Les possédés et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
Amazon rachète votre
article EUR 0,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Possédés Poche – 1 septembre 1977


Voir les 10 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 7,76
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 0,70

Il y a une édition plus récente de cet article:

Les Démons
EUR 8,60
(5)
En stock.

A court d'idées pour Noël ?
--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Pour raconter les événements si étranges survenus dernièrement dans notre ville, je suis obligé de remonter un peu plus haut et de donner au préalable quelques renseignements biographiques sur une personnalité distinguée: le très-honorable Stépan Trophimovitch Verkhovensky. Ces détails serviront d'introduction à la chronique que je me propose d'écrire. Je le dirai franchement: Stépan Trophimovitch a toujours tenu parmi nous, si l'on peut ainsi parler, l'emploi de citoyen; il aimait ce rôle à la passion, je crois même qu'il serait mort plutôt que d'y renoncer. Ce n'est pas que je l'assimile à un comédien de profession: Dieu m'en préserve, d'autant plus que, personnellement, je l'estime. Tout, dans son cas, pouvait être l'effet de l'habitude, ou mieux, d'une noble tendance qui, dès ses premières années, avait constamment poussé à rêver une belle situation civique. Par exemple, sa position de «persécuté» et d'»exilé» lui plaisait au plus haut point. Le prestige classique de ces deux petits mots l'avait séduit une fois pour toutes; en se les appliquant, il se grandissait à ses propres yeux, si bien qu'il finit à la longue par se hisser sur une sorte de piédestal fort agréable à la vanité. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Quatrième de couverture

« Est-il possible de croire? Sérieusement et effectivement? Tout est là. » Stavroguine envoûte tous ceux qui l'approchent, hommes ou femmes. Il ne trouve de limite à son immense orgueil que dans l'existence de Dieu. Il la nie et tombe dans l'absurdité de la liberté pour un homme seul et sans raison d'être. Tous les personnages de ce grand roman sont possédés par un démon, le socialisme athée, le nihilisme révolutionnaire ou la superstition religieuse. Ignorant les limites de notre condition, ces idéologies sont incapables de rendre compte de l'homme et de la société et appellent un terrorisme destructeur.

Sombre tragédie d'amour et de mort, Les Possédés sont l'incarnation géniale des doutes et des angoisses de Dostoïevski sur l'avenir de l'homme et de la Russie. Dès 1870, il avait pressenti les dangers du totalitarisme au XXè siècle.



Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,50
Vendez Les Possédés contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 571 pages
  • Editeur : LGF - Livre de Poche (1 septembre 1977)
  • Collection : Livre de poche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253018252
  • ISBN-13: 978-2253018254
  • Dimensions du produit: 18 x 2,6 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 338.107 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 8 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

43 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile  Par stan sur 15 mars 2002
Format: Poche
Dostoievski a été pro-révolutionnaire dans sa jeunesse (il a été séduit par les idées nouvelles mais n'était pas un activiste forcené). Il fut arrêté, condamné à mort et finalement déporté en Sibérie pendant 4 ans. A son retour ses idées avaient radicalement changées (on le comprend).
Lorsque Dostoievski décide d'écrire les démons, il veut dénoncer les thèses socialistes dans un violent pamphlet en s'appuyant sur l'histoire d'un jeune révolutionnaire ayant défrayé la chronique. Seulement Dostoievski est double. Il est nationaliste et veut faire un livre réactionnaire et patriote, il crée une oeuvre foisonnante et empreinte de folie qui délaisse totalement le côté politique de l'histoire pour plonger abyssalement dans l'esprit de ses personnages. Et à ce jeu là Dostoievski est sans égal. Dostoievski veut faire passer ses idées mais il à la mauvaise habitude de laisser vivre ses personnages. Et c'est exactement ce qui se passe, ses personnages sont incroyablement vivants. On croirait qu'il vont surgir du livre. Ils sont si vivants qu'on se désintéresse vite de l'action pour se focaliser sur eux. D'ailleurs comme dans tout les romans de Dostoievski il ne se passe pas grand chose au point de vue action. Mais l'essentiel est ailleurs. Il ne s'étend pas à l'horizontale mais à la verticale. Il creuse en profondeur, là où personne n'est jamais allé. Il nous montre ces "tropismes" dont parlait Nathalie Sarraute; ces relations invisibles et inconscientes qui se nouent et se dénouent entre chaque être.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nastasia B COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 1000 COMMENTATEURS sur 21 février 2011
Format: Poche
Dostoïevski s'attèle à un immense canevas qu'il est difficile de définir en deux mots et dont les limites semblent elles-même assez floues. Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par un extrait, issu de la bouche de Stepan agonisant, qui me semble révélateur avant de commenter:

