Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 4,99

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les Pauvres Gens [Broché]

Fédor Dostoïevski , Richard Millet , Sylvie Luneau
3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
Prix : EUR 5,60 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 4 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché --  
Broché EUR 5,60  
Rentrée Scolaire 2014
Rentrée des classes 2014

Pour une rentrée sereine, retrouvez vos livres et manuels dans notre boutique Scolaire et Parascolaire.


Primaire | Collège | Lycée - Voie générale | Lycée - Voie professionnelle | Lycée - Voie technologique


Description de l'ouvrage

27 janvier 2005 2070428818 978-2070428816
Les Pauvres Gens est le premier roman publié par
Dostoïevski, celui qui le rendit d'emblée célèbre. Il a
raconté comment l'idée lui en était venue : en se promenant un soir d'hiver dans Pétersbourg. Toute la ville lui apparut comme une rêverie fantastique. " C'est alors que m'apparut une autre histoire, dans quelque coin sombre, un cœur de conseiller titulaire, honnête et pur, candide et dévoué à ses chefs, et avec lui, une jeune fille, offensée et triste, et leur émouvante histoire me déchira le cœur. " Toute la littérature du XXe siècle est dans la dernière phrase : " Vous savez, je ne sais même plus ce que j'écris, je ne sais plus rien, je ne me relis même pas, je ne me corrige pas. J'écris seulement pour écrire, pour m'entretenir avec vous un peu plus longtemps... "

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les Pauvres Gens + Le Double + Les Démons
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Le Double EUR 6,20
  • Les Démons EUR 9,40

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Folio (27 janvier 2005)
  • Collection : Folio classique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070428818
  • ISBN-13: 978-2070428816
  • Dimensions du produit: 17,6 x 10,8 x 1,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 100.489 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3.7 étoiles sur 5
3.7 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tout Dostoïevski dès le premier essai 2 mai 2011
Par zybine, amateur éclairé TOP 100 COMMENTATEURS
Format:Broché
On lit trop rarement les premières oeuvres de Dostoïevski, notamment celles qui ont précédé son emprisonnement. Et la lecture de son premier roman, ces Pauvres gens (1846), qui lui valut un succès précoce et éphémère, montre pourtant que, dès cette première ébauche, un maître était à l'oeuvre. Le roman est épistolaire et met en scène un vieux fonctionnaire survivant péniblement avec son traitement misérable et sa très lointaine cousine, une jeune fille que la ruine de son père a jetée dans une certaine indigence. Tous les deux tentent donc de joindre les deux bouts, elle par des travaux de couture, lui par des travaux de copiste. Et entre ces deux camarades d'infortune se nouent des liens d'affection et d'amour que la pauvreté va progressivement et inexorablement affecter.
Deux traits remarquables (entre autres) dans ce roman : une peinture radicale et brillante des classes moyennes pauvres du XIXè siècle russe. Il faut voir notre héros trembler de se présenter à son bureau avec son manteau élimé et auquel manquent ses boutons, supporter de vivre dans la cuisine d'un appartement communautaire, quémander en vain des prêts, faire face au mépris social de ses colocataires et de sa logeuse. Pages terribles...
Et puis il est émouvant de voir Dostoïevski naître comme écrivain. Ce n'est sans doute pas un hasard si notre héros ne cesse de geindre sur son mauvais style, sur ses phrases à la va-comme-je-te-pousse, sur sa confusion et ses logorrhées verbales : admirable auto-analyse de Fiodor.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Avec les pauvres et les humiliés 30 septembre 2009
Par Nicolas TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché|Achat vérifié
Ce n'est pas sans une certaine émotion que j'ai terminé Les pauvres gens de Dostoïevski. Roman épistolaire, il met en scène un fonctionnaire copiste, vieux et pauvre, et son amie, une jeune orpheline qui souffre d'un mal inconnu. Bien qu'ils se voient régulièrement, ils ne peuvent s'empêcher de s'écrire : des histoires de souffrances, leurs rêveries, leurs peines, leurs soucis d'argent partageant la souffrance comme on partage du pain.

Il faut un certain temps pour rentrer dans le roman : on distingue mal, dans un premier temps, le lien unissant les deux protagonistes et la couverture en donne une fausse image. Et puis, progressivement, on comprend : on comprend qu'il s'agit d'un grand roman sur la misère, la solitude et la honte des petites gens.

On en ressort bouleversé.
Avec cette impression que le livre parle de notre société. Aujourd'hui même.
Et cette fin...

Ce qui fut le premier roman de Dostoïevski a été applaudi par la critique et l'auteur érigé en nouveau talent sur la scène littéraire. La critique fut intuitive. Par la suite, elle cracha sur celui dont elle avait dit tant de bien. En cela elle eu tort.

Ce premier roman compte en tout cas parmi les meilleurs de l'auteur russe dont on appréciera deux autre chefs d'œuvres, Crime et châtiment ainsi que les Démons.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 histoire d'amour platonique 16 avril 2012
Format:Broché|Achat vérifié
L'auteur est toujours aussi saisissant.Dés les premières phrases il nous entraine dans ce roman surprenant,on ne peut plus le lacher.C'est l'histoire captivante entre un homme et une femme vivant chacun dans un immeuble face à face.Ils s'observent de leur appartement,alors commence une relation uniquement par lettres.Ils se confient leur joie,leurs souffrances,leur mal etre.Alors le lecteur est pris dans le toubillon de l'attente d'une histoire d'amour...Une écriture mélancolique presque dépressive mais c'est l'espoir qui nous tient jusqu'à la fin.Sarah du 40
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Vivre sans troubler la surface de l'eau 11 novembre 2010
Par Damien Coullon TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché|Achat vérifié
Curieuse plongée dans la vie quotidienne de ceux qui ne constituent pas encore la classe moyenne de la Russie, fonctionnaires passant leurs journées à recopier des décrets dans la crainte d'y introduire une faute d'orthographe et d'être réprimandé par un chef perçu localement comme « tout puissant », représentant du pouvoir divin incarné au final par le Tsar guidant « la Sainte Russie ».

Vision terrible d'une réalité où l'ordre social établi est considéré comme « naturel », indiscutable, par ceux là mêmes qui sont tout en bas : « Chaque état a été affecté par le Très-Haut à une destinée humaine. L'un a été désigné pour porter des épaulettes de général, l'autre pour être conseiller honoraire ; celui-ci pour commander, celui-là pour obéir dans la crainte et sans murmurer. C'est calculé d'après les capacités de chacun ; l'un est apte à ceci, l'autre à cela, quant aux dispositions, c'est Dieu lui-même qui les répartit. »

A la lecture de Dostoïevski, et notamment Les Pauvres Gens ou Humiliés et Offensés, on se demande comment la révolution russe n'est pas arrivée plus tôt. Ou bien on en fait un miroir éclairant nos propres renoncements.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?