undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Les oiseaux vont mourir au Pérou
Format: PocheModifier
Prix:6,40 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ces seize nouvelles m’ont, comme d’habitude avec Gary (mais on est toujours près de l’oublier), littéralement enchanté par leur vivacité, leur style puissant et solide, leur cynisme occasionnel et leur humour subtil omniprésent.

A cet égard, Gloire à nos Illustres Pionniers remporte la palme pour la mise en évidence de la bêtise humaine en action. Ecrite en pleine guerre froide, en 1962, la nouvelle qui donnait à l’origine son titre au recueil raconte l’évolution de l’espèce humaine après une exposition généralisée à des radiations : chaque humain mute, se transforme en un animal, mais tout ce à quoi semblent penser les dirigeants des Etats-Unis, c’est la conservation de l’esprit américain quoi qu’il arrive, dans la crainte d’une quelconque influence soviétique – bien évidemment ! L’humanité est au bord de l’extinction, mais pensons avant tout à la préservation des valeurs nationales ! Transposons cette vision ironique de Gary à la Belgique, et imaginons un récit sur des imbéciles pensant avant tout à leur région, son identité, alors que toute l’humanité est au bord de la crise économique et écologique totale… Ce serait pure fiction, cela va sans dire.

Cette nouvelle n’est pas la seule à pointer avec humour (parfois surréaliste : Citoyen Pigeon) la bêtise ou plus simplement la faiblesse humaine, quelle que soit la forme qu’elle puisse prendre : lâcheté, écart entre les paroles et les actes (Je parle de l’Héroïsme, où assumer sa couardise devient une forme biaisée d’héroïsme), incapacité à se voir tel qu’on est (J’ai Soif d’Innocence), foi immodérée en l’être humain mais aussi crapulerie finie nourrie par la naïveté (Un Humaniste qui, avec La plus vieille Histoire du Monde, évoque avec une relative cruauté l’antisémitisme et la Shoah, tandis que d’autres nouvelles tournent en ridicule le nazisme) : toutes ces variantes sont présentes, et d’autres encore, dans ces nouvelles à chute, dont les dernières lignes offrent un retournement ou un éclaircissement qui, bien que souvent attendu, ne peut que faire sourire le lecteur.

Pour autant, puisqu’il s’agit de Romain Gary, un certain désenchantement est de mise, surtout dans la nouvelle Les Oiseaux vont mourir au Pérou : le désenchantement d’un homme qui a connu plusieurs vies, dont celle de diplomate (voir Le Luth en particulier), et ce désenchantement génère des instants de pure beauté, des phrases à parfois méditer. Un exemple, quasi au hasard, dans la bouche involontairement ironique du narrateur de J’ai Soif d’Innocence : « J’éprouvais le besoin de m’évader de cette atmosphère de compétition frénétique et de lutte pour le profit où l’absence de tout scrupule était devenue la règle » - à ceci près que chez Gary, rien n’est simple, et que ce besoin, et sa satisfaction, laissera le lecteur oscillant entre amertume et sourire.

C’est cette oscillation aussi qui plaît chez Gary, un des derniers maîtres du roman français, loin des complications vaines et stupides du Nouveau Roman et de l’indigence honteuse du roman contemporain. Un maître au style classique, à l’humour et aux histoires enchanteurs, auquel revenir non pas comme vers un ami, mais vers un excellent professeur de gymnastique mentale et d’ouverture des yeux.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 juin 2012
Romain Gary nous transportes encore dans son monde, son talent, son écriture incomparable dont je suis tombée folle il y a maintenant quelques mois. Cette ouvrage se compose de plusieurs nouvelles toutes aussi drôle et pétillante à la fois !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 mars 2013
Plusieurs histoires, des tranches de vies, très bien écrites et qui finissent de façon à ne pas laisser le lecteur indifférent. J'ai bien aimé le style de Gary depuis la Promesse de l'aube, c'est une écriture sensible et crue. Je recommande cet auteur!
A lire dans les transports parisiens, c'est très sympa et ça permet d'engager les conversations avec d'autres passagers! :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Adieu, Gary Cooper
Adieu, Gary Cooper de Romain Gary (Poche - 31 mars 1998)
EUR 6,40

Les cerfs-volants
Les cerfs-volants de Romain Gary (Poche - 13 mai 1983)
EUR 8,50

Les racines du ciel
Les racines du ciel de Romain Gary (Poche - 16 novembre 1972)
EUR 8,50