Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Les maitres chanteurs de Nuremberg

José Van Dam , Peter Seiffert    Tous publics   DVD
3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.



Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : José Van Dam, Peter Seiffert, Matti Salminen, Michael Volle, Petra-Maria Schnitzer
  • Format : Classique, DVD-Vidéo, Cinémascope, PAL
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais
  • Sous-titres : Italien, Allemand, Anglais, Français, Espagnol
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.).
  • Rapport de forme : 1.33:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : EMI
  • Date de sortie du DVD : 13 mars 2006
  • Durée : 15993 seconds
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • ASIN: B0007D0AVE
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 71.370 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Descriptions du produit

Synopsis

Un casting unique pour le grand opéra de Wagner.

Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
3.7 étoiles sur 5
3.7 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La comédie de toutes les ambiguités 16 juin 2011
Par Roger Dominique Maes COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 50 COMMENTATEURS
Richard Wagner : "Die Meistersinger von Nürnberg", Franz Welser-Möst, 2004, 2 DVDs Emi.

Oui, l'opéra de toutes les ambiguités : un père qui offre sa fille au gagnant d'un concours, mais à condition que ce gagnant ait su la séduire... Une jeune fille qui hésite entre l'amour-passion avec un jeune poète exalté, et la sécurité d'un mariage avec un veuf paternel... Un nobliau (ruiné peut-être) qui cherche à redorer son blason en puisant dans les coffres de Pogner, mais qui, poète aussi, et génial peut-être, réduit son ambition à un bonheur conjugal, pourtant peu propice à l'inspiration poétique... Une nourrice qui affole un apprenti, tandis que le gamin à peine pubère lorgne davantage l'anse du panier que Lene fait valser pour lui que celle qui le porte... Enfin un greffier de la Ville, infatué de ses mérites, qui méprise les femmes et leur peu de goût pour la poésie, et qui courtise, lui aussi, autant la fortune de Pogner que les appas de sa fille... Tout cela fait un joli panier de crabes, et l'on comprend que certains (John Ruskin, notamment, mais c'était Ruskin !) aient trouvé cette intrigue "la plus bête qu'il ait jamais vue sur une scène".
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pour José van Dam, magnifique 26 août 2012
Par Laneton TOP 500 COMMENTATEURS
Ce spectacle me laisse une impression mitigée, avec de très bons et beaux moments, d’autres médiocres ou même franchement mauvais, idem pour l’interprétation musicale et les chanteurs.
D’abord la mise en scène n’est vraiment bonne qu’au 3° acte superbement rendu, un décor fastueux qui sied bien au concours des maîtres et des costumes sobres mais de qualité. Le premier acte est austère mais correspond néanmoins à l’époque puisque nous sommes au 16° siècle. Il n’en va pas du tout de même au second acte, baigné d’un bout à l’autre d’une diaphane lumière bleue pâle, figurant la nuit bien sûr, sans aucun décor autre qu’une ou deux chaises. On se demande comment le cordonnier peut voir clair pour faire son travail. Et l’on cherche vainement l’arbre qui doit abriter le couple, au lieu de cela, on enfouit celui-ci dans un trou de la scène dans lequel ils finissent par disparaître enlacés, est-ce pour y trouver leur couche ? Je ne pense pas que le livret l’ait ainsi prévu. Donc là, on tombe dans le grotesque, pour ne pas dire le ridicule. Et comme c’est la nuit, cela est soporifique.
Reste la partie musicale, vous me direz que c’est l’essentiel ; oui et non, car l’opéra est aussi un théâtre, et pour moi la partie visuelle et le jeu des acteurs est très important. Sinon, restons au CD. La direction d’orchestre de F. Welser-Möst est molle, il n’y a quasiment jamais de souffle, d’entrain, de couleur, c’est juste bien donné, sans l’enthousiasme que nécessite la musique de cet opéra de Wagner.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 MEISTERSINGER, OEUVRE HUMANISTE ? 27 octobre 2011
Par JMG
Les Maîtres chanteurs, opéra de toutes les ambiguïtés.
Oui, mais lesquelles ? Je ne reviens pas pas sur celles de l'intrigue bien décrites par le commentaire précédent.
En revanche, comme la plupart des œuvres de la maturité de Wagner, "les Maîtres chanteurs" n'échappent pas à la conception du monde en général et de l'Allemagne en particulier que nourrissait pour ne pas dire ressassait le "Maître de Bayreuth".
On a le droit sans doute de vouloir ignorer cet aspect des choses et de ne traiter Wagner que comme un musicien génial (parmi d'autres...) et ses œuvres comme des œuvres de répertoire parmi d'autres.
Cependant, dans ce cas il me semble que l'on passe à côté de tout un aspect de Wagner qui, faut-il le rappeler, n'ambitionnait pas de n'être qu'un musicien.
A ce propos, on ne rendra peut-être jamais assez justice à Adorno, difficile, excessif mais ô combien salutaire pour l'esprit.
Lorsqu'il dit que Beckmesser est une insupportable caricature du "juif", c'est peut-être formellement contestable - rien dans le livret ne permet de l'affirmer et la position même de Maître et pas n'importe lequel, le "Marqueur", qu'occupe Beckmesser dans une ville allemande du XVIème siècle ne valide pas vraiment cette hypothèse - mais cela renvoie bien à tout un imaginaire wagnérien de ce qui est "juif" opposé à ce qui est "allemand".
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xaabf23a8)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?