Cliquez ici undrgrnd NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

8
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 juin 2014
Comment les Américains ont-ils planifié et organisé la logistique du débarquement de Normandie et des campagne de France et d'Allemagne 1944-1945 ?
Peu de livres s'attaquent à cette question pourtant fondamentale et sur laquelle de nombreux poncifs circulent encore.
C'est tout l'intérêt de travail de Nicolas Aubin qui nous offre un livre "bel objet" splendide (photos, schémas, cartes, tableaux, organigrammes...) qui contient un texte basé sur des recherches sérieuses et surtout une analyse novatrice.
J'ai beaucoup aimé le contenu du texte, et surtout le soin de l'auteur de contextualiser les faits, en les replaçant dans une analyse historique totalement inédite.
Les Américains ont planifié le ravitaillement de leurs armées, mais ont été contraints de tout revoir, de recourir à l'improvisation. La campagne de 1944 souffre ainsi de limites et de carences en logistiques qui contredisent l'image d'une armée jouissant d'une opulence, et s'appuyant sur un "sérieux" digne des industries tayloristes.
à la lecture du texte, on se rend compte que les Allemands, réputés "roi de l'improvisation" ont été dépassés par les Américains, qui ont multiplié les expédients et les solutions alternatives, le "master plan" étant abandonné dès la fin de la bataille de Falaise.
On apprécie aussi de découvrir des personnages nouveaux (Brehon B. Somervell) comme des personnages connus sous un jour nouveau (la gestion d'Eisenhower de la campagne).
Ce livre est le résultat d'un travail énorme, qui gagnerait à figurer dans toute bonne bibliothèque d'histoire militaire. il détrône le livre ancien de Martin Van Creveld sur la logistique (Supplying Wars).
Pour finir, il est évident que l'intérêt majeur du livre réside dans le texte, même s'il est agrémenté de splendides photos, légendées en détail.
à recommander sans hésiter.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J’avais déjà croisé la route de Nicolas Aubin au travers d’articles dans les revues d’histoire militaire, il nous livre ici ce qui est, pour moi, son premier ouvrage dans le domaine. Et sincèrement, je pense que c’est une grande réussite. J’irai même plus loin, je range cet ouvrage parmi mes ouvrages importants de l’année 2014, aux côté de la biographie de Joukov de Lopez/Otkhmezuri et du « Sous le feu » du colonel Michel Goya, c’est dire !

« Les routes de la liberté » ont pour sujet : la logistique américaine en France et en Allemagne, 1944-1945.

Sujet trop peu traité dans l’historiographie de la seconde guerre mondiale et sur lequel Nicolas Aubin nous livre une étude complète, profonde et multidimensionnelle. L’auteur va plonger dans l’histoire de la jeune nation américaine pour comprendre la genèse de la logistique « made in USA« , remettant en perspective les forces mais surtout des faiblesses qu’on imagine rarement. Tout le long de l’ouvrage, Nicolas Aubin va d’ailleurs pointer les insuffisantes américaines associées à un solide sens de l’adaptation qui va leur permettre systématiquement de redresser la situation et de conceptualiser des process plus efficaces jusqu’à en devenir redoutables !

Un beau chapitre est consacré à la planification des opérations logistiques spécialement en vue du D-Day: les enjeux colossaux en termes de débarquement et d’approvisionnement du D-Day, ce qui se passe en bien et en mal, le rôle des ports artificiels et l’impact de la tempête de juin, la difficulté à prendre des ports; bref, le retard pris sur le master plan.

Avec l’opération Cobra, la percée tant attendue va avoir lieu et les lignes de ravitaillement vont s’allonger très rapidement, la machine logistique va inexorablement se dérégler entraînant dysfonctionnements sur dysfonctionnements. Au delà de la mise en place des voies du « Red Ball Express », on en verra les limites, l’impact sur l’usure des hommes et des matériels, le recours délicat au transport aérien et les comportements déviants aux différents niveaux opérationnels pour la lutte à l’attribution des approvisionnements.

Avec la volonté d’Eisenhower de progresser sur un front large, la machine logistique va se bloquer peu à peu. Nicolas Aubin relativise cependant le phénomène, chiffres à l’appui, et nous démontre la capacité d’adaptation réelle des Américains pour corriger le problème rapidement. Après l’arrêt de l’hiver 1944, on aura droit à une logistique bien mieux huilée lors la pénétration en Allemagne au printemps 1945.

