Les lois de la gravité et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Très bon Voir les détails
Prix : EUR 1,48

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Commencez à lire Les lois de la gravité sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les lois de la gravité [Poche]

Jean TEULE
3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (18 commentaires client)
Prix : EUR 5,80 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 23 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
‹  Retourner à l'aperçu du produit

Table des matières

Le corps de Jimmy s'était éloigné horizontalement dans l'air tandis que sa femme reculait, reculait dans la salle à manger en se cachant les yeux. Un mètre devant le balcon, vue imprenable du mari sur son épouse et l'appartement du onzième étage. Il en parut surtout surpris. La nature, elle-même, sembla décontenancée et il lui fallut une fraction de seconde pour se rappeler cette loi naturelle et indiscutable par laquelle un corps lancé dans le vide est attiré vers le bas. C'est un phénomène physique contre lequel il est inutile de lutter. La femme aurait eu beau se pencher par-dessus le balcon et crier: "Pardon, je regrette. Chéri, chéri, reviens!", ça n'aurait servi à rien. Quand la chute est lancée, il faut qu'elle aille à son terme. Si la rambarde a été franchie, on ne peut plus rien pour personne. Jimmy ressentit le vent vertical de la vitesse lui remonter dans les jambes du pantalon. Ce fut pour lui une sensation inédite. Il se rappellera aussi toute sa vie –; c'est-à-dire encore une seconde, une seconde et demie –;, qu'il avait également plaqué ses bras de chaque côté du corps afin d'éprouver la même vibration dans les manches. On a parfois de ces idées... Le policier, lui-même... a de drôles d'idées, se sentant face à un processus dont il se demande bien comment il pourrait en inverser la trajectoire. –; Est-ce que vous avez bien compris, madame, ce qu'il va se passer maintenant pour vous? Que je vais vous coller en taule, moi? –; Oui. C'est un bruit simple comme les talons du mari claquant sur la dalle en béton du parking. L'officier se lève, claudique jusqu'à l'autre porte du local. Sur le lino gris, entre le bureau de Machebœuf et celui de Gâtebois, se dressent de hautes piles de dossiers aux couleurs administratives. On dirait des tours de cités, s'élevant du macadam, pleines d'histoires superposées, confinées et entassées. Des feuilles débordent de certains dossiers comme des cris aux fenêtres –; des impatiences de réparations de préjudices sur procès-verbal bleu. Il s'écoule aussi des mystères de dépositions roses. Arrivé à la porte vitrée et grillagée donnant sur le couloir des cellules de garde à vue et la cour du commissariat, Pontoise regarde les fourgons garés dans la nuit. Et derrière un muret, il observe le canal. Un train passe, les yeux grands ouverts, sur l'autre bord. Le policier se retourne: –; Et vos enfants? Encore mineurs je suppose... –; Oui. –; ... Que vont-ils devenir? Déjà qu'ils n'ont plus de père, s'ils n'ont plus de mère... Papa passé par la fenêtre et maman en prison, qui va s'occuper de leur éducation? Parce que attention, menace-t-il du doigt à l'autre bout du bureau, il n'y a pas que votre vie que vous me livrez là. Il y a aussi la leur. Où sont-ils ce soir? –; Dans leurs chambres. –; Et demain, ils dormiront où? À la DDASS? Le flic se retourne à nouveau vers la porte grillagée. Berger des songes brisés, il entend les trains s'étrangler au loin dans les tunnels et la mère gémir. Le nœud de l'intrigue se serre autour de la gorge du policier. Il se sent la tête prise au collet alors il tente de s'en débarrasser en se retournant et lâchant à la veuve: –; Barrez-vous! Il a dit ça aussi sec qu'on enlève un matou d'une chaise. –; Comment? fait la criminelle interloquée. Pontoise revient s'asseoir en face d'elle et coudes sur le bureau, les mains jointes, droit dans les yeux, il précise sa pensée: –; Sauvez-vous malheureuse! –; Quoi? –; Écoutez madame, je n'ai rien entendu de ce que vous m'avez dit. Rentrez chez vous, au revoir. Je ne vais pas prendre ça sinon vous allez aller au trou et pour longtemps. Allez, partez! La femme, en face, est stupéfaite. Le flic s'énerve: –; Mais c'est inouï, ça! Vous n'avez eu aucune chance avec ce mari, rien, et puis un jour vous le poussez, bon... Mais personne n'a rien vu et la police a été dupe. Alors moi, je dis, putain, vous avez réussi le crime parfait, là... C'est quand même incroyable, ça! Et vous venez de votre propre initiative, des années après... Vous avez fait un crime parfait et vous voulez vous constituer prisonnière? Jamais vu ça de ma carrière! La femme à l'âme sensible, prise sous une désillusion nouvelle, baisse le front. Pontoise se penche vers elle: –; Vous n'auriez pas dû venir me voir... Elle lève la tête. Ses lèvres frôlent accidentellement celles, gercées, du policier: –; Monsieur, j'ai cru mourir d'attendre.

‹  Retourner à l'aperçu du produit