Les privilèges et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 21,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Privilèges Broché – 17 mars 2011


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,50
EUR 20,93 EUR 2,05

format de poche
Découvrez également le format de poche
Trouvez le format de poche en cliquant ici de votre roman "Les privilèges" de Jonathan DEE.

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Jonathan Dee écrit pour le New York Times Magazine, pour la revue Harper's. Il a aussi été rédacteur à la Paris Review. Il enseigne l'écriture à l'Université de Columbia. Les Privilèges est son quatrième roman, le premier publié en France.


Détails sur le produit

  • Broché: 307 pages
  • Editeur : PLON (17 mars 2011)
  • Collection : FEUX CROISES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2259213804
  • ISBN-13: 978-2259213806
  • Dimensions du produit: 22,5 x 2,6 x 14,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 167.344 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.2 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par Denis Urval COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS sur 7 août 2011
Format: Broché
Les privilèges, traduits chez Plon, est précédé dans l'oeuvre de Jonathan Dee par trois autres romans à ce jour non traduits.

Rappelons ce qui ne semble pas être une évidence partagée: un roman n'est pas une fable édifiante et le degré de sympathie ou d'antipathie qu'on éprouve vis-à-vis de ses héros (chose d'ailleurs éminemment variable de vous à moi), leurs qualités humaines ou leur degré d'abjection n'ont a priori rien à voir avec sa valeur littéraire.

Donc, Jonathan Dee serait coupable d'avoir dépeint des riches : grave péché en effet, parler de la réalité des inégalités sociales et économiques en « privilégiant » la tranche supérieure des revenus au lieu de la laisser aux romans à l'eau de rose ou aux séries télévisées. Le roman raconte en fait une famille, un couple uni, formé précocement, et ses enfants. Quel sujet insupportable ! Plus scandaleux encore, il raconte une union entre un homme et une femme librement consentie et fondée sur une forte attirance mutuelle, et non sur le poids des traditions.
Lire la suite ›
10 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
20 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par cathulu TOP 500 COMMENTATEURS sur 31 mars 2011
Format: Broché
"Les gens avaient des réactions bizarres avec l'argent. Ne pas le dépenser leur paraissait condescendant. Etre riche signifiait agir en riche, si cela avait le moindre sens, ne pas vivre de la manière dont on pouvait le faire à tout instant de la journée, c'est de la prétention à l'envers. Ou le désir de passer pour normal , ce que vous n'étiez pas."

Comment s'attacher à des personnages qui ont tout pour eux : jeunesse, beauté, richesse, à qui tout réussit et qui deviennent ultra-riches, perdant sans sourciller 480 000 dollars , pour donner un ordre d'idée ? On ne peut que suivre, fasciné par tant de perfection, leur évolution.
Ici pas de richesse ostentatoire, pas de citations de marques de luxe, pas d'amour effréné de l'argent. Il s'agit juste de s'offrir le meilleur à soi et à sa famille, créant ainsi une bulle confortable d'où l'on chassera sans vergogne toute émotion susceptible de bouleverser ce bel ordonnancement.
Bien évidemment tant de perfection n'est pas viable à long terme et chacun des membres de cette famille devra un jour affronter la cruauté d'un monde qu'ils ne pourront tenir éternellement à distance.
Un style impeccable et cruel en diable pour une histoire glaçante.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-paul sur 20 août 2013
Format: Broché Achat vérifié
un rythme d'écriture qui ne faiblit à aucun moment du roman, pour une immersion impressionnante dans l'univers de la classe dominante -celle du fric- des nouveaux riches dans le berceau du capitalisme:les USA. A aucun moment je n'ai décroché de cette "saga" familiale captivante où ,derrière la construction d'un empire financier sur fonds de pension et d'associations caritatives, les personnages montrent des félures et une solitude qui ne peuvent que toucher. Un coup de maitre d'un auteur que je vais suivre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 27 juillet 2011
Format: Broché
Le premier chapitre, description par le menu d'un mariage, est époustouflant. Les privilèges, de Jonathan Dee, commence fort : plume ironique, talent d'observation rare, galerie de personnages plus ou moins déjantés, humour acerbe ... Le dernier chapitre, une trentaine d'années plus tard, est décevant. Au fil des pages, l'auteur a dressé une barrière autour de ses personnages, Cynthia, Adam, et leurs deux enfants, les cloisonnant dans leur monde de super-riches, empêchant toute empathie et nous les rendant quasi abstraits, caricatures d'êtres humains. Entre temps, les deux autres segments du roman, chacun conçu comme une photographie ponctuelle de l'état de leur vie, décrit un couple amoureux, lui ne pensant qu'à "faire" de l'argent, elle se consacrant à des oeuvres de charité et veillant sur sa petite famille. En gros, c'est l'histoire de deux êtres beaux et intelligents qui se marièrent et eurent beaucoup d'argent. Jonathan Dee, contrairement à ce que l'on pourrait attendre (espérer ?) ne se livre pas à un jeu de massacre, il se contente de raconter leur existence avec des mots glacés en guise de microscope, et en s'abstenant de juger. Pas d'adultère en vue, quelques frasques des enfants pour une rébellion timide, mais la famille reste unie, à croire que l'argent fait le bonheur. Le leur, en tous cas. Le roman est brillant, mais guère "aimable" sur le fond, ne se départissant jamais d'une froideur cynique, posture tenue de bout en bout, au risque de passer pour un exercice de style.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?