont abordés comme un tout, mais il n'existe aucune présentation du phénomène pour l'ensemble de la Suisse. Le présent ouvrage tient à combler cette lacune. Sans prétendre à l'exhaustivité ni à l'inventaire de tous les événements et de tous acteurs, le point de vue translocal et transrégional adopté ici permet de mettre en évidence des évolutions parallèles, des coïncidences ainsi que des influences réciproques et des coopérations, en dépit des différences et du décalage temporel dans l'évolution du phénomène.
Mais 68 fut un événement transnational, voire mondial. Parti des États-Unis, un mouvement de contestation gagne de vastes régions du monde dans la seconde moitié des années 1960. Il pousse les gens dans la rue pour manifester contre une situation, des autorités ou la guerre que livrent les troupes américaines au Vietnam. À Mexico City, à Berlin, à Tokyo, à Buenos Aires, à Berkeley et à Belgrade, mais aussi à Genève, à Lausanne et à Neuchâtel, des hommes et des femmes témoignent leur solidarité avec les soixante-huitards français. Les différents mouvements s'inspirent l'un de l'autre et s'influencent mutuellement, et les médias, en particulier la télévision, jouent un rôle important à cet égard. Partout, on assiste à l'expérimentation de nouvelles formes de protestation - sit-ins, go-ins ou teach-ins - et partout les contestataires s'exposent à une répression parfois massive de la part des pouvoirs publics. Comme le montre ce livre, 68 ne s'explique pas en partant du seul contexte local, régional ou national, en Suisse pas plus qu'ailleurs. Le mouvement de 68 en Suisse fait partie d'un phénomène transnational et il s'agit d'interpréter les événements et les actions par lesquelles il s'est manifesté dans une perspective historique globale.

Biographie de l'auteur

Damir Skenderovic est professeur et Christina Späti est lectrice, en histoire contemporaine au Département des sciences historiques de l'Université de Fribourg.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?