undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles26
3,8 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 avril 2014
On retrouve dans le roman de Samantha Bailly l’épopée qu’a connu tout stagiaire venu vivre son passage obligatoire à Paris, dans cette période de la vie transitoire entre études et monde professionnel, où on se cherche et on ne sait pas de quoi est fait demain, dans une précarité relative mais avec l’envie de réussir.

Et puis, on n’est pas le seul galérien on se rassemble, on compatit, on ne comprend pas encore tout mais on se fait sa place. Les autres stagiaires deviennent vos repères dans cette toute nouvelle jungle parisienne, et au milieu de ce nouveau monde les amitiés se font et se défont, au gré des découvertes de personnalités qu’on n’avait jamais croisées, tantôt douloureuses tantôt agréable.

Paris elle, est le théâtre impassible de cette nouvelle pièce, qui se rejouera dès l’arrivée de la prochaine vague de stagiaires.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2014
Avalé en deux jours. Le temps de deux allers retours en transport en commun et le livre était englouti. Je pense que ça vous donne une idée de la fluidité de la plume de Samantha Bailly. C’est d’ailleurs ce point qui m’a le plus impressionnée. Ca coule tellement qu’on ne peut s’arrêter de lire, de lire, de lire…. Même les pauses entre chaque chapitre n’ont pas réussi à me freiner. L’auteure a un réel talent pour raconter les histoires c’est indéniable.

Le thème traité est un sujet d’actualité : le stage en entreprise. Samantha Bailly a su cibler son lectorat en s’adressant aux 20/30 ans dont je fais partie. Les stages j’ai connu bien qu’ils ne se soient déroulés dans le même contexte et que la compétition n’était pas au rendez-vous. Car « Les stagiaires » c’est ça, l’histoire de quelques jeunes adultes qui pour entrer dans le monde du travail doivent tout d’abord faire leur preuve en entreprise pour des sommes dérisoires. Il y a donc des rencontres, des amitiés qui se créent et de la séduction parfois à un âge où les histoires d’amour commencent à prendre parfois des tournures plus sérieuses. Il y a aussi les rapports hiérarchiques et la compétition en toile de fond pour obtenir un poste peut-être inexistant.

Au centre de cette histoire, Samantha a choisi deux personnages dont les points de vue s’alternent d’un chapitre à l’autre. Tout d’abord il y a Ophélie Dubois, jeune femme débarquant de sa Bretagne natale. Elle quitte sa famille et son petit ami pour six mois car elle a décroché un stage chez PYXIS, une entreprise de mangas et jeux vidéo très en vogue. C’est une jeune femme douce et combative à la fois qui est prête à de nombreux sacrifices pour parvenir à son but. Puis il y a Arthur Mareuil, un fils à maman gâté pourri et égocentrique à souhait. C’est un séducteur invétéré, habitué à obtenir tout ce qu’il désire en un claquement de doigts.

L’alternance des points de vue nous permet une double vision intéressante quant à la manière dont sont perçus tous les personnages. Alors qu’Ophélie semble voir du bon et éprouver une certaine compassion pour certains, Arthur flirte avec les extrêmes et se soucient peu des gens qui l’entourent. Sa cible : Ophélie.

Et puis il y a Alix l’excentrique, Vincent le DRH peu sûr de lui, Enissa la bombe atomique, Hugues en quête de nouveauté permanente. Tout ce petit monde se croise le temps d’un stage de six mois. C’est court et ne même temps cela laisse le temps de s’aimer, de se détester, de faire la fête, de faire des bourdes monumentales…. « Les stagiaires » c’est le récit de l’apprentissage de la vie sur fond d’entreprise.

J’ai beaucoup aimé l’originalité de la mise en page. Il y a des échanges sur « Communicator », l’outil de communication interne à PYXIS. Des smiley, du langage texto… Tout y est ! Les échanges de mails sont agrémentés de photos. Même Facebook et Skype sont de la partie. Samantha Bailly a réuni tous les ingrédients inhérents à la vie des jeunes adultes de nos jours. Cela donne un cocktail savoureux et unique.

Toutefois, « Les stagiaires » n’est pas un coup de cœur. Tout en le lisant, je me disais que vraiment j’étais conquise. Une plume incroyable de simplicité et de fluidité. Un sujet d’actualité. Des personnages sympathiques… Et oui, juste sympathiques pour moi. Je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Ophélie me semblait un chouilla trop lisse. Arthur un tantinet caricatural. Il m’a manqué je crois, un petit peu plus de profondeur pour que le coup de cœur soit au RDV… Un petit frisson.

