Les enfants de la liberté et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 1,10

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 0,65
Amazon Rachète cet article
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Commencez à lire Les enfants de la liberté sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les enfants de la liberté [Poche]

Marc LEVY
4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (114 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Extrait

En novembre 1942, de jeunes paysans et ouvriers du Sud-Ouest de la France, hommes et femmes pour la plupart immigrés, constituèrent un mouvement de résistance militaire baptisé «La 35e brigade FTP-MOI». Traqués, luttant dans la misère et dans l'oubli, ils étaient le symbole de la fraternité et d'une humanité qui résistait à la haine. Leur lutte hors-la-loi était porteuse de valeurs essentielles. Torturés, fusillés, déportés ou morts au combat, ils sont tombés en criant «vive la France» avec un accent étranger. L'un d'entre eux était mon père. Sous la terre de France reposent ses copains. Chaque fois que j'entends quelqu'un exprimer ses idées, au milieu de notre monde libre, je pense à eux, à ce que je leur dois. Alors, je me souviens que le mot «étranger» est une des plus belles promesses du monde, une promesse en couleur ou la diversité des hommes est belle, belle comme la Liberté.

Marc Levy --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

Présentation de l'éditeur

Raymond est encore un adolescent quand il s’engage dans la résistance et devient Jeannot. Jeannot tout court, sans nom. Avec Charles, Sophie, Marc, Emile et les autres, il fabrique des bombes, se cache, fait sauter des trains, tue des procureurs… Il apprend avec horreur que les français sont parfois plus zélés que les nazis. Il doute aussi. Et finalement, il se fait arrêter et devient l'un des passagers du « train fantôme » qui roule vers Dachau, le camp d’où il parviendra à s’enfuir… Ce 21 mars 1943, j'avais dix-huit ans. Je suis monté dans le tramway et je partais vers une station qui ne figurait sur aucun plan, j'allais chercher le maquis. Il y a dix minutes, je m'appelais encore Raymond, depuis que je suis descendu au terminus de la ligne 12, je m'appelle Jeannot. Jeannot sans nom. À ce moment encore doux de la journée, des tas de gens dans mon monde ne savent pas encore ce qui va leur arriver.

Un mot de l'auteur

J'espère, cher lecteurs, que vous trouverez autant de plaisir à lire cette BD que j'en ai eu à adapter le roman éponyme de Marc Lévy.
Jeannot, Claude, Charles, Jan, Catherine et tous les autres ont vraiment existé et très jeunes se sont battus contre l'inacceptable.
Puisse ce livre, pour sa modeste part, contribuer à perpétuer la mémoire de leur jeunesse perdue.

Alain Grand --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

Biographie de l'auteur

Marc Levy a vécu sept ans aux Etat-Unis, à San Francisco, où il a créé une société d'images de synthèses, avant de revenir à Paris pour y diriger un cabinet d'architectes. Il publie en 2000 Et si c'était vrai ?, un premier roman qui connaît un formidable succès : le livre, numéro un des ventes en fiction de l'année 2000, est traduit en 20 langues et Steven Spielberg achète à l'auteur les droits d'adaptation. Marc Levy, qui se consacre désormais à l'écriture, se partage entre Londres et New York. Pour la première fois, Marc Levy change de registre et raconte l’Histoire, à travers le parcours de son père, Raymond Levy, qui a pris un jour le chemin de la Résistance sous le nom de Jeannot.
‹  Retourner à l'aperçu du produit