undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Les Vivants et les Morts - Prix RTL/LIRE 2005 et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les Vivants et les morts a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Vivants et les morts Broché – 8 septembre 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 8,60
EUR 5,61 EUR 0,01

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les Vivants et les morts + Rouge dans la brume + Notre part des ténèbres
Prix pour les trois: EUR 24,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Lui, c’est Rudi. Il n’a pas trente ans. Elle, c’est Dallas. Bien malin qui pourrait dire pourquoi tout le monde l’appelle comme ça. Même elle a oublié son nom de baptême… Rudi et Dallas travaillent à la Kos, une usine de fibre plastique. Le jour où l’usine ferme, c’est leur vie qui vole en éclats, alors que tout s’embrase autour d’eux. A travers l’épopée d’une cinquantaine de personnages, Les Vivants et les Morts est le roman d’amour d’un jeune couple emporté dans le torrent de l’histoire contemporaine. Entre passion et insurrection, les tourments, la révolte, les secrets de Rudi et de Dallas sont aussi ceux d’une ville où la lutte pour la survie dresse les uns contre les autres, ravage les familles, brise les règles intimes, sociales, politiques.
Dans ce monde où la raison financière l’emporte sur le souci des hommes, qui doit mourir ? Qui peut vivre ?

Biographie de l'auteur

Romancier et cinéaste, Gérard Mordillat est né à Paris en 1949. Il publie des poèmes aux Lettres Nouvelles avant de réaliser La Voix de son maître, un documentaire sur le discours patronal. Responsable des pages « Livres » à Libération, il publie en 1981 son premier roman, Vive la sociale !, qu’il adapte au cinéma en 1984. Auteur d’une quinzaine de romans et d’essais et d’autant de films (fiction et documentaires), il est, avec Jérôme Prieur, le réalisateur des séries télévisées « Corpus Christi », « L’origine du christianisme » et « L’Apocalypse ».




Détails sur le produit

  • Broché: 829 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (8 septembre 2010)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253114472
  • ISBN-13: 978-2253114475
  • Dimensions du produit: 17,3 x 11,2 x 3,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (18 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 50.921 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Véro le 31 mars 2007
Format: Broché
À travers un roman-fleuve on ne peut plus proche de l''actualité, Gérard Mordillat nous fait partager de très près la pénible et douloureuse réalité de tout un groupe de laissés-pour-compte. Cette course effrénée au rendement et à la productivité menée par les dirigeants de l'entreprise pris dans le carcan de la mondialisation rend la conjoncture impitoyable.

Autour de Rudi et Dallas, jeune couple impliqué corps et âme dans la lutte, c'est tout le quotidien de ces familles d'ouvriers qui s'expose dans cette fresque sociale. De leur hargne à leurs amours, de leurs espoirs à leurs lassitudes, de leurs certitudes à leurs doutes, il est bien difficile de se détacher de leur histoire (de leurs histoires) après avoir tourné la dernière page tant elle est prenante et criante de vérité. Et pourtant, à suivre les médias, il s''agit là d''une histoire sociale bien banale.'

Un livre très réaliste où le lecteur, constamment placé dans l''action par le biais des dialogues qui rythment de bout en bout toute la narration, se sent étroitement lié aux différents personnages.

Dans cet Est de la France déjà meurtri par son lourd passé historique, il est incontestable que cet ouvrage, d''une réalité sociale bien pragmatique, touche la sensibilité de sa population.

