undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles8
3,9 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:14,37 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 mai 2011
Avant toute chose il convient de préciser que ce film n'est pas aujourd'hui un film de loisir et n'est pas du goût du grand public, même si à l'origine, en l'an 1920, il l'avait été. C'est un film intéressant pour les chercheurs et les étudiants en études cinématographiques ou en histoire de l'art et aussi pour les amateurs avertis bien sûr.

C'est une pièce expressionniste allemande prototypique. Il est prototypique au moins en trois points :

1-Le thème angoissant : Un astrologue voit dans les étoiles qu'un malheur va sévir sur la communauté israélite et il en informe le Grand Rabbin. Celui-ci suivant les instructions des textes prépare une statue d'homme et une âme lui sera soufflée pour que cette créature défende la communauté juive et, cette dernière, le Golem, y parvient. Mais une fois sa tâche défensive terminée le Golem devient lui-même un danger pour la communauté...

2-La distorsion des formes : L'architecture des lieux est déformée, cela est par exemple le cas chez le Grand Rabbin pour la cage d'escalier et les fenêtres. Cela contraste par exemple avec Nosferatu de Friedrich Wilhelm Murnau (une autre oeuvre expressionniste allemande) où nous voyons une grande partie du film dans un décor non pas expressionniste mais naturel et cela non pas seulement au cours du voyage de l'agent immobilier mais aussi avec le Conte Nosferatu lui-même voyageant de la Transylvanie vers Brème.

3- La composition interne des plans : Le soin porté à la composition interne des plans est à l'extrème. L'un des meilleurs exemples de telles compositions est lorsque le Grand Rabbin prie à la lumière des cierges. Vous savez sûrement que la composition interne des plans fut l'un des aspects les plus importants de l'expressionnisme allemand autant que les expressionnistes allemands pensaient que " l'image filmique devait devenir un art graphique" (Film History, Kristin Thompson & David Bordwell, McGraw Hill Publishers, 2003, Page 106).

On remarquera aussi la performance et le grime de Paul Wegener (qui est aussi le metteur en scène du film) dans le rôle du Golem et aussi la beauté de la charmante Lyda Salmonova dans le rôle de la fille du Gand Rabbin.

Un cinéphile se trouve enchanté dès l'ouverture du film avec l'astrologue sur les toits et un chat noir qui passe sur les faîtages des toitures. Quel bonheur que de voir ce film sorti en DVD !
Film History: An Introduction. Kristin Thompson, David Bordwell Le cabinet du Docteur Caligari Metropolis Murnau : Nosferatu
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2011
Avant toute chose il convient de préciser que ce film n'est pas aujourd'hui un film de loisir et n'est pas du goût du grand public, même si à l'origine, en l'an 1920, il l'avait été. C'est un film intéressant pour les chercheurs et les étudiants en études cinématographiques ou en histoire de l'art et aussi pour les amateurs avertis bien sûr.

Ce film est une pièce expressionniste allemande prototypique. Il est prototypique au moins en trois points :

1-Le thème angoissant : Un astrologue voit dans les étoiles qu'un malheur va sévir sur la communauté israélite et il en informe le Grand Rabbin. Celui-ci suivant les instructions des textes prépare une statue d'homme et une âme lui sera soufflée pour que cette créature défende la communauté juive et, cette dernière, le Golem, y parvient. Mais une fois sa tâche défensive terminée le Golem devient lui-même un danger pour la communauté...

2-La distorsion des formes : L'architecture des lieux est déformée, cela est par exemple le cas chez le Grand Rabbin pour la cage d'escalier et les fenêtres. Cela contraste par exemple avec Nosferatu de Friedrich Wilhelm Murnau (une autre aeuvre expressionniste allemande) où nous voyons une grande partie du film dans un décor non pas expressionniste mais naturel et cela non pas seulement au cours du voyage de l'agent immobilier mais aussi avec le Conte Nosferatu lui-même voyageant de la Transylvanie vers Brème.

