D'occasion:
EUR 11,62
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,49

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Les Marquises - Collection l'original
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Les Marquises - Collection l'original CD, Enregistrement original remasterisé


Voir les offres de ces vendeurs.
1 neuf à partir de EUR 146,57 6 d'occasion à partir de EUR 11,62

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Jacques Brel

Visitez la Page Artiste Jacques Brel
pour toute la musique, discussions, et plus.

Détails sur le produit

  • CD (27 décembre 1999)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : CD, Enregistrement original remasterisé
  • Label: Barclay
  • ASIN : B00000I2L3
  • Autres versions : CD  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 75.091 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Écouter des extraits et acheter des MP3

Les titres de cet album peuvent être achetés en MP3. Cliquez sur « Ajouter » ou voir l'album MP3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Echantillons
Titre Durée Prix
Écouter  1. Jaurès (Album Version) 3:38EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  2. La Ville S'Endormait (Album Version) 4:38EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  3. Vieillir (Album Version) 3:44EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  4. Le Bon Dieu (Album Version) 4:47EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  5. Les F (Album Version) 3:28EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  6. Orly (Album Version) 4:22EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  7. Les Remparts De Varsovie (Album Version) 4:05EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  8. Voir Un Ami Pleurer (Album Version) 3:56EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  9. Knokke-Le-Zoute Tango (Album Version) 5:10EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter10. Jojo (Album Version) 3:12EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter11. Le Lion (Album Version) 3:28EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter12. Les Marquises (Album Version) 3:55EUR 1,29  Acheter le titre 

Descriptions du produit

Critique

En 1976, installé définitivement aux îles Marquises, Brel écrit les chansons de ce qui sera son dernier album. Sobrement intitulé de son nom, le disque est en général appelé Les Marquises, en référence à la chanson-titre qui clôt cet album en forme de testament.

Depuis 1974, Brel se sait condamné. Lui qui ne s'est jamais permis de s'apitoyer sur son propre sort, écrit pourtant des chansons révélant une sensibilité inédite, comme « Orly » sur un couple qui se sépare dans le silence et la discrétion, chose rare chez Brel. Cependant un grand nombre de chansons reprennent les thèmes favoris de l'artiste. N'attendant plus rien de la vie ni de personne, il enfonce le clou et prend parfois même des positions extrêmes. Il a toujours préféré l'amitié des hommes à l'amour des femmes trop volages. Il le dit, le crie parfois même dans « Jojo » où il rend hommage à l'ami disparu. Le tempérament explosif de Brel étant une forme de pudeur pour dissimuler sa grande sensibilité, il a attendu que son ami soit mort pour lui dire « Je t'aime ». Ailleurs, son scepticisme le pousse à la mysoginie, comme dans « La ville s'endormait ». Cette amertume est le point le plus gênant de ce disque pourtant très abouti.

Dans « Knokke-le-Zoute tango », chanson sur la solitude, Brel se libère des tabous de son personnage et parle enfin librement et presque crûment de sexe. C'est surprenant de sa part, mais convaincant. Dans une autre chanson, « Les F... », le chanteur aborde un autre sujet resté présent tout au long de son oeuvre : les Flamands, et la rivalité qui les oppose aux Wallons. Pour le coup, lui qui en était toujours resté au stade d'allusions, expose carrément son point de vue : il est intolérable d'imposer l'enseignement du flamand dans les écoles wallones. Encore une fois, malgré le ton inhabituel, on adhère sans difficulté au propos. Sur le plan musical, il est surprenant de noter un certain penchant pour le genre disco alors en vogue.

L’album, d’une certaine homogénéité, est réalisé sans l’aide de Gérard Jouannest, à l’exception de « Mourir », une superbe mélodie sur une progression d’accords qui constitue la principale prise de risque d’une œuvre s’inscrivant dans la continuité de l’artiste. Les arrangements de Rauber, toujours présent, savent se faire discrets à l’occasion (les dépouillés « Jaurès »  et « Jojo »), conférant un parfum de nostalgie et de douleurs muettes à ces chansons.

L’accordéon est l’accompagnement principal de la quasi-totalité des titres, parfois mixé de façon trop dynamique (« Le bon Dieu »), écrasant les orchestrations des couplets qui auraient gagné à être mises en avant. Il y a aussi la harpe chère à Rauber, en quelque sorte sa signature musicale, et bien entendu la voix du chanteur qui, altérée par les épreuves et par le temps, acquiert un charme nouveau. Certaines modulations et nuances apparaissent comme une bouffée de fraîcheur dans une œuvre étouffante à force de lyrisme. Ici, l’auditeur pénètre au plus profond de la sensibilité de Brel, son intimité, libérée des carcans d’autrefois.



