Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 1,50
Amazon Rachète cet article
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les Procès de Moscou : 1936-1938 [Broché]

Nicolas Werth
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez Les Procès de Moscou : 1936-1938 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

7 juin 2006 Historiques (Livre 153)
Au soir du 1er décembre 1924 -jour de l'assassinat du chef du Parti de Léningrad, Sergueï Kirov -, Staline ordonne d'élargir et d'accélérer la répression de tous les suspects de la «préparation d'actes terroristes». Le signal de la plus gigantesque répression policière du XXe siècle est donné.

Pendant quatre ans des milliers de responsables du régime soviétique vont être arrêtés, emprisonnés et souvent exécutés. Ces procès ont marqué l'histoire par trois aspects sur lesquels on continue toujours à se pencher : la liquidation de tous les anciens opposants à Staline - ralliés pour la plupart à sa politique - va s'étendre, par cercles concentriques, à la majeure partie des cadres dirigeants du régime ; les accusés soumis à des procès publics avoueront unanimement les crimes les plus abominables et les plus invraisemblables ; une fraction notable de l'opinion internationale manifestera se crédulité à l'égard de ces mascarades judiciaires ou se cantonnera dans une expectative prudente.

Nicolas Werth retrace ici, parallèlement au récit mouvementé des ((grands procès», la genèse et la dynamique de ce moment paroxystique de la logique totalitaire. Il le fait en tenant compte des données nouvelles et des discussions historiques récentes.

Au-delà des banalités sur le culte de Staline ou des généralités sur le totalitarisme, l'auteur apporte des clefs d'interprétation qui permettent de mieux cerner cette période tragique.

Un livre aussi passionnant que l'était le film de Costa-Gavras, "L'Aveu".

Nicolas Werth est normalien, agrégé d'histoire et spécialiste de l'histoire soviétique. Parmi ses diverses publications, on retiendra : Histoire de l'Union soviétique : 1900-1991 (PUF) et 1917, La Russie en révolution (Gallimard).

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Extrait

Introduction :

Soixante-dix ans se sont écoulés depuis les sensationnels aveux des «vieux bolcheviks», compagnons de Lénine, jugés à Moscou au cours de trois grands procès publics, en 1936, 1937 et 1938, pour espionnage, sabotage, trahison, complot en vue de renverser le gouvernement soviétique et de restaurer le capitalisme en URSS...

Depuis une quinzaine d'années, l'ouverture - même partielle - des archives des instances dirigeantes du parti communiste de l'Union soviétique, du fonds Staline en particulier, a permis d'éclairer les mécanismes de fabrication de ces parodies judiciaires, leur fonction politico-idéologique, mais aussi de mieux les situer dans ce moment paroxystique de violence que fut la «Grande Terreur»I. Longtemps centrées sur la «paranoia» et la «soif de pouvoir» de Staline, sur la répression des cadres communistes, sur les grands procès publics, bref sur la «face publique» de la Terreur, les études consacrées au cataclysme des années 1937-1938 s'orientent désormais davantage vers les mécanismes de la répression, la sociologie des groupes-victimes, les «grandes opérations secrètes de masse», bref la «face conspirative» de la Terreur. Les grands procès de Moscou apparaissent moins, comme auparavant, au centre du dispositif. Ils n'en demeurent pas moins une pièce-maîtresse, un jalon capital de ce noeud de radicalisation cumulative que fut la «Grande Terreur», un événement majeur de l'histoire de l'URSS tant sur le plan intérieur qu'au plan de l'évolution de l'image de ce pays à l'extérieur.

Biographie de l'auteur

Normalien, agrégé d'histoire, Nicolas Werth est un spécialiste de l'histoire soviétique. Parmi ses diverses publications, on retiendra : Histoire de l'Union soviétique : 1900-1991 (PUF), 1917, la Russie en révolution (Gallimard).

Détails sur le produit

  • Broché: 223 pages
  • Editeur : Editions Complexe; Édition : édition revue et augmentée (7 juin 2006)
  • Collection : Historiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2804801012
  • ISBN-13: 978-2804801014
  • Dimensions du produit: 17,8 x 11,4 x 1,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 263.433 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Dans ce livre (En savoir plus)
Première phrase
Soixante-dix ans se sont ecoules depuis les sensationnels aveux des << vieux bolcheviks >>, compagnons de Lenine, juges a Moscou au cours de trois grands proces publics, en 1936, 1937 et 1938, pour espionnage, sabotage, trahison, complot en vue de renvers Lire la première page
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Index | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une conspiration au plus haut niveau 7 juillet 2011
Par Luc REYNAERT TOP 100 COMMENTATEURS
Achat vérifié
Dans quelques deux cents pages Nicolas Werth parvient à expliquer brillamment l'essentiel des procès de Moscou des années 1936-38, leur contexte, leur but, leur rôle ainsi que leur résultat global.

Le Contexte
Dans les années 1930, le régime `socialiste' en URSS connaît de graves difficultés: le chaos règne dans l'industrie par manque de compétences. L'agriculture est en chute libre parce que les paysans dont les terres ont été confisquées refusent de travailler. Il y a des conflits entre les autorités centrales et les appareils locaux. De plus, la politique de Staline est contestée au Comité Central.
En même temps, une opération ultrasecrète est concoctée au plus haut niveau pour liquider tous les éléments socialement `nuisibles' et ethniquement `douteux', comme des ex-koulaks, des ex-fonctionnaires tsaristes, des ex-socialistes révolutionnaires et tous ceux qui ont (eu) des liens avec des pays ennemis.

Le but
Les procès doivent masquer les sombres réalités de la vie en URSS. Ils doivent démontrer que les difficultés économiques et sociales ne sont pas le résultat de l'application d'un système communiste, mais de véritables `complots', même au plus haut niveau.
Les procès sont aussi des évènements-écran qui doivent détourner l'attention de la population des arrestations massives, du Goulag et des exécutions sommaires d'au total environ 1,5 million de citoyens.

Leur rôle
Les procès ont aussi un rôle didactique.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Unvola VOIX VINE
La classique Historiographie des trois grands Procès de Moscou, entre 1936 et 1938, conduisant à la Grande Terreur ou "Grande Purge" Stalinienne de 1937-1938 (confer notamment Robert Conquest : "La grande terreur", précédé des "Sanglantes moissons : Les purges staliniennes des années 30"), situe son origine dans l'assassinat, le 1er décembre 1934, de Kirov, premier secrétaire du Parti de la région de Leningrad, membre du Politburo et du Comité Central du Parti Communiste d'Union Soviétique. En effet, Kirov fut abattu d'un coup de revolver dans le dos par Léonid Nikolaev, membre du Komsomol (les jeunesses Communistes d'Union Soviétique). Pourtant, Nicolas Werth, suite à l'ouverture des Archives de Moscou depuis la chute de l'U.R.S.S. en 1991, démontre qu'en réalité le meurtre de Kirov ne fut qu'un prétexte, pour Staline, lui servant à "justifier" la monstrueuse violence généralisée : la Terreur de masse ininterrompue du Totalitarisme Stalinien depuis le début des années 1930. En effet, cette effroyable décennie débuta par la Collectivisation forcée (reprise du Communisme de Guerre de Lénine), la "Dékoulakisation" ou "liquidation des Koulaks en tant que classe", c'est-à-dire la déportation de plusieurs millions de paysans et les exécutions massives, puis le Génocide Ukrainien par la famine faisant 6 millions de morts en 1932-1933, etc.. Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?