3- La composition interne des plans : Le soin porté à la composition interne des plans est à l'extrème. L'un des meilleurs exemples de telles compositions est lorsque le Grand Rabbin prie à la lumière des cierges. Vous savez sûrement que la composition interne des plans fut l'un des aspects les plus importants de l'expressionnisme allemand autant que les expressionnistes allemands pensaient que " l'image filmique devait devenir un art graphique" (Film History, Kristin Thompson & David Bordwell, McGraw Hill Publishers, 2003, Page 106).

On remarquera aussi la performance et le grime de Paul Wegener (qui est aussi le metteur en scène du film) dans le rôle du Golem et aussi la beauté de la charmante Lyda Salmonova dans le rôle de la fille du Gand Rabbin.

Un cinéphile se trouve enchanté dès l'ouverture du film avec l'astrologue sur les toits et un chat noir qui passe sur les faîtages des toitures. Quel bonheur que de voir ce film sorti en DVD !
Le cabinet du Docteur Caligari ,Murnau : Nosferatu ,Metropolis
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2009
Cette adaptation du Golem de Gustave Meyrink est très réussie du point de vue de l'ambiance. Le jeu d'ombres est réalisé avec brio. A première vue, l'ambiance peut éventuellement jugée un peu austère, mais c'est aussi ce qui fait tout le charme du cinéma de cette époque.On a hâte de voir à quoi la Créature ressemblera, ce qui vous tient en haleine.Evidemment, il y certaines similitudes avec Le Cabinet du Docteur Caligari, ce qui n'est pas étonnant, car réalisé 1an plus tard.
Les sentiments des personnages sont particulièrement bien restitués, grâce à l'expression du visage maîtrisée à la perfection.Les regards en particulier...

Un film que je recommenderais donc volontiers à tout passionné du cinéma allemand des années 20. A mon avis, cette oeuvre n'est pas vraiment destinée au grand public, mais bel et bien aux connaisseurs, et aux nostalgiques d'une certaine époque.

En ce qui concerne la réception, les délais ont été très satisfaisant, le DVD m'est parvenu en excellent état.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2013
Pour cinéphiles avertis, et amateurs de l'expression spoliée du noir et blanc. Visionné une seule fois, j'en ai gardé un récit mystique tronqué, par les impossibilités de récupérer la totalité du film, et de son passage au numérique par les équipes de restauration ; mais j'ai à nouveau fait l'expérience des prémices d'un cinéma qui naissait et disait les histoires autrement, et essayait de bousculer les émotions. Pour public amateur et averti !!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2016
je ne sais pas d'où sort cette copie désastreuse...quand va-t-on remastériser ce génial muet ? J'ai, en attendant, le bon travail des ateliers
Murnau, une copie passable avec intertitres Français et séquences teintées...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2014
Après une visite de Prague ou avant, il sera nécessaire de visionner ce film pour se retrouver dans l'ambiance du quartier juif ou alors pour s'initier à la visite.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2012
Excellent produit je suis très satisfait et je retrouve l' univers dépeint par le romancier ésotérique GUSTAV MEYRINK. Je suis très content.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2016
Cette édition de mk2 présente le film dans sa version teintée sans la moindre option. Le portage du film est de basse qualité, le moindre mouvement brusque laisse voir des fantômes.
On peut lire au dos du DVD à la section bonus "l'empire des fantômes, le Golem et la tradition expressioniste, documentaire de R. Dixon Smith" Il s'agit bien d'un excellent documentaire sur l'expressionnisme mais on y évoque à peine le Golem - est-ce que les gens de chez mk2 regardent leurs propres DVD? L'autre boonus, "les racines du Golem" est un exposé très intéressant du mythe du golem à travers les âges. Dommage que l'intervenante soit coupée en plein milieu d'une phrase à la fin de l'interview, c'est irrespectueux pour elle et pour nous.
Enfin, c'est une question de détail mais quel est cet éclair que tient le Golem sur la couverture? Est-ce que l'illustrateur a vu le film?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus