• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les naufragés du B... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
État: D'occasion: Bon
Commentaire: ***Bon / Très bon : papier jauni (tirage de 2005 - couverture différente) ; lu une fois (sans annotations) / Envoi rapide.***
Amazon rachète votre
article EUR 0,77 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Les naufragés du Batavia : Suivi de Prosper Poche – 8 avril 2005


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 4,18
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 5,40
EUR 5,40 EUR 2,49

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les naufragés du Batavia : Suivi de Prosper + Orwell ou l'horreur de la politique + Le bonheur des petits poissons : Lettres des Antipodes
Prix pour les trois: EUR 16,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

En 1629, un naufrage frappa l'imagination du public plus fortement encore que ne le fera celui du Titanic près de trois siècles plus tard : celui du Batavia, gloire de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, qui sombra au large de l'Australie. A peine sauvés de la noyade, les trois cents rescapés tombèrent sous la coupe d'un des leurs, un psychopathe visionnaire, qui, secondé par une poignée de disciples, entreprit méthodiquement de les massacrer. Simon Leys, qui a séjourné sur les lieux du drame, a constaté que, paradoxalement, les naufragés auraient fort bien pu y couler " une existence non dénuée de charme ". Ne pourrait-on voir dans ce massacre un microcosme des horreurs engendrées à notre époque par les idéologies délirantes qui promettent le paradis sur terre ?

Quatrième de couverture

En 1629, le Batavia, orgueil de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, fit naufrage en bordure d'un archipel de corail, à quelque quatre-vingts kilomètres du continent australien. A peine sauvés de la noyade, les trois cents rescapés tombèrent sous la coupe d'un des leurs, un psychopathe visionnaire, qui, secondé par une poignée de disciples, entreprit méthodiquement de les massacrer.
En son temps cette tragédie du Batavia frappa l'imagination du public, plus encore que ne pourra le faire le naufrage du Titanic au XXe siècle.
Simon Leys, qui a séjourné sur les lieux du drame, a constaté que, paradoxalement, les naufragés auraient fort bien pu y couler « une existence non dénuée de charme ». Ne pourrait-on voir dans cet aberrant massacre un microcosme des horreurs engendrées à notre époque par les idéologies délirantes qui promettent le Paradis sur terre ?
Le deuxième récit qui complète ce volume relève d'une tout autre inspiration. L'auteur y relate une expérience de jeunesse : embarqué pour la durée d'un été sur un thonier breton - un des derniers voiliers de pêche - il s'est trouvé initié au métier de la mer dont il décrit les usages, les épreuves et les dangers. Il a fixé ici le souvenir de compagnons fraternels et de leur monde maintenant disparu. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,77
Vendez Les naufragés du Batavia : Suivi de Prosper contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,77, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 125 pages
  • Editeur : Seuil (8 avril 2005)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020654350
  • ISBN-13: 978-2020654357
  • Dimensions du produit: 18 x 0,9 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 13.887 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 21 avril 2012
Format: Broché
Simon Leys sait ce qu'il coûte d'analyser et de prendre parti contre le totalitarisme, les déviances liberticides, mensongères, mortelles, d'un homme et de son parti. Il a vécu dans la Chine de Mao et eut le courage, en son temps, de démentir l'idéologie communiste maoïste qui embrumait violemment les esprits dans une sombre folie vide d'espérance. L'auteur est un passionné de la mer. La conjugaison de ces deux passions ont produit ce recueil comprenant deux récits; celui du naufrage du navire hollandais le "Batavia" en 1629 et celui d'une aventure sur un voilier breton pour pécher le thon, au large du Morbihan, en 1958.

1/ "Les naufragés du Batavia"

En 1629 un navire de la compagnie des Indes orientales fait route avec près de 400 personnes, hommes, femmes enfants de tous âges et de toutes conditions sociales, vers Java. L'approximation des moyens de navigation fit dériver le navire plus à l'Est et le conduisit à se drosser sur les côtes sauvages de l'Australie occidentale où il sombra. A peine sauvés de la noyade, les trois cents rescapés tombèrent sous la coupe d'un psychopathe. Alors que les ilots sur lesquels ils s'étaient établis étaient hospitaliers et auraient permis de vivre correctement, la communauté va sombrer dans la violence, la démence et l'absence radicale d'interdits, sous la féroce gouvernance d'un homme et de ses quelques sicaires. Au 17ème siècle, cette tragédie, nous précise l'auteur, "frappa l'imagination du public, plus encore que ne pourra le faire le naufrage du Titanic".
Lire la suite ›
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eugene le 15 juin 2011
Format: Poche
Bien avant le Titanic, un naufrage marqua aussi fortement l'imaginaire du public. Nous sommes en 1629. Le Batavia, navire marchand hollandais, fait la route vers Java, mais sombra au large des côtes australiennes. L'histoire aurait pu s'arrêter là : un banal naufrage comme il y en eu tant à l'époque. Des noyés certes, mais aussi des survivants, qui auraient peut-être mieux fait de se laisser aller à la noyade, car leur destin fut encore bien plus cruel qu'une agonie sous-marine de quelques minutes. Simon Leys retraça l'histoire de ce naufrage et surtout de l'après... L'île sur laquelle se réfugient les naufragés a tout pour être paradisiaque. Aux alentours, on y trouve de l'eau potable, des fruits sauvages, des kangourous, des poissons et de succulentes langoustes. Et pour organiser cette nouvelle vie, un chef parmi les naufragés se désigne tout naturellement... Ce chef sera autoritaire, sanguinaire, totalement dépourvu de bon sens et sombrera dans la folie dictatoriale. Mais je ne vous en raconte pas plus... « Les Naufragés du Batavia », montre l'Homme, tel qu'il est lorsqu'il s'éprend du pouvoir, comment une idéologie peut transformer le Paradis Terrestre en enfer damné loin de toute rationalité.

Autre lieu, autre époque. Le temps d'un été de 1958, le temps d'une marée (marée = campagne de pêche en langage de vieux loup de mer), Simon Leys s'engage sur un thonier, une expérience de jeunesse. Pas n'importe quel bateau de pêche... Le « Prosper », l`un des derniers thonier à l'ancienne, grande voile et fils de pèche alignées dans la mer.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Booba le 20 septembre 2014
Format: Poche Achat vérifié
Très agréable à lire, il faut noter que le livre est très peu volumineux, chacune des deux histoires se lit donc d'une traite.

Les naufragés du Batavia apparaît un peu comme un condensé de l'histoire de ce naufrage et l'auteur nous renvoie vers le récit détaillé de Mike Dash "L'archipel des hérétiques". Il en reste un gout de trop peu. Ne serait-ce qu'un Teaser du livre de Dash?

Prosper est le nom du voilier sur lequel embarque l'auteur, un des tous derniers voiliers thoniers en activité à l'époque.
On retrouve donc en deuxième partie un récit à partir des notes qu'ils avaient prises à l'époque, ça ajoute quelques pages..... au maigre premier récit.
Ca reste très plaisant à lire avec une ambiance très bien retranscrite.
Mais comme souvent avec le Breton on frôle la caricature, un équipage de poches à vin taiseuses, même si il est notifié qu'étant des derniers bateaux à pratiquer cette pêche à la voile moins productive donc moins rémunératrice, la difficulté pour recruter des marins sur cette pratique faisait que le Patron récupérait un peu les cabossés de la vie.
Pour ceux qui aiment ce genre de récit de pêche à l'ancienne, je conseille Pêcheurs d'Islande de Pierre Loti.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Rafahello le 24 août 2011
Format: Poche
Les naufragés du Batavia, ou l'impossibilité d'une paix sociale hors de l'Etat. Simon Leys nous offre un (court) résumé du calvaire vécu par les passagers de ce navire, symbole de la puissance hollandaise de l'époque. Passagers appartenant donc à l'une des sociétés les plus "évoluées" du XVIIe mais transformés, à cause de la soif de pouvoir de quelques uns, en animaux dénués d'humanité.
Cette histoire est tout bonnement incroyable, hallucinante. Et dire que tout est vrai!

Une critique malgré tout: Leys a bien mais trop synthétisé et nous restons quelque peu sur notre faim. Il a cependant la sympathie de nous guider vers le livre apparemment beaucoup plus fourni de Mike Dash, L'Archipel des hérétiques. Un livre que je lirai donc, tant cet évènement est, je le répète, stupéfiant.

Et comme le dit si bien Leys: "Une société civilisée n'est pas nécessairement une société qui comporte une moindre proportion d'individus criminels et pervers - simplement, elle leur donne moins l'occasion de manifester et d'assouvir leurs penchants."
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?