Amazon rachète votre
article EUR 1,62 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Formes élémentaires de la vie religieuse Broché – 1 octobre 1998


Voir les 7 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 41,00 EUR 13,90
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 10,50
Broché, 1 octobre 1998
EUR 12,00

Il y a une édition plus récente de cet article:


A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de la présentation de Michel Maffesoli :

En signalant, dans son Introduction aux Formes élémentaires de la vie religieuse que son livre n'était pas une «machine de guerre contre la religion», Durkheim rappelle qu'un des postulats de la sociologie est qu'une institution humaine, quelle qu'elle soit, ne «saurait reposer sur l'erreur et sur le mensonge, sans quoi elle n'aurait pu durer». En quelques mots, tout est dit. Voilà ce qui fait l'actualité de ce livre. En effet, si nombre de ses analyses peuvent être datées, son intérêt primordial réside dans le fait qu'il montre l'aspect «essentiel et permanent» de la nature religieuse de l'homme. On peut, bien sûr, interpréter cela de diverses manières. Mais l'on ne peut nier la pertinence et la dimension prospective d'une telle assertion.
Pour Durkheim, toute science positive a «avant tout pour objet d'expliquer une réalité actuelle». On peut appliquer une telle pers­pective à son oeuvre elle-même, et il est certain que la religiosité contemporaine, ce réenchantement du monde, qui, de diverses manières, s'exprime sous nos yeux, ne manque pas d'être singu­lièrement éclairé par la démonstration durkheimienne. C'est en ce sens, qu'outre les professeurs ou étudiants qui, animés par le désir de connaissance, trouveront dans ce texte de nombreux éléments de méditation, on peut penser qu'un public plus vaste de politiques, décideurs, journalistes ou observateurs sociaux auront, avec ces Formes élémentaires, un outil des plus utiles pour leur mode particulier d'intervention dans la vie sociale.
Un mot encore pour souligner que ce livre donne du positivisme de Durkheim une vision plus complexe que celle qui lui est, en général, attribuée. C'est ainsi que je me suis employé à faire ressortir, dans cette introduction, la thématique de l'imaginaire qui me semble être, aussi, à l'oeuvre dans la démarche holistique de notre auteur. Ainsi, on peut espérer, à côté des travaux bien plus savants des «durkheimologues», contribuer à une histoire de la sociologie, encore balbutiante, qui devrait nuancer les positions théoriques par trop tranchées, et permettre, au-delà des diverses exclusives, que s'instaure un débat serein auquel tout le monde aurait à gagner.

1. L'OBJECTIVATION DU FAIT SOCIAL

Il ne saurait donc être question de donner une nouvelle définition du positivisme sociologique (de nombreux travaux s'y sont employés de manière exemplaire) mais bien plutôt de souligner les multiples écarts qui sont le fait de Durkheim lui-même. C'est pourquoi, d'une manière transversale, il est possible de montrer que le donné social peut aussi être compris dans ce mouvement sans fin, qui va du nominalisme à l'empathie, de l'objectivation à la participation, de la froide analyse à la chaleureuse compréhension. Il me semble qu'une telle procédure permet d'éviter à la fois la rigidité dogmatique ou la prétention critique du devoir-être (de quelque ordre qu'elle soit) et la «métasociologie». Ainsi j'aimerais avoir une attitude relativiste qui dédaigne les certitudes et les modes et qui fasse sienne la remarque d'un Faust désillusionné mais «redivivus» : «Grise est la connaissance et vert l'arbre d'or de la vie.» --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Biographie de l'auteur

Émile DURKHEIM (1858-1917) était professeur à la Sorbonne, où il inaugura en 1913 la chaire de sociologie. Il est le chef de file de l'école française de sociologie.

Préface inédite de Jean-Paul Willaime. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,62
Vendez Les Formes élémentaires de la vie religieuse contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,62, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 656 pages
  • Editeur : Presses Universitaires de France - PUF (1 octobre 1998)
  • Collection : Quadrige
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2130433383
  • ISBN-13: 978-2130433385
  • Dimensions du produit: 19 x 3,3 x 12,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 585.903 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Arribat TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 6 mars 2012
Format: Broché Achat vérifié
C'est dans les sociétés primitives que l'on a des chances d'observer in situ les mécanismes impliqués dans la naissance du sentiment religieux que l'on pourrait définir en gros comme la mutation d'une pensée magique vers une pensée logique, ou encore comme l'apparition d'une notion de sacré différenciée du profane. Par société primitive il faut comprendre, une société simple mais surtout qui n'est influencée par aucune autre religion, ce qui coule de source. Pour Durkheim c'est dans l'animisme et le naturalisme que se forme la première construction de type religieux, mais c'est surtout au travers du totémisme que va se forger le véritable sens du phénomène religieux par l'établissement des codes généraux dont le principal objet est de créer une identité commune. Par certains côtés, le totem est l'ancêtre du gentilé qui identifie un groupe social dans une relation bien spécifique à son milieu ou son mode de vie. L'animal ou le végétal choisi n'est pas vénéré en lui-même mais bien comme médium d'un type d'énergie vitale propre à sa symbolique, le mana spécifique à la communauté.
Pour Durkheim le religieux est donc avant tout un phénomène social, et l'église une sorte d'école de pensée qui édicte ses règles, dogmes, interdits, obligations et tabous qui font la référence et au-delà forgent la coutume et apaisent la relation sociale qui autrement resterait continuellement inquiète.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?