Dans un beau chapitre terminal, Nicolas Aubin nous propose une intéressante analyse comparée des systèmes de la Blitzkrieg allemande et des fronts soviétiques de 1945. Lors de la lecture de l’ouvrage, on a eu quelques regards positifs en contrepoint sur la logistique britannique. Peut-être aurons-nous l’occasion d’en savoir plus dans un autre ouvrage ? ;-)

Au final, un ouvrage évidemment assez technique mais avec un auteur capable de passer rapidement d’une vision stratégique à des considérations très « raz du terrain ». On a donc ici une capacité d’analyse et de synthèse réellement remarquable. On sent également que l’auteur a fourni un énorme travail de recherche documentaire (voir sa bibliographie et ses notes régulières).

Qui plus est, et j’y suis attaché, c’est un ouvrage bien écrit dans un style qui sait rendre vivante une matière quand même assez aride.

Maintenant, il faut souligner aussi l’importance du travail réalisé par l’éditeur, Histoire & Collections, qui a donné à Nicolas Aubin un écrin de toute beauté à son travail d’écriture: qualité des illustrations , rareté des médias, tableaux, ordre de bataille, cartes en soutien.

Donc un texte remarquable pour un travail d’édition qui l’est tout autant. Indispensable dans toute bibliothèque consacrée à la seconde guerre mondiale mais aussi à l’histoire militaire dans son ensemble.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Nicolas Aubin, agrégé d'histoire, s'intéresse de longue date au front de l'ouest pendant la Seconde Guerre mondiale, et contribue de longue date également à plusieurs magazines spécialisés. C'est sous le label Histoire et Collections qu'il publie cet imposant (au niveau du format) volume consacré à la logistique américaine en France et en Allemagne, en 1944-1945.

L'ambition de l'auteur est bien de présenter la révolution logistique qui s'est opérée pendant la période elle-même, et non avant, comme on saurait tenté de le croire. A la mécanique bien huilée souvent décrite s'oppose une logistique, "activités de transport et de ravitaillement indispensable aux opérations militaires", selon la définition retenue, qui se construit empiriquement pour donner aux Etats-Unis la capacité unique de mener une guerre industrielle à l'échelle du globe. L'improvisation donne naissance à une chaîne logistique qui ne donne sa pleine mesure qu'en Allemagne, au printemps 1945.

Dans la première partie, Nicolas Aubin montre comment les Américains ont dû relever les défis matériels et organisationnels, devant la mondialisation d'un conflit devenu industriel. Somervell, architecte de la manoeuvre organisationnelle, fait du Transportation Corps un corps indépendant, injecte une dose de management issue du privé, rationnalise la chaîne logistique. Un système semi-automatique est mis en place pour le ravitaillement (rapports jusqu'à la commande). Pour pallier le manque de navires de transport, on met au point les fameux Liberty Ships.

La deuxième partie revient sur la planification d'Overlord, une des opérations les plus planifiées de l'histoire. Les trois phases du plan initial auraient imposé une "tyrannie de la logistique", avec des questions lancinantes qui reviennent : capacité des plages, des ports bretons, nombre de péniches de débarquement. La simple répartition des Américains dans le sud-ouest de l'Angleterre et des Britanniques à l'est a changé la configuration de la bataille en Normandie. Malgré la planification, la logistique est en pleine confusion le 6 juin et dans les jours suivants : le désordre règne dans les ports anglais, les Engineer Special Brigades ont le plus grand mal à gérer le trafic sur les plages. Heureusement, l'improvisation permet de pallier aux défauts qui se sont faits jour, même avec la grave tempête de fin juin qui détruit le port artificiel d'Omaha. Les Américains, aidés par les Français, arrivent à remettre en état, en un mois, le port de Cherbourg ravagé par les Allemands. L'exploitation en revanche est plus difficile, mais la logistique alliée souffre assez peu du problème du manque de ports consistants. La planification minutieuse avant l'opération s'est combinée à l'improvisation pour pallier aux carences survenues après Overlord.

