EUR 6,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 1,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Braves Gens ne courent pas les rues Poche – 3 février 1981


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 4,16
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,20
EUR 6,20 EUR 3,00
Poche
"Veuillez réessayer"

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les Braves Gens ne courent pas les rues + Montserrat + La poésie des romantiques
Prix pour les trois: EUR 12,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Dix nouvelles de la grande romancière américaine. Tout le monde prend vie en quelques secondes, et s'impose à nous : tueurs évadés du bagne, un général de cent quatre ans, une sourde-muette, une jeune docteur en philosophie à la jambe de bois, un Polonais que la haine des paysans américains accule à une mort affreuse, et, grouillant à l'arrière-plan, les petits fermiers, les nègres paresseux et finauds.
Les braves gens ne courent pas les rues, telle est la morale assez pessimiste qui se dégage de ces récits. Flannery O'Connor possède, comme Dickens, le don de la caricature mais aussi un humour implacable, une fantaisie grinçante jusque dans le tragique et l'horreur.

Quatrième de couverture

Dix nouvelles de la grande romancière américaine. Tout le monde prend vie en quelques secondes, et s'impose à nous : tueurs évadés du bagne, un général de cent quatre ans, une sourde-muette, une jeune docteur en philosophie à la jambe de bois, un Polonais que la haine des paysans américains accule à une mort affreuse, et, grouillant à l'arrière-plan, les petits fermiers, les nègres paresseux et finauds.Les braves gens ne courent pas les rues, telle est la morale assez pessimiste qui se dégage de ces récits. Flannery O'Connor possède, comme Dickens, le don de la caricature mais aussi un humour implacable, une fantaisie grinçante jusque dans le tragique et l'horreur.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez Les Braves Gens ne courent pas les rues contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 288 pages
  • Editeur : Gallimard (3 février 1981)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070372588
  • ISBN-13: 978-2070372584
  • Dimensions du produit: 17,8 x 10,8 x 1,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 59.632 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 24 mars 2012
Format: Poche Achat vérifié
Mary Flannery O'Connor écrivain américaine est née en 1925 à Savannah, Georgie (Etats-Unis) et décédée en 1964 dans son vaste domaine à Milledgeville (Georgie) où sa santé fragile la condamnait à la réclusion. Elle est l'auteur de deux romans (La sagesse dans le sang ainsi que Et ce sont les violents qui l'emportent) et d'une trentaine de nouvelles.
Les braves gens ne courent pas les rues est un recueil de dix nouvelles écrites entre 1953 et 1955 par lesquelles l'auteur nous plonge dans le Sud des Etats-Unis, cette région où se croisent charlatans et prédicateurs, où de petits fermiers blancs emploient des noirs, où les mentalités esclavagistes et ségrégationnistes sont encore présentes. Néanmoins travail, sueur et larmes sont le lot partagé par tous, un monde dur et âpre de vies misérables, peuplé d'hommes et de femmes ordinaires pourrait-on dire, si Flannery O'Connor ne s'ingéniait à nous faire ingurgiter la méchanceté crasse et les haines mesquines qui embrument les petits cerveaux de ses personnages. Car l'écrivain n'est pas une optimiste, elle ne s'illusionne pas sur la nature humaine, d'ailleurs le titre de l'ouvrage ne le cache pas.
Le premier texte éponyme qui débute le recueil donne le ton et m'a interloqué, surtout si on le replace dans son contexte, les années 50. Une famille quelconque, les parents, enfants et la grand-mère, part en vacances lorsqu'un accident de voiture la met en présence d'un forçat évadé avec ses complices.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par laetitia sur 10 mars 2013
Format: Poche Achat vérifié
Un hors-la -loi qui , par pur sadisme, tue tous les membres d'une famille croisée par hasard, après avoir gentiment discuté avec la grand-mère de cette même famille qu'il tuera également.
Un petit garçon "confié" aux "bons soins" d'une dame pour assister à une séance d'un prédicateur pour le guérir et guérir sa mère mais dont la maladie réside bien plus dans le comportement de ses parents à son égard car il est totalement négligé. La seule issue possible pour lui est une issue tragique...
Ce sont deux des nouvelles de ce roman où l'âme humaine se révèle dans ce qu'elle a de plus sordide et de plus ignoble.
Les nouvelles sont remarquablement bien écrites, beaucoup de poésie émane d'un certains nombres d'entre elles. Le talent de Flannery O'Connor est indiscutable, son style excellent mais l'atmosphère qui se dégage des deux et même trois premières nouvelles est trop étouffante. Le sujet traité de la deuxième nouvelle est beaucoup trop lourd à supporter. Comme bons nombres de ses personnages sont totalement dépourvus d'affect et se plaisent à déshumaniser leurs semblables ou sont simplement indifférents les uns aux autres, il est extrêmement difficile de s'attacher car rien dans leur parcours, dans leur vécu ne montrent qu'ils ont eux-mêmes été victimes de cruauté de la part d'un tiers.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bigot sur 21 novembre 2009
Format: Poche
Car en guise de braves gens c'est toute une galerie de gredins dont Flannery O'Connor trace le portrait. Les miséreux dépouillent les misérables, les malheureux ne s'en sortent pas. Les horizons sont bouchés dans ce sud d'après-guerre qui se relève à peine de la grande dépression. Un univers à rapprocher de celui de Nina Simone (pour la musique) ou Robert Frank (pour les photos).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par FINET Franck TOP 500 COMMENTATEURS sur 11 juillet 2012
Format: Poche
Ecrivaine américain née en 1925 à Savannah (Géorgie-Etats Unis d'Amérique), Mary Flannery O'Connor est une voix importante de la littérature américaine.
Son oeuvre dépeint l'Amérique profonde. Celle des états ruraux du sud englués dans la religion, le racisme et la peur de l'étranger.

Ouvrage constitué de 10 nouvelles qui regorgent de menteurs ,de désaxés, de faux croyants, de petits blancs dont les destins se croisent de façon hasardeuses.
De la caricature, de l'humour grinçant jusque dans le tragique et l'horreur.
Des nouvelles de qualité inégale.
Pour ma part, " La Personne Déplacée " est très au dessus du lot et synthétise bien les messages de l'auteure.

"A son avis, la religion était essentiellement destinée à ceux qui n'étaient pas assez intelligents pour éviter le mal tout seuls".

Bien évidement , il faut remettre ces écrits dans le contexte de l'époque (période post Grande Dépression, fin de la 2 ième guerre mondiale, racisme aigu et affiché , ... ).
Une écriture superbe mais j'avoue m'être un peu ennuyé.
Une auteure à découvrir néanmoins .
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?