undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici Rentrée scolaire Cloud Drive Photos Cliquez ici Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles19
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Toutes les civilisations, de Sumer à l'Egypte pharaonique (présentée souvent comme une civilisation paisible, aimant la vie, mystique, bref "clean"), des Mayas aux Incas, des Chinois aux Japonais, des Grecs aux Romains, TOUTES ont pratiqué et prospéré grâce à l'esclavage.

Ce livre démontre avec rigueur et un style clair (et engagé)que les Gens du Livre s'asservirent mutuellement.
Ce livre est l'Histoire d'une histoire qui commence mal, et qui continue, mal, en quelques endroits du monde, en Mauritanie, ou ailleurs, de manière plus ou moins cachée.
C'est l'histoire de l'esclavage des Noirs par les musulmans, à partir des sources arabo-musulmanes des VIIe au 19e siècle, de travaux occidentaux et africains récents.
Côté Europe, côté chrétien, l'aggiornamento a été fait par Jean Paul II, l'Eglise Anglicane et quelques chefs d'Etat occidentaux (dont J. Chirac, commanditaire d'un Monument).

Côté Islam, on l'attend toujours, côté juif aussi (les juifs d'Ethiopie, ou Beta Israël -dits Falachas- sont d'ailleurs ghettoïsés, voir "Falachas" dans Universalis).

Car Jacques HEERS, qui n'est pas un révisionniste, Professeur d'Histoire émérite de Paris IV Sorbonne, déteste les visions partiales. OUI, la traite transatlantique est une des hontes de l'Occident moderne et éclairé (qu'on pense à Voltaire, au courant de la traite, ne s'en offusquant point, et soucieux uniquement d'avoir assez de sucre à mettre dans son chocolat, et se gaussant des "nègres"!!!). OUI, c'est un crime contre l'Humanité.
Seulement nous ne fûmes pas seuls. Et pas les premiers, ni les derniers.

