undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles24
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Les ombres de Kittur avant d'être un roman, est un un recueil de nouvelles qui se déroulent dans une ville imaginaire de l'Inde dans les années 80-90.
Il y a dans ce roman quatorze destins différents qui tous ont en commun une vision très noire de l'Inde. En effet chacun des personnages souffre et reste prisonnier de sa caste.

Pour le lecteur qui ne connaît pas l'Inde (tout comme moi), le système de caste de l'Inde m'a paru difficile à appréhender, tout en éveillant ma curiosité. Au fil des chapitres, je me suis surpris à m'intéresser à la vie et aux destins des différents protagonistes.

Seul bémol, tous les personnages sont des écorchés vifs qui se débattent dans un monde qui ne peut leur offrir qu'une fin horrible. Un des chapitres le plus marquant pour ma part (Umbrella Stret), l'histoire d'un livreur à vélo qui sillonne toutes les rue de Kittur, illustre pleinement cette vision très noire de l'Inde.

Tout naturellement, la question que je me suis posée est la suivante : Aravind Adiga, à l'instar du "Tigre Blanc" dépeint une société inégalitaire, sans pitié pour les pauvres, mais ce roman est-il bien une image exhaustive de la société indienne ?

Autre remarque, il y a quatorze destins différents dans cette ville mais aucun ne se croise ! Est-ce fait intentionnellement pour montrer que les castes sont hermétiques entre elles ou bien s'agit-il d'un choix délibéré de l'auteur.

Au final, un livre émouvant à découvrir, qui pose beaucoup d'interrogations sur la société indienne et qui donne envie d'en savoir beaucoup plus.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Après un 1er livre salué par la critique (Tigre Blanc), Aravind Adiga, nous offre ici un livre nettement supérieur. La vision aussi perçante et réaliste qu'il porte sur la société indienne, n'est jamais froide et distante, et c'est là que réside le tour de force, car tout au long de ce recueil de nouvelles, Aravind Adiga, nous dépeint une image de l'inde qui arrive à concilier amour et réalisme, dureté et humanisme. Et les scènes restent toujours colorées et chaleureuses malgré la misère et les grands contrastes sociaux que connait ce pays. Au final, on se surprend à apprendre beaucoup, à ressentir encore plus, à travers une écriture fluide, qui nous implique mais qui nous laisse libre en même temps.
Trés consistant et très bien fait. J'ai adoré.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Quoiqu'imaginaire, la ville de Kittur est l'occasion pour Aravind Adiga d'offrir une vision réaliste et sociale de l'Inde. L'auteur propose au lecteur un séjour de sept jours dans la ville. Le recueil de nouvelles se présente comme un guide touristique détourné. Ainsi des descriptifs « officiels » des quartiers de Kittur, avec profusion de détails chronologiques, démographiques, architecturaux ou sociologiques s'intercalent avec les portraits de leurs habitants. Derrière les données factuelles, la vérité d'un territoire s'impose au travers de l'humain.

Souvent issus des classes les plus modestes mais pas exclusivement, le lecteur en visite croise notamment un directeur d'un atelier de confection à la morale tourmentée, la petite fille d'un toxicomane en quête d'affection, un homme partagé entre idéal communiste maoïste, velléités d'écriture et aspirations amoureuses, un jardinier qui se croit dans « Lady Chatterley », un enfant métis hoyka-brahmane écartelé de fait par le système des castes, un petit musulman qui vivote dans la gare ou un couple d'intellectuels en mal d'enfant. Le lecteur est privilégié puisqu'eux-mêmes ne se croisent pas, peut-être parce qu'ils font partie d'un monde trop cloisonné.