Et pourtant, je vous l’assure, j’ai passé un moment très agréable durant cette lecture. Je le conseille vivement pour toutes les qualités citées plus haut. Je vais devenir il est certain, une inconditionnelle de Samantha Bailly dont j’espère bien lire toutes les œuvres.

Grosse mention pour la couverture. Les couleurs et les détails sont superbes. Quel dessin ! Un très bon choix de la part de l’auteure et de Milady.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
J’ai dévoré ce roman en une seule journée, c'est plein d'humour et tellement vrai !
Les stagiaires sont utilisés n'importe comment et ce roman retrace bien la galère que cela peut être. On suit des personnages attachants qui essaient de se débrouiller avant leur entrée sur le marché du travail. C'est très bien écrit, on rit, on s'énerve de situations déjà vécues, on s'émeut de la bande de copains. Bref à lire !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juillet 2014
Il ne s'agit pas d'une étude sociologique sur le statut de stagiaire en entreprise mais avant tout d'un roman très réussi. Les stagiaires, ces pauvres bêtes, servent ici de support à une comédie de mœurs emballante.

Emballante car la plume de l'auteure est remarquable : fluide, sensible, drôle, intelligente, d'une belle profondeur psychologique. Les personnages sont tous très attachants, malgré ou grâce à leurs défauts.
L'univers de l'entreprise branchée est très bien restitué, avec son lot d'hypocrisies et ses subtiles techniques d'enfumage "corporate".
Le ton est très juste, et autant je suis souvent dubitatif sur les œuvres qui alternent deux points de vue, l'un féminin, l'autre masculin, autant cette fois ci j'ai été assez bluffé par la solidité des deux angles d'attaque, même si le personnage d'Ophélie l'emporte largement sur celui d'Arthur.

Bon, le final est malheureusement trop prévisible, et le ton vire un peu trop à la nostalgie de la jeunesse et des moments perdus. En cela, le stage semble désormais remplir le rôle de feu le service militaire : c'est la nouvelle source inépuisable de récits d'anciens combattants !
Mais c'est très joliment fait et très agréable à lire. C'est fin, c'est amusant, c'est addictif.
Samantha Bailly est une très jolie plume, de celles qui donnent envie d'étudier de près leur bibliographie, histoire de s'envoler en l'air une nouvelle fois.
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce roman New Adult signé Samantha Bailly s'offre un couverture faite par Boulet. Soignée cette couverture réussi à parfaitement illustré le contenu du roman et l'atmosphère que voulait donner l'auteur à l'ensemble du récit (pour l'avoir vu en vrai, elle dépote quand même).

Le postulat de départ était vraiment sympa et attractif : dépeindre la vie de jeunes stagiaires dans une entreprise qui se veut jeune, moderne et attractive. En plus de montrer la réalité du monde du travail et des stagiaires en particulier, le livre dénonce légèrement l'hypocrisie de ces boîtes qui n'hésitent pas à mentir, au moins par omission, ou à embellir la réalité, pour jouer sur le côté fans de certains employés/stagiaires.

On va bien sur s'intéresser à plusieurs stagiaires, mais c'est Ophélie qui va porter l'histoire. Ophélie, fraîchement débarquée de sa province qui va découvrir ce nouvel univers et en plus découvrir la vie parisienne, ça fait beaucoup. Malheureusement, Ophélie est un cliché (bon comme les autres) mais surtout le roman va finir par tourner autour de ses histoires de cœur/de cul et ça m'a un peu gâché la lecture. Il n'était peut-être pas nécessaire de la maltraiter autant (même si elle est un peu responsable), ça déplace le sujet du roman et ça m'intéresse tout de suite beaucoup moins.
Un point également sur le personnage d'Arthur qui m'a rappelé le personnage masculin de Hell (Lolita Pill).