Ce livre raconte la Traite arabo-musulmane, la complicité des chrétiens blancs, celle des rois noirs du Dahomey, des tribus ravies de se débarrasser de leurs ennemis, celle des négociants juifs dans ce sinistre "commerce". Elle a duré 1200 ans. On n'en parle pas.
Contrairement à Tidiane N'Diaye, auteur du "génocide voilé", Jacques HEERS ne tente pas de chiffrer les pertes humaines, et pour l'excellente raison que la documentation comptable (les livres de bord, les registres de compte, les livres des négriers) ne se trouvent qu'à partir des 16e-17e siècles, et essentiellement dans la traite occidentale.
Il y a bien génocide, on peut avancer AU MOINS le million d'âmes par décence et logique (et c'est déjà trop), on ne pourra cependant jamais graver un chiffre sur le cénotaphe des Noirs arrachés à leur tribu, à leur famille, à leur terre, émasculés, pour finir dans les cales, les salines, les mines, les sources de naphte (goudron), les villes pour le nettoyage des hammams, les plantations arabo-musulmanes.
88 commentaires|67 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2014
Ces pages d'histoire sont quasiment inconnues.
La vente des esclaves sur les marchés existait depuis déjà bien avant le VIIe siècle,
et la traite des noirs s'est poursuivie avec la traite des blanches jusqu'au 20e siècle.
Il faut le savoir.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nous avons tous entendu parler des harems de Turquie, des belles esclaves circassiennes et des grands eunuques noirs. Image d’Epinal, élégante et tolérable, teintée d’un délicat érotisme XVIIIème un peu alangui, témoignant d’une différence de culture, d’un orientalisme de bon aloi. Il s’agit là de tout autre chose, d’une exploitation délibérée et bien réglée du continent africain ( et un tout petit peu, comparativement, de l’Europe du Nord) : il s’agit là de pépinière d’esclaves dans certains pays d’Afrique, de convois d’hommes et de femmes affamés à travers les déserts africains, de travaux forcés dans les mines de sel ou de cuivre, dans les latifundia où se pratiquaient à grande échelle la monoculture, de l’assèchement de marais insalubres, toutes activités grosses consommatrices de bétail humain. Des centres de castration systématique de tous les mâles, aussi, avec plus de 60% de mortalité !
L’ouvrage est très documenté, très argumenté, un gros travail d’historien, presque ennuyeux (j’avoue avoir un peu survolé certains passages, comme le chapitre sur la lente pénétration de l’Afrique par les marchands arabes et berbères). Très référencé, même si les témoignages directs sont rares, mais il y en a. Complété par une très solide bibliographie.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2014
UN formidable livre avec une analyse sans appel des crimes commis au nom d'une civilisation arabo-musulmane et qui malheureusement n'est pas au programme à l'éducation nationale pour avoir une vision globale de l'esclavagisme selon toutes ses odieuses facettes.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 4 janvier 2011
Très bon livre qui dévoile une traite méconnue : celle des Arabes qui destinaient leurs esclaves africains au Maghreb et au Moyen-Orient. Cette traite a été mise de côté par les historiens car les documents laissés par les négriers arabes sont beaucoup moins nombreux que ceux concernant la traite transatlantique. Elle a néanmoins fait beaucoup plus de victimes que cette dernière.
Récit très ordonné et tout à fait passionnant.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2012
Là encore, la passion m'a fait acheter et lire ce livre.
Lecture facile, transport aisé, tout ce qu'il faut pour se documenter et se cultiver.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2015
Jacques Heers, par un rappel de faits niés ou ignorés au nom d'une bien-pensance (qui n'est rien d'autre qu'un terrorisme intellectuel) durant près d'un siècle, met bien en lumière l'origine arabo-musulmane de l'esclavage.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2012
Un éclairage documenté et précis sur la traite négrière arabo musulmane. Qui compléte parfaitement le livre de Tidyane N'Diaye sur ce que furent les 14 siècles de cet immonde trafic pratiqué parr les arabes.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2010
L'auteur nous emmène au coeur de l'impérialisme arabo-musulman au moyen-âge, et nous permets de sortir des images d'Epinal léguées par les milles et une nuits, ou les mouvements artistiques orientalistes, et de saisir par quels truchements idéologiques, dans quelles conditions pratiques, pour quel avantage politique, les esclaves ont-ils été un pilier de la civilisation arabo-musulmane.
Je mettrai seulement un bémol sur certaines mises en contraste de l'auteur, entre chrétiens / musulmans, qui ne semblent pas toujours très rigoureuses.
Ouvrage essentiel néanmoins pour qui veut penser les vocations hégémoniques des grandes civilisations
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comme dans bien d'autres de ses ouvrages, Jacques Heers nous dévoile une des supercheries de l'Histoire, à savoir le "black out" que la bien pensance et la crainte de froisser l'islam et le gauchisme anti-occidental imposent sur la réalité des traites négrières organisées par notamment les arabes, avec l'appui de roitelets des pays africains.

Cette traite s'est poursuivie pendant des siècles, a duré bien plus longtemps que celle transatlantique imputable aux européens, et a fait bien plus de victimes. Mais comme elle ne correspond pas à l'idéologie nauséabonde développée par la gauche qui se dit "humanitaire", les islamistes et autres "dieudonnés", qui veut que seul l'Occident soit coupable, et tous les autres victimes, les livres d'histoire contaminés par le politiquement correct, ainsi que les programmes scolaires, n'en parlent pas, ou alors du bout des lèvres. L'auteur a le courage et l'honnêteté intellectuelle d'expliciter ce fait historique, et on découvre un univers qui nous est habituellement caché, encore une face noire de la grande civilisation islamique!

Encore de nos jours, même si l'esclavage est officiellement aboli, il faut savoir que dans certains pays musulmans, notamment en Arabie dite Saoudite (connaissez vous un autre pays dont le nom soit celui d'une famille, d'une dynastie?), les travailleurs immigrés sont traités presque comme des esclaves: leurs passeports sont confisqués à leur arrivée, et ils ne bénéficient d'aucun droit, sauf obéir...Nos preux humanitaires pourraient vainement rechercher de quelle protections sociales ces malheureux bénéficient. Mais il est tellement plus facile d'être humanitaire à Paris ou Londres qu'à Ryad ou Dubai...

Donc, merci à Jacques Heers, voici encore un livre qui participe à pourfendre la perfide politique des instances européennes de laisses tout passer à l'islam et aux pays arabes!
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)