Les Jours heureux et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les Jours heureux a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par nikkikokoro
État: D'occasion: Bon
Commentaire: couverture un peu cornée et marquée, pages légèrement jaunies, étiquette de prix sur la 4e de couverture, SOLDE imprimé sur tranche, sinon propre et a toute sa tenue. Envoi sous 24 heures.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Jours heureux Poche – 20 juin 2003


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,00
EUR 4,00 EUR 0,93

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les Jours heureux + Le cri + Voyage, voyages
Prix pour les trois: EUR 12,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Dès ses 18 ans et l'encaissement de son livret A, Antoine décide de s'offrir une concession individuelle au cimetière et une tombe classique mais solide, sans frou-frou ni effets de jambe. Les colifichets, le marbre, les dorures, l'agitation frénétique, ce n'est pas son style. Antoine a un plan de vie tout tracé dont il ne connaît pas encore les détails mais assume déjà la chute : la mort. Il cesse rapidement d'étudier, trouve un boulot peinard, se marie, fait des enfants, observe d'un œil extérieur et critique la disparition progressive des fragiles sentiments qui le relient à sa famille. Puis un héritage inattendu lui fait prendre sa vie en main :
J'annonçais à ma femme et à mes enfants ma décision de les quitter. Les tropiques ne me tentaient pas ; j'avais envie de calme, de paix, loin des vicissitudes de l'existence ; je voulais me laisser flotter doucettement à la surface de la vie, faire la planche en attendant de finir entre quatre. À 35 ans, je choisis de vivre dans une maison de retraite.
Il porte son dévolu sur les "Jours heureux" et sur ses pensionnaires. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Antoine ne s'avoue ni résigné ni vaincu… C'est un chercheur en colère qui veut saisir l'insaisissable, l'absurdité de la vie, en assistant au spectacle de la mort…

Laurent Graff donne à la quête existentielle d'un homme ordinaire des directions pour le moins surprenantes où l'invention se pare d'une touche très personnelle, un pessimisme joyeux. Au rythme des rencontres et de la farandole des vieillards qui tentent d'être encore un peu eux-mêmes entre les murs blancs des "Jours heureux", au rythme d'aventures cocasses que la vieillesse et les rhumatismes savent encore ménager, Laurent Graff habille son texte de beaucoup d'intelligence, d'émotions, de réflexions philosophico-comiques et d'humour noir. Car, il faut une bonne dose de talent pour retourner la situation et faire du sujet de ce livre passionnant non pas ce qu'il y a après la mort mais surtout ce qu'il y a avant, juste avant. Quoi ? De grands moments de bonheur. --Hector Chavez --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Laurent Graff n'en est pas à son premier coup d'essai dans cette écriture ciselée qui trace des textes très vifs, enlevés, au ton souvent acide et provocateur. Dès le titre, l'auteur commence son travail facétieux, méticuleux, renversant les partis pris et idées reçues. Vous pensiez trouver dans ces pages la nostalgie d'un temps révolu, les moments choisis d'une vie que l'on évoque les yeux embués, un sourire mélancolique sur le visage ? Il n'en est rien. Les jours heureux n'est autre que le nom de la maison de retraite où le héros, ou plutôt l'anti-héros de ce livre, choisit de se retirer à l'âge de 35 ans, après avoir acheté une concession dans un cimetière, une quinzaine d'années auparavant.
Heureusement, l'histoire n'est pas aussi morbide qu'il y paraît et l'on rit avec tendresse à l'évocation des us et coutumes des pensionnaires, tous très attachants. C'est un univers un peu mutant, hors du monde, où chacun vit certes dans la peur d’une mort aussi inévitable que proche, mais avec beaucoup de gratitude pour les petites joies que chaque jour amène. Une économie de la vie en quelque sorte. En retrait se tient le narrateur qui, lui, analyse tout, consigne jusqu'à saisir l'extinction de la vie, obsession si intense qu'elle l'empêche de vivre.
Le message que le livre se donne pour objet de délivrer au lecteur est clair : Laurent Graff cherche à conjurer cette entropie de la vie qui entrave tout geste lorsqu'elle affleure par trop souvent au niveau conscient. Seulement, en dépit d'une écriture souvent brillante, il apparaît que ce livre n'apaisera aucunement ceux qui sont la proie de ce qu'il décrit, car c’est rarement par l’ironie que l'on combat la peur. --Erwin Zys-Launay -- Urbuz.com --Ce texte fait référence à l'édition Broché .



Détails sur le produit

  • Poche: 120 pages
  • Editeur : J'ai lu (20 juin 2003)
  • Collection : Roman
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290323802
  • ISBN-13: 978-2290323809
  • Dimensions du produit: 17,8 x 11 x 0,9 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 232.890 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Première phrase
Me voilà mort et enterré comme si j'avais vécu. Lire la première page
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 12 septembre 2003
Format: Broché
Disons le, si vous êtes dépressif chronique, en perte de vitesse dans votre vie, votre couple, ce livre n'est pas du tout à lire ! Sauf si vous pensez (judicieusement) que l'ironie piquante d'un roman peut être le remède à tout vos maux (la vous êtes stupide) ! D'une acidité habilement acerbe, Laurent Graff nous conduit dans ce roman avec virtuosité, sur la pente de la mort en passant dans le désordre, par la case pompe funèbre, pierre tombale et maison de retraite ! Vous allez frôler la vie d'un être singulier qui à 30 ans en pleine forme physique attend de mourir ! Notre "héros" prend une toute légère avance sur tout un chacun ce qui crée un décalage jouissif dont je me suis délecté !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par "angelo_neuneu" le 6 août 2003
Format: Poche
"Il Est Des Nôtres", du même écrivain, m'avait laissé une sorte de malaise. Pour 'Les Jours Heureux", ce sentiment est peut- être un peu plus atténué. L'histoire est très bien écrite, mais je l'ai trouvée inachevée. Cela dit, l'ambiance axée sur la mort, sur la fin de la vie, etc. ne donne pas trop une joie de vivre terrible en sortant du livre. C'est le style de l'écrivain, et il le fait très bien. Simplement, si vous sortez d'une grosse déprime, ne lisez pas Graff... ;)
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?