La percée du mois d'août remet en question la situation. La logistique a le plus grand mal à ravitailler les pointes mécanisées. L'allongement des distances, la confusion des services expliquent ce chaos. 4 plans sont proposés à Eisenhower, qui tranche le 23 août en appuyant au nord tout en conservant une poussée secondaire vers l'est, pour rechercher le compromis au sein de la coalition, ce qui ne satisfait personne. C'est alors que naît le Red Ball Express, gigantesque noria de compagnies de camions chargées d'amener le ravitaillement au front, avec priorité de circulation. Les Afro-américains constituent 80% de l'effectif des conducteurs, aidés par des prisonniers. Les conditions de travail sont dantesques, et conduisent aussi à des comportements dangereux ou violents. Chaque armée adopte un style différent dans son ravitaillement : Patton renforce le nombre de camions dans ses divisions, par exemple. L'aviation ne peut supplér les camions, le chemin de fer commence alors à peine à être remis en état. Les oléoducs installés en France ne seront que de peu d'utilité lors de la poursuite. Le Red Ball Express tient son quota jusqu'à sa fin officielle à la mi-novembre 1944. Mais la 1st Army, qui en a bénéficié, ne progresse pas assez rapidement, la 3rd Army est arrêtée par manque d'essence, et Ike, qui prend le commandement du théâtre le 2 septembre, rétablit la stratégie du front large. Plus que le ravitaillement, c'est la maintenance qui coince en septembre, suivie des munitions (en particulier les obus) pour septembre-octobre. En réalité, les Alliés manquent d'un port conséquent pour décharger le ravitaillement, et les choix de Monty renforcent le problème en septembre. La logistique américaine a donc failli à l'été, le rationnement en munitions de septembre en fait foi.

Les causes sont multiples. Les expédients utilisés pour maintenir la logistique ont fait exploser la consommation d'essence et de pneus, d'autant que des dépôts n'ont pu être établis à proximité des armées en raison du déplacement rapide du front. Les Américains doivent faire face au problème du marché noir, gaspillent, immobilisent certaines divisions pour en faire avancer d'autres alors que les Allemands se rétablissent et se renforcent à la frontière du Reich. L'armée américaine manque de poids lourds, malgré l'abondance de GMC, en raison de choix doctrinaux faits avant l'entrée en guerre. On manque aussi de pièces détachées. La logistique de Somervell, depuis la réorganisation entreprise, est en fait séparée des combattants. Les conflits sont tels que Somervell doit mettre sous tutelle Lee, le responsable de la logistique européenne, en janvier 1945. Mais la doctrine américaine n'a pas prévu la logistique nécessaire à une guerre de mouvement sur les arrières adverses. D'ailleurs le moyen logistique privilégié, jusqu'en 1941, reste le rail, non la route. Le niveau logistique opératif fait en réalité défaut aux Américains.

Mais l'armée américaine s'est montrée pragmatique, comme bien souvent dans son histoire. Elle a appris à gérer la pénurie. L'Ordnance Corps s'améliore de lui-même pour réparer les véhicules et distribuer les munitions. Les routes ouvertes après le Red Ball Express tirent profit des enseignements de celui-ci pour l'entrée en Allemagne. Le ravitaillement aérien arrive désormais à soutenir des opérations en profondeur. La route remplace le rail, et les Américains aboutissent finalement au résultat recherché depuis la motorisation des armées : le couple char-camion s'impose. La logistique, qui occupe une place limitée pour les Allemands en mai-juin 1940, montre ses carences en juin-août 1941 quand la Wehrmacht envahit l'URSS. Les Soviétiques, malgré leur redécouverte de l'art opératif, souffrent aussi de carences logistiques y compris lors d'opérations aussi talentueuses que l'offensive Vistule-Oder, en janvier 1945. Mais les Soviétiques ont su exploiter le peu de moyens à leur disposition. Chaque armée a fait des choix doctrinaux différents : cependant les Américains étaient quasiment les seuls à avoir des moyens conséquents mais pas de doctrine appropriée, qu'ils ont élaboré pour ainsi dire "sur le tas".

La logistique américaine se résume en miniature dans la construction du Pentagone. Elle a répondu au défi d'une guerre mondialisée, mais a connu des ratés sur le théâtre européen, à cause de moyens de transport routiers inadaptés, de confusions dans les services, et d'une doctrine inadaptée à la guerre de mouvement appliquée à partir de l'été 1944. Mais les Américains ont su finalement créé la logistique opérative qui a manqué aux Allemands et même aux Soviétiques, beaucoup plus en avance sur le plan doctrinal (du moins dans la réflexion avant le conflit). L'opération Tempête du Désert est la digne fille de l'aboutissement que constitue, en 1945, l'apparition réelle du couple char-camion.

