EUR 8,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 2 à 3 semaines.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Hommes protégés (Espagnol) Poche – 25 mai 1989


Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 129,95 EUR 5,77
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,90
EUR 8,89 EUR 2,95
Non relié
"Veuillez réessayer"
EUR 13,50

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec cette sélection de cinq livres.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les Hommes protégés + Malevil + L'île
Prix pour les trois: EUR 28,90

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Quatrième de couverture

À la suite d'une épidémie d'encéphalite qui ne frappe que les hommes, les femmes les remplacent dans leurs rôles sociaux, et c'est une Présidente, Sarah Bedford, féministe dure, qui s'installe à la Maison-Blanche. Le Dr. Martinelli, qui recherche un vaccin contre l'encéphalite, est enfermé avec d'autres savants à Blueville, dans une «zone protégée» qui les tient à l'abri de l'épidémie mais dans un climat de brimades, d'humiliations et d'angoisse. Martinelli acquiert vite la conviction que son vaccin ne sera pas utilisé, du moins sous l'Administration Bedford. C'est paradoxalement chez les femmes qu'il trouvera ses alliées les plus sûres et par les femmes qu'il sera libéré. Mais, une fois Bedford remplacée à la Maison-Blanche par une féministe modérée, Martinelli saura-t-il s'adapter à une société où les hommes ne jouent plus qu'un rôle subalterne ?


Détails sur le produit

  • Poche: 448 pages
  • Editeur : Gallimard (25 mai 1989)
  • Collection : Folio
  • Langue : Espagnol
  • ISBN-10: 2070381463
  • ISBN-13: 978-2070381463
  • Dimensions du produit: 17,8 x 10,8 x 1,9 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 21.367 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ludwig Jean Sébastien TOP 50 COMMENTATEURS sur 10 juillet 2010
Format: Poche
Une terrible maladie inconnue, l'encéphalite 16, frappe la plupart des hommes en âge de procréer en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Comme l'Humanité ne dispose ni de vaccin ni de traitement, les hommes meurent par milliers. Les femmes les remplacent à tous les postes clés et prennent conscience de leur importance. Une présidente ultra-féministe, Sarah Bradford s'installe à la Maison Blanche et réorganise toute la société. Avec quelques savants triés sur le volet, le docteur Martinelli qui n'est pas loin de découvrir un vaccin contre la maladie, se retrouve enfermé à Blueville, une « zone protégée » qui permet aux chercheurs d'être à l'abri de l'épidémie mais les oblige à vivre dans un climat d'humiliation, d'angoisse et de brimades permanentes. Le féminisme de Bradford apparaît comme un machisme à l'envers et est loin de ne faire que des heureuses. Pour elle, l'homme n'est qu'un subalterne, une sorte de sous-humain ou de semi-esclave tout juste bon à être castré ou à donner son sperme pour les banques de reproduction artificielle.
Livre passionnant, bien écrit et qui donne à réfléchir. On n'est pas loin du chef d'oeuvre !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par bookinette sur 3 octobre 2007
Format: Relié
Dans un futur proche, une maladie inconnue atteint et tue les hommes nubiles. Un mouvement féministe extrémiste prend le pouvoir et réduit progressivement les droits des hommes survivants.

L auteur a imaginé un monde où les femmes accaparent le pouvoir économique politique et légal ce qui mène à la création de nouveaux codes de valeur (il devient bon pour la carrière d’avoir des enfants etc. ). L histoire en elle-même n’est pas la meilleure de toutes celles écrites par Robert Merle. En terme de réalité des personnage et de dynamisme du récit, on reste bien en dessous de « Malevil » du même écrivain. Le style est limpide et agréable et, même si quelques longueurs entravent la lecture, on veut absolument connaître la fin. On retient surtout l originalité du romancier qui a su retourner les rapports de domination hommes/femmes, parfois avec humour, et visiblement en s inspirant de la condition des femmes dans des pays où elles ne sont pas considérées comme égales aux hommes.

Un bon moment de lecture, à prêter à son cher et tendre, un jour de dispute.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par C. Miguel sur 28 février 2009
Format: Poche
j'ai adoré ce livre, comme tous les autres de Robert Merle d'ailleurs!

Le sujet (les hommes sont frappés par une épidémie et les femmes contrôlent alors le pays) est traité avec beaucoup d'humour... et en lisant les autres commentaires, certains ont oublié visiblement que ce roman n'a pas pour but d'étudier cette question de manière réaliste mais plutôt de manière caricaturée, et avec humour.

Ce livre n'est pas philosophique, et c'est ça qui le rend si agréable! toutes les situations décrites sont exagérées jusqu'à l'extrême (la "haine" des hommes, ou mêmes les braguettes allemandes à la fin du livre...ou encore les discours féministes extrémistes des journaux! à plier de rire!!) pour un effet comique réussi.

On peut donc remercier l'auteur pour sa plume toujours pleine d'esprit et pour les recherches poussées qu'il a effectué, avant de parler du clonage par exemple... rappelons quand même qu'à l'époque où ce livre a été écrit, la notion était peu répandue! le fait que scientifiquement le livre soit réaliste est un plus très agréable. pas de science-fiction ici! juste des situations exagérées...

bref un pur plaisir, à lire sans modération!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Alexis Livier TOP 1000 COMMENTATEURS sur 22 août 2012
Format: Poche Achat vérifié
L'action du roman se passe aux Etats-Unis. Une maladie se déclenche dans le monde, qui ne touche que les hommes ; ces derniers meurent par centaines, à tel point qu'on les parque dans des camps pour les protéger ! Les féministes s'emparent donc du pouvoir, puisque les hommes sont désormais trop fragiles pour prétendre diriger un pays ou une entreprise tant qu'un antidote n'aura pas été trouvé. Bien évidemment, l'autoritarisme s'installe partout, et la Résistance (mixte) ne tarde pas à faire son apparition !

Nous suivons l'existence d'un chercheur, parqué dans un camp, qui doit trouver un antidote, sous l'humiliation quotidienne des nouveaux kapos qui considèrent désormais les hommes comme des sous-hommes justement ! Il sera libéré à la fin par des résistants, alors que le pays échappe au contrôle des troupes féministes, et évacué.

Robert Merle nous livre ici un bon petit roman caustique à souhait, évidemment à ne pas prendre au premier degré, sur la guerre des sexes. Je l'ai conseillé à quelques amies féministes, elles n'ont pas su apprécier l'humour, présent pourtant tout au long de l'oeuvre, derrière la trame narrative. Dommage !

A mettre en parallèle avec "Le Premier Siècle après Béatrice", d'Amin Maalouf, qui raconte lui l'invention d'une pilule permettant de choisir le sexe de son enfant ; très vite, il n'y a plus assez de filles sur Terre...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?