Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 9,89

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les petits métiers : D'Atget à Willy Ronis [Relié]

Pierre Perret
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
Prix : EUR 30,50 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 17 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Description de l'ouvrage

26 octobre 2007 PHOTO
La France des villes comme celle des campagnes a connu des centaines de petits métiers à travers les siècles, fruit de l'imagination et de la débrouillardise des classes les plus modestes.
De la bouquetière au ramasseur de mégots, du ressemeleur à la dame de la loterie, du rémouleur à l'arracheur de dents, en passant par le crieur public et l'allumeur de réverbères, toutes ces petites activités marginales et essentielles, qui confinent parfois à la poésie et restent nichées dans la mémoire collective., ont été immortalisées par les plus grands photographes. Depuis le début du siècle dernier, Atget, Brassaï, Doisneau, Willy Ronis, Izis, etc., tous les grands photographes humanistes ont su capter l'âme de cette France ingénieuse et rendre hommage à ses acteurs.
Pour accompagner ces photographies, Pierre Perret a remonté le temps et s'est souvenu de son grand-père colporteur, de sa mère trieuse de plumes dans son enfance et des dizaines de personnages qui défilaient dans le café de ses parents et exerçaient " avec soin et bienveillance " ces petits métiers et étaient devenus peu à peu " nos familiers et parfois même nos amis ".

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Extrait

La fréquentation des gens humbles, ceux que l'on appelait autrefois les «petites gens», n'a jamais été néfaste au coeur ni à l'esprit de ceux qui ont eu à faire à eux. Bien au contraire, ce qu'il était convenu jadis de qualifier de «petit métier» était le plus souvent exécuté avec soin et bienveillance, précisément par ces petites gens. Ceux et celles qui assumaient les tâches les plus modestes et généralement les moins gratifiantes s'en acquittaient avec bonhomie, certes, mais aussi avec le sérieux que cela impliquait.
Issu d'une famille modeste, je n'eus guère besoin, quant à moi, d'attendre le XXIe siècle pour apprendre à éteindre la lumière en sortant d'une pièce. Gaspiller l'eau, l'électricité ou jeter un croûton de pain ne me serait jamais venu à l'idée. Pourtant, le dénuement le plus criant dans la famille qui était la mienne - celui qui force le respect des valeurs -, c'est ma grand-mère - même - qui l'avait connu tout au long de son existence. Tout au moins durant sa vie de mère de famille jusqu'à l'âge de trente-cinq ans. La vie, heureusement, lui fut plus douce par la suite...

Même Anna avait épousé, toute jeunette, un certain Pierre Faure, roulier de son état. C'était en quelque sorte un voiturier à cheval, qui transportait et vendait surtout des ustensiles de ménage. Il se déplaçait de village en village dans sa grande carriole bâchée semblable à celles des chariots du Far West.

La caverne d'Ali Baba dans une roulotte ! Ce grand-père, que je ne connus pas, proposait aux ménagères qui jalonnaient sa route mille trésors que chacune rêvait de posséder dans son foyer. Des batteries de cuisine en cuivre étamé, des louches, passoires, chaudrons à confiture, marmites de tous calibres, «poissonnières», couteaux pour tous usages, chaufferettes en cuivre munies d'un manche en bois. On les garnissait le soir de cendres brûlantes avant de les glisser entre les draps des lits glacés. Il proposait également aussi bien des colifichets que des trousseaux de mariage. Oui, il pouvait offrir tout cela à la convoitise des maîtresses de maison. Il n'est pas négligeable de souligner que la plupart de ces bourgeoises aisées payaient leurs achats en louis d'or bien sonnants. Prudent, il en vérifiait toujours l'authenticité entre ses dents avant de les glisser dans sa sacoche de cuir. Les services en vermeil, que seuls les clients vraiment riches pouvaient acquérir, l'enrichissaient si soudainement qu'il partait alors faire la ribouldingue huit jours durant, jusqu'à ce qu'il ait tout dépensé ! Il jouait aux courses de chevaux puis finissait de dilapider son pactole avec les filles dans les maisons closes d'où il ne sortait pas parfois trois jours durant. Celle qui ne voyait jamais la couleur d'un louis d'or, c'était bien entendu la pauvre Anna - dont il était pourtant jaloux comme un tigre ! Pour faire vivre les quatre rejetons qu'il avait faits entre chacun de ses voyages, on conçoit aisément qu'Anna ait eu du mal à boucler ses fins de mois. «Surtout les vingt-huit derniers jours !» ainsi qu'ironisait maman quand elle évoquait ces noirs épisodes de sa vie de fillette. Par nécessité, plus que par plaisir, Anna avait donc «mis sur le tas» les deux aînés de ses enfants. C'est mon futur parrain Pierrot et ma future maman Claudia qui furent les heureux élus. Pierrot avait dix ans, sa soeur cadette n'en avait pas encore huit. Elle avait pour tâche de vendre de menus objets de couture de toute sorte : des épingles simples, ou coiffées d'une petite boule de couleur, des punaises en laiton, des aiguilles à tricoter longues ou courtes comme celles que même plantait dans son chignon, avec lesquelles elle faisait ses napperons au crochet. C'est cet humble éventaire de mercerie suspendu à son cou que Claudia exhibait sur son petit ventre de limande. Pierrot, auprès d'elle sur les champs de foire, proposait des lacets de toutes longueurs. Chacun trouvait son usage, des courts pour les chaussures, bien sûr, mais également des longs qui servaient de ceinture ou de bandoulière pour une musette, etc. Même, de son côté, vendait également de la mercerie et aussi - grande nouveauté -, des bas de soie. «Les mêmes qu'à Paris !» hurlait-elle. Il n'était pas rare que ses deux enfants fussent détroussés avant la fin de la journée, car les pickpockets pullulaient dès qu'il y avait de la foule. Anna tançait alors copieusement Claudia et Pierrot de s'être fait voler, quand elle ne les corrigeait pas. Ni son enfance, ni son mari ne lui avaient vraiment appris la douceur de vivre et la tendresse des gestes.
Dévalisés une fois sur trois, ces petits maladroits décidément ne rapportaient pas. Tel fût le triste constat de même.

Détails sur le produit

  • Relié: 114 pages
  • Editeur : Hoëbeke (26 octobre 2007)
  • Collection : PHOTO
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2842303016
  • ISBN-13: 978-2842303013
  • Dimensions du produit: 31 x 23,8 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 231.471 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enfin! 23 novembre 2007
Par Celine B.
Format:Relié
Enfin un beau livre photo sur ce thème des petits métiers qui parle à chacun d'entre nous. On en découvre certains et on se régale de page en page.
Les photos sont signées de nos grands photographes humanistes du siècle dernier: Adget,Brassaï, Willy Doisneau.
Le texte de Pierre Perret est touchant et poétique.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?