Mériadec De Rigaud - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
20
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 21 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

54 internautes sur 55 ont trouvé ce commentaire utile  Par Salabreuil TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 27 septembre 2004
Format: CD Achat vérifié
Si le rock est la musique qui exprime le mieux la révolte et la subversion, le rejet du conformisme, de l'hypocrisie et de la morale bourgeoise, alors Brel (avec Brassens) est notre plus grand chanteur de rock. N'en déplaise à Johnny Halliday - franchement vous imaginez Brel aller chanter pour Bernadette Chirac ?
Cet album est le chant du cygne de Brel. Peut-être son plus beau. La présence de chansons drôlatiques (le lion, Les remparts de Varsovie) n'empêche pas que la tonalité générale de l'album est sombre et hanté par la mort approchant (Vieillir, Jojo, les Marquises). Brel y règle une dernière fois ses comptes avec les Flamands au travers d'un pamphlet particulièrement acerbe et enlevé (ce qui lui vaudra un procès d'associations flamandes) sur une musique de Caetono Veloso. L'album s'ouvre sur Jaurès - une de ses chansons les plus engagées politiquement et socialement, qui est comme un testament et une supplique aux générations futures, se terminant par ses mots "demandez-vous belle jeunesse... pourquoi ont-ils tué Jaurès". Question toujours brûlante d'actualité pour notre époque si va-t-en guerre et à la misère galopante...
Brel savait sa fin proche en raison du cancer des poumons qui le rongeait. Le disque a été enregistré dans un état d'urgence ; les séances avaient lieu très tôt le matin, car Brel n'était pas en état de chanter après une certaine heure.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hervé J. COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 30 août 2009
Format: CD
Brel ne tourne déjà plus que sur un seul cylindre quand il entame cet enregistrement. A-t-il conscience de graver son testament? Pas sûr et bien que la couleur générale de l'album soit assez sombre,les nombreuses pitreries qui émaillent le disque infirmeraient plutôt ce constat( Le Lion,Les Remparts de Varsovie,Knokke-le-zoute Tango).

Dés le départ,"Jaurés" surprend par son engagement inhabituel,sur fond d'accordéon plaintif(merci Marcel!)

"La ville s'endormait",un des plus beau texte de Brel,à la limite de l'impressionnisme ou de Turner plutôt ("sur le fleuve en amont un coin de ciel brûlait"). Musique sublime, arrangements grandioses,merci Gérard.

"Le Bon Dieu",très beau texte,jolie mélodie un peu gâchée par l'orchestration à la Francis Lai(ou Charly Oleg?)

"Orly" théatrale et dramatique,c'est l'acteur qui chante!Peut-être parce qu'il en parle,on trouve une similitude de diction avec Bécaud (Nathalie). Le chant de la déchirure,comme du Lelouch réussi (je sais ça s'appelle du Truffaut).

"Jojo".Sur un arpège de guitare d'une simplicité éblouissante(la mineur,mi majeur,do majeur) Brel rend hommage à son vieux pote disparu.
Quand il pose le premier"jojo!" sur la guitare,tout est dit,il pourrait s'arrêter là,tant il y a de force et de conviction dans ce "jojo" là!

"Les Marquises", chef-d'oeuvre de minimalisme orchestral,les pizzicati des cordes commes des gouttes de pluies, Brel entre définitivement dans le Panthéon des poètes (les décors sont de Paul Gauguin).
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Répet le 30 août 2011
Format: CD Achat vérifié
Un dernier disque absolument indispensable du (très) Grand Jacques constitué de chef-d'oeuvres à la pelle (Jaurès, La ville s'endormait, Voir un ami pleurer, Orly, Jojo, Les marquises...) tant poétiques que musicaux (magnifiques arrangements, comme d'habitude chez Brel et son équipe Jouannest/Rauber), dans des interprétations époustouflantes d'engagement, un coup de poing à l'estomac, la routine quoi ... chez Brel.
Cette version est augmentée de 5 inédits, moins aboutis mais qui intéresseront sans aucun doute les passionnés.

R.P.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Client d'Amazon le 27 septembre 2003
Format: CD
Cela faisait bien longtemps que l'ami Brel n'avait pas fait parlé de lui... Depuis la comédie musicale « L'homme de la Mancha » et l'album « J'arrive », le chanteur belge avait décidé, après s'être brièvement consacré au cinéma, de vivre plus librement, de se complaire dans une existence plus calme. C'est pour cette raison qu'il élut domicile sur les Îles Marquises, au bout du monde et loin de tout, jouissant pleinement de ses nouvelles acquisitions : un voilier et un petit avion personnel...
Mais son goût de l'écriture ne disparu jamais, et c'est en 1977 qu'il rentre à Paris pour enregistrer de nouvelles chansons : ce sera « Les Marquises », album testament, sombre et merveilleux, comprenant douze compostions toutes aussi géniales les unes que les autres (à l'exception des « Flamingants », qui contraste un peu avec la perfection générale).
Brel a perdu un poumon, Brel souffre mais son chant est plus beau et plus vibrant que jamais, et ses textes atteignent des sommets : chansons semi-engagées (« Jaurès », « les Flamingants », chansons d'amour (l'inoubliable « Orly » et « Jojo », l'adieu à un ami), compositions poétiques et complexes (« La ville s'endormait », « Les Marquises ») et même humoristiques (« Les remparts de Varsovie », « Le lion »)... Mais la mort plane également au-dessus de cet album noir avec « Vieillir » bien sûr, « Voir un ami pleurer » et dans une certaine mesure « Le bon Dieu »...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?