La fin est un clin d’œil qui rappelle que les employés ont été stagiaires un jour et qu'inversement, un stagiaire sera peut-être un employé plus tard.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
J'ai adoré ce livre, il m'a vraiment rappelé beaucoup de souvenirs ! A lire absolument pour toute personne ayant un jour été stagiaire et martyrisé !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Encadrant moi-même régulièrement des stagiaires et ayant des enfants amenés à effectuer des stages, j'ai trouvé le sujet intéressant. Entre le tuteur de stage compréhensif qui sait ce que doit être un stage (une période pratique où l'étudiant en condition s'immerge dans la vie active) et le tuteur exploiteur qui fait faire au stagiaire un maximum de boulot (de préférence celui qu'il n'a pas envie de faire lui-même), en lui faisant miroiter une potentielle embauche pour qu'il se donne à fond, quitte à le jeter ensuite comme un malpropre, ce roman aborde les différents styles, et égratigne au passage les relations entre collègues dans l'entreprise.
Dommage qu'il y ait ces histoires de cœur et de plans cul qui d'après moi desservent plutôt le sujet.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2014
Des jeunes issues de grandes écoles font un stage dans une entreprise de mangas et de jeux vidéos attractive pour des jeunes. Tout est décrypté : le microcosme des stagiaires au sein de l'entreprise, leur monde d'étudiant qu'ils ont du mal a à quitter, les méthodes pas toujours honnêtes des entreprises branchées et jeunes ...Mais beaucoup d 'histoires de coeurs sans lendemain ou presque et des personnages trop caricaturaux et plats ne permettent que 2 étoiles et demi (impossible d 'ailleurs mais je mets 3 car la lecture est fluide et agréaale)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2015
Vous avez déjà été stagiaire ? Ce livre est fait pour vous ! Chaque page vous rappellera des souvenirs et vous arrachera des "Boudiu ! C'était tellement ça !" Vous n'avez encore jamais été stagiaire ? Ce livre est fait pour vous ! Lisez-le, parce que sans blague, vaudrait mieux que vous sachiez ce qui va vous arriver.
L'histoire se déroule à Paris, chez Pyxis, une entreprise dynamique et branchée de jeux vidéo-édition de manga-entertainment. Forcément, tout le monde se bat pour y entrer, et pour y décrocher le sacro-saint stage de 6 mois, dans l'espoir que peut-être ensuite, un CDD... (Quoi "ou un CDI ?", non mais là vous planez complètement !)
Bien sûr, on est tous égaux chez Pyxis ! Mais les stagiaires le sont quand même un peu moins que les autres. Ils sont corvéables à merci, cette expression est d'ailleurs leur seule occasion d'entendre le mot "merci". Du coup, ils se serrent les coudes. De cette aventure dans la jungle du travail, on suit en parallèle deux personnages : Ophélie, la petite bretonne, un peu perdue dans la Capitale mais dotée d'une volonté d'acier, et Arthur, le bourgeois parigot, insupportable dragueur, mais pas si sûr de lui qu'il en a l'air.
N'allez pas chercher une énième chronique type blog, à la sauce : "je vous raconte comment mon stage s'est passé et j'en profite pour régler mes comptes avec ces t*** d* c** qui m'ont exploité". Les Stagiaires est un véritable roman, avec des personnages attachants et très construits. L'écriture fluide ne vous permettra pas de décrocher un instant, ça se lit en une soirée. Quand on pense que l'auteur l'a écrit à 25 ans, on est surpris de trouver, déjà, une telle maturité dans son écriture. Mais il est vrai que Samatha Bailly n'en est pas à son coup d'essai...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Samantha Bailly est une auteur qui monte pas mal depuis quelques années. Si j’ai acheté plusieurs de ses livres, Les Stagiaires est le premier que je lis. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé. Loin d’être une caricature sur les jeunes actuels, on découvre ici une vision juste de la situation de la jeunesse dans une société qui semble ne pas en vouloir.

Frais, percutant, ce roman met en scène cinq personnages dont deux en sont les narrateurs. Cinq personnalités différentes, cinq directions prises par chacun pour trouver sa place. De quoi s’identifier facilement à l’une d’entre elles.

Les Stagiaires se lit rapidement tant on est pris par la plume de Samantha Bailly. L’auteure à un talent certain pour nous captiver, même dans les situations les plus ordinaires de la vie. Mais c’est justement cela que l’on apprécie tellement dans ce roman. Car, chacun des personnages devient rapidement un ami, un frère, une soeur, quelqu’un de proche de nous qui vit la même situation.

Un livre touchant donc, mais aussi révèlateur d’une époque difficile pour la jeunesse, qu’elle soit dorée ou modeste. Rajoutons en plus un bon point pour la couverture signée Boulet et vous avez là un sans-faute !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,99 €
5,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)