Comme cela était énoncé en introduction, le livre de Nicolas Aubin comble assurément un manque en français sur un sujet abondamment traité par les Américains, et plus largement les Anglo-Saxons. C'est une synthèse qui permet de se dispenser, ou presque, de ces lectures. Surtout, si l'auteur semble reprendre les travaux américains, l'idée de de la transformation de la chaîne logistique et de l'intégration empirique de la dimension opérative semble plus originale. Un des autres points forts du livre, qui justifie le prix, réside dans les nombreuses illustrations, dont beaucoup en couleur, légendées de manière détaillée, sans parler de nombreux encadrés sur des matériels (Jeep, GMC, etc) ou questions importantes (prise d'Anvers, logistique pendant la Première Guerre mondiale, etc). Au registre des quelques défauts mineurs, on note parfois quelques coquilles dans le texte ou les notes et dans les références qui apparaissent dans celles-ci (problème fréquent malheureusement, je l'ai eu également avec mon offensive du Têt), certains articles de magazines (en particulier Batailles et Blindés) qui eux-mêmes s'inspirent de travaux de ce thème mais sans jamais les citer, défaut récurrent de ce magazine. En outre, Nicolas Aubin cite fréquemment le blog du colonel Goya, La voie de l'épée, qui certes évoque un peu les questions logistiques au fil de ses billets, mais qui n'est pas pour autant un spécialiste de la question : ces mentions étonnent un peu (même si le colonel Goya parle de questions managériales, qui intéressent en fait plus Nicolas Aubin ici). L'auteur renvoie également beaucoup à Jean Lopez, choisissant l'exemple de Vistule-Oder tiré du Berlin de ce dernier auteur. On remarque aussi l'utilisation d'autres articles de magazines qui ne semblent pas cités, de même que les articles ci-dessus que j'évoquais, dans la bibliographie finale. Mis à part ces quelques points, c'est donc un ouvrage passionnant sur cette question un peu trop éclipsée en français, il est vrai, de la logistique américaine en 1944-1945 sur le front de l'ouest.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 juillet 2014
Enfin un livre en français complet sur le sujet.
Si vous êtes fasciné par les photos des énormes convois et dépôts Us de la 2nd guerre mondiale, si vous croyez au rouleau compresseur logistique américain, ce livre est fait pour vous. D'une part il document très bien le sujet, et d'autre part il montre les failles du dispositif initial et la formidable capacité d’adaptation du GI.
Pour les amateurs de bataille, ce livre est à compléter par d'autre sur le déroulement précis de la bataille de Normandie,et de la Poursuite qui s'en suivie.
A lire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juin 2014
Voilà un sujet qui est sous-traité et qui pourtant, a une importance vitale. C'est une étude qui traite de manière approfondie les thèmes les plus connus de la logistique US (Red Ball express) et ceux qui le sont moins. On comprend parfaitement les forces, les faiblesses ainsi que les tenants et les aboutissants de la politique américaine en la matière. Le tout, dans un récit très clair et très agréable à lire.
En somme, le fond et la forme. Indispensable, non seulement pour ceux qui s'intéressent au Front Ouest, mais aussi un livre que tout passionné de la Deuxième Guerre mondiale se doit de posséder.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Voilà un thème neuf et très bien illustré de photos sur lesquelles on passe du temps. Je regrette néanmoins l'absnece de schémas explicatifs dans certains cas, par exemple les ponts Bailey. Le génie routier n'a pas non plus la place qui lui revient. Mais, globalement, il s'agit, et de loin, de la meilleure synthèse sur le sujet.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 juillet 2014
La logistique ou l'intendance, tout ce qui suit ou (rarement) précède, nourrit et abreuve, soutient ou abandonne, etc. une armée en campagne (ou non), enfin une thématique abordée, certes dans un cas particulier, mais développé et éclairant
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 juillet 2014
un sujet très rarement traité par les auteurs et historiens français, voilà donc un vide brillament comblé! Ouvrage très factuel, très bien documenté et superbement illustré
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Divisions du débarquement (fr)
Divisions du débarquement (fr) de Benoît Rondeau (Broché - 12 avril 2014)
EUR 25,00

Les nazis en fuite
Les nazis en fuite de Gerald Steinacher (Broché - 12 février 2015)
EUR 24,00