L'injustice des castes, la misère, la drogue ou la corruption dessinent une Inde loin de Bollywood. Pourtant la perte des illusions ne nous précipite pas dans le sordide non plus. Dans une des nouvelles, un aspirant écrivain qui a envoyé ses textes à un éditeur se voit félicité pour son style mais son manuscrit sera rejeté car ses personnages sont dénués de désirs. Malgré une certaine fatalité, les personnages des « Ombres de Kittur » sont animés de désirs - argent, amour, tendresse, statut social...- et c'est certainement ce qui, allié à la force et la poésie de l'écriture, les rend si vivants et attachants. Je les ai aimés et ai vraiment été séduite par le style. Ce recueil m'a vraiment assez donné envie de poursuivre avec « Le tigre blanc » du même auteur.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 4 septembre 2011
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Ce livre est un roman sans tout à fait l'être...
Il mélange l'art de la nouvelle, nous contant la vie quotidienne de 14 personnages, le style du guide touristique : chaque chapitre démarre par une présentation façon guide d'un quartier, et le roman puisqu'un lien unit toutes ces vies, la ville imaginaire de Kittur et surtout la réalité de vie indienne ou plutôt des vies indiennes.
J'ai beaucoup aimé ce livre, qui parle vrai, nous raconte une Inde de l'intérieur, sans miévrerie ni négativisme. Il nous permet de vivre avec ses personnages, de les comprendre sans les juger, il n'y a ni bons ni mauvais, mais juste de l'humain en chacun d'eux. il nous fait aussi prendre conscience du poids des castes, des traditions, des religions mais surtout de la difficulté pour un jeune pays à conquérir son autonomie sans tomber dans la corruption...
Tout cela est raconté avec aisance, autour de ces fameux personnages, messieurs "tout le monde" de l'Inde moderne.
J'ai beaucoup aimé ce livre, j'ai découvert un auteur que je ne connaissais pas mais que j'aurais plaisir à relire, et un livre que j'aurais plaisir à offrir.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Ce livre, tout à fait intéressant, tient à la fois du recueil de nouvelles et du roman, tout en intercalant des passages imitant les guides touristiques (puisque la ville évoquée est fictive).
Du guide touristique il garde les descriptions des lieux, les détails culturels et historiques, le découpage en sept journées, durée d'un pseudo-séjour, et la destination proposée pour chaque demi-journée.
Du recueil de nouvelles il a les les 14 récits, dont chacun est un tout, avec un personnage central dont on nous raconte un épisode de la vie. Chaque récit est une sorte de parabole illustrant les divers aspects de la vie en Inde, les rêves, les déceptions, les difficutés de ses habitants.
Du roman il conserve le fil conducteur, qui ici est cette ville-symbole, sorte de microcosme de la société indienne. C'est aussi la vie de cette ville et de ces différents quartiers qui défile sous nos yeux de lecteurs.
C'est un livre fort, marquant, qui décrit sans concession, le quotidien de personnages représentatifs de l'Inde moderne encore porteuse de bien des préjugés.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Un livre très bien écrit, agréable à parcourir. Des histoires qui nous plongent immédiatement dans l'ambiance toute particulière de ce pays foisonnant.
C'est à mon sens une lecture enrichissante pour ceux qui voudraient en apprendre plus sur l'Inde et la vie de ses habitants. Parfois simples, parfois touchantes mais toujours d'une grande authenticité, ces instantanés de vies se lisent avec passion.

Un livre tout à fait recommandable et Aravind Adiga à suivre, sans aucun doute.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2011
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Enfin une histoire de l'Inde du Sud, tellement vraie et réaliste, où l'on reconnaît la vie du Karnataka, exactement telle que les autochtones peuvent la vivre au quotidien, de Cochin à Mangalore.
Roman très bien écrit, facile à lire et haut en couleurs... C'est avec grand plaisir que j'ai découvert cet auteur, et je vais essayer ses autres oeuvres!
Vous souhaitez vous dépayser le temps d'une lecture? N'hésitez plus, lisez ce livre avec confiance!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
J'ai choisi ce livre sans grande conviction, ne connaissant pas du tout l'auteur. Et j'ai été agréablement surprise, car j'ai beaucoup aimé cette lecture ! Le livre est un ensemble de petites nouvelles qui permettent de découvrir l'Inde au jour le jour et l'ensemble se lit vraiment tout seul ! Religion, castes, richesse culturelle, tout est évoqué ici, et cette diversité de thèmes rend ce livre réellement intéressant ! A découvrir sans hésiter !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 5 septembre 2011
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Voilà un livre qui nous emporte dans un univers à la fois exotique et pourtant très proche par bien des aspects..