"Ces démons qui quittent (NB: l'auteur vient de citer le passage correspondant dans les évangiles, pour ceux que cela intéresse, il s'agit de l'épisode du démoniaque gérasénien dans les évangiles de Marc, Matthieu ou Luc) le malade pour entrer dans les pourceaux, ce sont tous ces ulcères, ces miasmes, toute cette pourriture, tous ces démons grands et petits, qui s'étaient accumulés dans notre chère et grande malade, notre Russie, depuis des siècles, des siècles. Oui, cette Russie, que j'aimais toujours. Mais une grande pensée, une volonté supérieure descendront d'en haut sur elle comme sur ce possédé, et tous ces démons, cette pourriture, cette plaie qui suppure... la quitteront... et demanderont qu'on leur permette d'entrer dans les pourceaux. Ils se peut même qu'ils y soient déjà entrés! C'est nous, nous et ces autres: Petroucha... et les autres avec lui et moi, peut-être, à leur tête... et nous nous jetterons tous, possédés et insensés, dans la mer et nous seront noyés, et ce sera bien fait, car nous ne sommes bons qu'à cela. Mais la malade guérira et s'assiéra aux pieds de Jésus..."

On comprend bien je pense le message que cherche à faire passer Dostoïevski.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Aubert Jean-françois sur 18 février 2013
Format: Broché Achat vérifié
j'ai trouvé chez Dostoïesvski une modernité surprenante. Une fois assimilé les particularités de "l'esprit Russe" qui se manifeste dans l'écriture par des développements parfois longs, des rebondissements inattendus pour un lecteur français du vingt et unième siècle et des études sur la psychologie des différents personnages mettant en évidence des sentiments outranciers, alors il reste une clairvoyance confondante de l'auteur sur la société de consommation et la perte des valeurs spirituelles. Des phrases entières s'appliquent parfaitement à ce que nous vivons tous les jours, cent cinquante ans après cet homme visionnaire. Il fait partie de ceux qui ont tiré la sonnette d'alarme sur notre évolution vers une société quelque peu désespérée; pour autant il ne fournit pas la solution qui nous rendrait l'espoir. A moins peut-être de lire entre ses lignes captivantes...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
22 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par "tzuruk" sur 19 août 2004
Format: Poche
Incroyable. Lisez les trois premieres pages pour vous en convaincre : ca demarre en finesse et en force. Ironique, fin, realiste, saisissant. Oubliez tous les commentaires sur les intentions de l'auteur, reelles ou supposees. Oubliez les soi disants evenements et prises de position de Dostoyesky qui impregnerait le livre.
C'est purement et simplement la vie, ses mouvements, ses personnages divers, ses incoherences, contradictions.
A lire en parallele :"Mensonge Romantique et Verite Romanesque" de Rene Girard. Pour mieux lire entre les lignes...
Dostoievksy vous parle de la vie, des gens, des situations, de l'absurde, de la vanite destructrice, des passions, du doute, de l'inconsequence des hommes, des peurs qui se masquent sous la bravade, du besoin et du refus des autres, des dechirements...
C'est puissant, bouleversant. Ce fourmille entre les lignes d'allusions, d'ironie. Pas toujours explicite mais toujours lucide.
Un roman intelligent. Bien assimile votre perception psychologique sera demultiplie, plus qu'avec Freud et tout les bazars theoriques peripheriques du genre.
Dostoyesky, esprit universel. Autant de personnages et situations...il parait impossible qu'un seul homme puisse avoir une perception aussi multiple.
A LIRE, DIGERER, INTEGRER.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?