Une histoire de cœur et de convictions qui rend hommage au combat, souvent perdu d'avance de ces gens qui n'ont d'autre choix que d'endurer au cœur d'une région désormais sinistrée.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par fawnes le 2 août 2006
Format: Broché
L'immense mérite de Mordillat est de parler des "vraies choses", du travail, de l'amour physique, des angoisses de fin de mois, des angoisses de notre monde ouvrier en pleine déstructuration, de la problématique concrète de la libération de la femme dans ce contexte. Il introduit en littérature moderne des mots tels que "heures supplémentaires", "licenciements", etc. Il s'inspire de faits réels. Il montre lucidement ce qu'est le monde ouvrier, fort de ses solidarités agissantes, mais travaillé en profondeur par la tentation de l'"action directe" et les solutions individualistes. Il a en outre le mérite de ne pas mettre tout le monde dans le même sac, de montrer pour ce qu'elle est la stratégie de cjaque organisation syndicale, celle du patronat, celle de la finance... On regrettera toutefois deux choses: d'abord, cette fresque ambitieuse reste à l'état d'esquisse, l'écriture à force d'être sobre frôle la platitude (ce qui n'exclut pas une emphase bizarre dans certains passages au style direct), le rythme de l'ensemble n'est pas maîtrisé; d'autre part, les caractères principauxrestent étrangement désincarnés, de même que la ville elle-même et que l'entreprise: aucun portrait, aucune description donnant une réelle consistance aux individus et à leur contexte urbain (les personnages secondaires, par exemple Franck, Gisèle, le docteur Kops, sont par contre caractérisés en deux ou trois traits vifs et percutants). Pour Mordillat, l'action prime sur tout le reste. En quoi il ressemble aux personnages de son roman, qui continuent à subir le rythme et partiellement les valeurs d'une société qu'ils veulent pourtant changer.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile  Par "maroup" le 21 juillet 2005
Format: Broché
Ce roman vaut vraiment la peine d'être lu, d'autant qu'il est bien d'actualité. Lorsque l'on n'est pas directement confronté au problème des fermetures de grandes entreprises, je parle de celles qui font vivre une ville entière, sans qui la ville et ses habitants ne sont plus grand-chose, on ne se rend pas compte à quel point cela peut bouleverser. Ici, Gérard Mordillat nous fait entrer de plein fouet dans cette réalité, et l'on se sent concerné. Car les personnages, tous plus attachants les uns que les autres, avec leurs complexités, leurs exagérations, leur volonté de se battre mais aussi celle d'abandonner, sont vraiment proches de nous. On pénètre leur univers pendant quelques heures, et en refermant le livre, on a vraiment l'impression d'avoir compris quelque chose, de l'avoir même un peu vécu.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Florestan le 28 février 2014
Format: Broché Achat vérifié
Gérard Mordillat a beaucoup écrit pour la télévision et cela se ressent. "Les Vivants et les Morts" a d'ailleurs fini à la télévision. Le roman déroule sur 800 pages un script de série, prêt pour l'adaptation. Mon conseil serait d'aller directement visionner cette série de près de sept heures (disponible en DVD) et de se passer du livre, qui demande au moins le double de temps. La vie est trop courte.

Si vous tenez ensuite à lire le bouquin, soyez prévenus: vous allez ingurgiter des heures de dialogue. Le feuilleter simplement fait apercevoir à presque chaque page des quantités impressionnantes de tirets demi-cadratins. Il y a du bon et du moins bon dans ces conversations. Certaines sont très vives, authentiques. D'autres sont franchement tirées par les cheveux, avec un français beaucoup trop distingué, et on serait curieux de voir un acteur essayer de les dire.

Mordillat n'est pas un grand styliste. Dès la première phrase, aïe, faute de français. "C'est à l'Est". D'accord, mais... à l'est de quoi? J'ai trouvé la suite à l'avenant, avec son lot d'approximations syntaxiques ou lexicales. Plus embêtant, l'auteur n'est pas non plus un grand spécialiste d'économie. L'une des pièces essentielles de l'ouvrage, qui devrait justifier presque à elle seule son intrigue, à savoir la lettre de Format, est à peine compréhensible. Le profane n'y saisira pas grand-chose. L'expert en finance d'entreprise n'y verra que charabia. On peut aussi émettre de sérieuses réserves sur les aperçus des articles de presse.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?