Les montagnes hallucinées et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 4,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les montagnes hallucinées Poche – 13 février 2012


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,00
EUR 4,00 EUR 4,60

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les montagnes hallucinées + Le cauchemar d'Innsmouth + Le mythe de Cthulhu
Prix pour les trois: EUR 12,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Au cours d'une expédition en antarctique, deux scientifiques mettent au jour, derrière une chaîne de montagnes en apparence infranchissable, les vestiges d'une ancienne cité aux proportions gigantesques. Pendant cinq ans, un vénérable professeur d'université devient la proie d'étranges visions. Cherchant à comprendre ce qui l'a " possédé ", il découvre en Australie des ruines plus qu'antédiluviennes cachées au regard des hommes. En visitant les dédales et recoins de ces lieux maudits, tous vont observer des fresques évoquant l'arrivée sur terre d'entités d'outre-espace. Et constater que la menace de les voir reprendre le contrôle de la planète existe toujours...

Biographie de l'auteur

H.P. Lovecraft (1890-1937). Reclus, malade, misanthrope et éminemment matérialiste, il transfigura sa haine de la modernité en une œuvre placée sous le signe de la Peur, dans laquelle l'Homme se voit confronté à un panthéon de dieux venus des immensités cosmiques pour asservir notre planète. Il est aujourd'hui considéré comme le plus grand écrivain fantastique américain de ce siècle.


Détails sur le produit

  • Poche: 256 pages
  • Editeur : J'ai lu (13 février 2012)
  • Collection : J'ai lu Science-fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290319058
  • ISBN-13: 978-2290319055
  • Dimensions du produit: 18 x 1,3 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (10 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 10.119 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Veilleur TOP 100 COMMENTATEURS sur 22 mars 2013
Format: Broché
Lovecraft a inventé le moonwalk littéraire ! Si, si. Lovecraft fait avancer son récit en regardant en arrière. On avance vers l'horreur en sachant déjà à l'avance ce qui va nous tomber sur le poil : créatures mystérieuses tapies dans l'ombre, monstres gluants des temps antédiluviens, griffes, bosses, pustules, croches et dents, bave, écailles, tentacules et odeurs puantes : tous ces êtres qui jonchaient la Terre avant l'arrivée de l'Homme et que celui-ci redécouvre par accident, par curiosité malsaine, et qui est effrayé d'avoir réveillé le monstre. Lovecraft, c'est le David Vincent des "Envahisseurs" : il nous persuade par ses arguments qu'ils sont parmi nous mais nous les voyons jamais, sauf par les yeux des initiés et de ces témoins que jamais personne ne croit.

Mais Lovecraft n'est jamais aussi bon que dans les courts récits et si ces "montagnes hallucinées" font partie des bons récits de l'auteur, il n'en demeure pas moins que ce dernier fait durer le plaisir par des descriptions un peu longuettes. Par contre, les trois autres nouvelles de ce recueil sont terriblement efficaces : "Air froid", "le modèle de Pickman" et surtout cette admirable "Couleur tombée du ciel", si lourde de menace.

Et, à la fin, en refermant ce livre, on ne peut s'empêcher de tendre l'oreille pour vérifier que l'on n'entend pas le "Tekelili ! Tekelili !" de la créature des montagnes, enfermée dans le désert blanc de l'Antarctique et n'attendant que son heure pour se délecter des Hommes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par De La Poer sur 23 mai 2013
Format: Poche Achat vérifié
Avec "The Mountain of Madness", rédigé en 1931, Lovecraft appose définitivement sa griffe en tant qu'écrivain exceptionnel. Scientiste, mais feignant dans le même temps que la science ne nous dévoile une vérité cauchemardesque, nous écrit là un chef-d'oeuvre. Plutôt à part dans l'univers lovecraftien, car les personnages s'aventurent hors de Nouvelle-Angleterre, lant vécu au pe récit a pu être écrit dans l'esprit d'Edgar Allan Poe ("Les aventures d'Arthur Gordon Pym") même si au niveau des faits, les textes sont bien différents. Mais on peut considérer cette suite bien meilleure que "Le Sphinx des glaces" de Jules Vernes (1897), car, fort de son imagination à la fois passionnée par la science et la terreur, Lovecraft nous décrit une exploration croissante vers l'horreur. La présence de créatures ayant vécu au pré-cambrien, la découverte de la cité abandonnée (mais l'est elle vraiment), la description anatomique de ces créatures, leur histoire au travers de fresques, tout concourt à nous dévoiler une novella de génie... Et lorsque le narrateur commence à franchir la ligne et à éprouver de la compassion pour ces créatures, voici d'autres entités qui surgissent et relancent l'horreur, le récit s'achevant sur les délires de Danforth, qui ne dévoile en fait rien, mais laisse entrevoir un univers de cauchemar que l'esprit de l'homme ne saurait supporter.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Arribat TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 2 septembre 2013
Format: Poche
Dans les enfers glacés des pôles veillent les gardiens de nos archives maudites. Résidence privilégiée pour garder nos fantasmes le temps qu’un visionnaire psychotique vienne les sortir de leur léthargie. De leur regard halluciné renaissent ces créatures monstrueuses cachées depuis toujours dans les coins les plus reculés de notre archaïsme reptilien nous rappelant cette condition instable qui est la nôtre, ce temps suspendu entre deux cataclysmes entre lesquels pour un très court instant s’insinue la vie. Sans doute Lovecraft fut-il un individu peu attrayant. A voir sa tronche de sacristain vicelard on a guère envie de s’en faire un ami. Mais on attend de lui rien d’autre que d’être un bon guide de l’étrange et pour cela il vaut mieux compter sur un expert. A lui de nous amener dans ces promiscuités de la « chose d’un autre monde » dans ces pays obscurs où toujours l’Alien rode dans les coins sombres et finit par avoir le mot de la fin.

Pourtant cet arrière-plan fantasmagorique ne sert qu’à créer l’atmosphère. Le fond du sujet, fond qui rejoint la pensée de Lovecraft, est la place de l’homme dans la création. L’invention des monothéismes et pire encore de dieux bons et justes préparait le terrain à une humanisation de l’impénétrable dessein divin qui ne pourrait être que la marche aveugle de l’univers vers son terme. Dieu serait une invention récente et dans ces montagnes hallucinées l’auteur nous renvoie vers ces forces monstrueuses qui ne semblent pas se préoccuper de l’homme.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?