Il m'a semblé que pour articuler son ouvrage l'auteur s'y prend un peu comme un tisserand, un tapissier.

Kittur, ville romanesque du sud de l'Inde, nous apparait à la façon dont l'informatique nous accoutume lorsqu'il s'agit de lire un plan de ville: à grands coups de zoom ciblant un dessin puis y surajoutant l'image. Dans ce livre (construit à la façon d'une pièce de théâtre), chaque lieu est enchâssé dans un pâté de maisons, pièce d'un puzzle, morceau de ville, morceau de temps, support à une saynète, une tranche de vie, ce qui forme la toile du tissu qui palpite dans ce sud de l'Inde.
Cette pièce de puzzle dispose de sa personnalité propre, elle est comme un radeau dont l'« ancre » serait plantée quelque part, dans un lieu hors d'atteinte et quasi immuable, cette pièce du puzzle a ainsi une couleur particulière, celle d'une statue ou d'un monument, d'une vocation ou d'un destin, elle pré-existe à la trame et au fil des vies humaines qui vont lui donner du relief et révéler sa forme.
Les habitants de Kittur viennent et vivent dans ces alvéoles un peu comme des abeilles dans une ruche, chacun ne peut changer la « trame » de sa vie car c'est l'héritage auquel il doit se soumettre, la trame de l'appartenance, à une caste, un passé, une communauté ou une famille. Fil qui se détend, ou devient lourd et sans avantage, mais trame existante à laquelle on ne peut guère échapper.
Chacun cependant pousse en quelque sorte la navette de sa vie, avec sa personnalité, essayant de soutenir l'étoffe qui déjà ne tient plus.
Forme d'orient que cette tapisserie dont se révèle tour à tour les couleurs tragiques ou remplies d'espoir, toile dépenaillée, révélatrice d'un effondrement; Parfois le fil parait retendre la trame, pourtant bien souvent cette trame distendue garde son rôle de guide, mais alors à rebours de sa vocation, il ne reste plus alors qu'une tragique confusion, car si les anciennes croyances sont souvent combattues les modernes superstitions se révèlent amèrement n'être que des paravents aux pires travers humains.
Il reste de cette lecture des images contrastées comme un tableau aux couleurs fanées, comme un tapis qui aurait bien trop servi.

Livre comme un carnet de voyage, livre portrait d'un monde particulier, livre du monde que j'ai lu avec plaisir, à la fois comme un conte et comme un reportage. C'est toute l'ambivalence que j'y ai trouvé, à la fois beauté paisible et rayonnante comme quand disparait le temps, noirceur et trépidation de la lutte pour la survie d'une ville sans avenir, sans loi et sans secours.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Ce n'est pas un roman. Un recueil de nouvelles, plutôt, enchâssées dans de brèves descriptions touristiques d'une ville du sud de l'Inde, au bord de la mer d'Oman. Une cité qui n'existe pas, censée symboliser le pays tout entier. Les ombres de Kittur s'intéresse avant tout aux petites gens, à leur destin, qui semble tout tracé depuis l'enfance, quels que soient leurs efforts pour se sortir de leur condition. Une vision noire, bien dans la manière d'Aravind Adiga, découvert avec Le tigre blanc. L'ensemble est assez inégal, certains récits semblent suspendus dans le temps et inachevés. D'autres, en revanche, ont une puissance peu commune, comme l'histoire de ce serviteur au service d'une grande dame et qui, peu à peu, se rend indispensable au point de croire qu'il peut s'élever jusqu'au rang de sa patronne. Il tombera de très haut. La misère, les castes, la corruption, les haines religieuses, la diversité des langues : c'est tout l'Inde que Adiga tente de concentrer en 350 pages. Sans nier son talent, la mission est impossible, c'est un pays qui ne se met pas en conserve, trop complexe, trop difficile à comprendre. Reste la qualité de la narration et tous ces personnages qui touchent par leur énergie et leur rébellion. Paradoxalement, si le propos est ambitieux, c'est dans l'humilité que l'auteur est le plus convaincant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,40 €
2,00 €