ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les trois écritures: Langue, nombre, code [Broché]

Clarisse Herrenschmidt
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
Prix : EUR 29,50 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 26 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Description de l'ouvrage

10 mai 2007 Bibliothèque des Sciences humaines
Spécialiste des langues, des religions et des civilisations de l'Iran avant l'islam, mais aussi de la Grèce ancienne, Clarisse Herrenschmidt étudie l'histoire des écritures de l'homme occidental, depuis les bulles à calculi de Sumer (Iraq) et de Suse (Iran) jusqu'à l'Internet, en passant par le Moyen- et le Proche-Orient, le monde grec et l'Europe.
En procédant à la synthèse de ses travaux, elle entreprend de comparer trois systèmes d'écriture, les situant dans le contexte où ils ont vu le jour : les modes d'écrire les langues (dont l'invention date de 3300 avant notre ère environ), ceux d'écrire les nombres sur la monnaie frappée (l'écriture monétaire arithmétique commence vers 620 avant notre ère, en Ionie), enfin l'écriture informatique et réticulaire, fondée sur un code (qui naît entre 1936 et 1948, puis se prolonge par celle des réseaux à partir de 1969 aux Etats-Unis).
En décrivant leurs caractéristiques propres, elle cherche aussi à en analyser les structures communes et à montrer en quoi ces systèmes imprègnent le rapport au monde de leurs usagers. Au carrefour de plusieurs disciplines, la philologie, l'histoire, l'anthropologie et la linguistique, son enquête explore les nombreuses implications sur l'homme de cette "aventure sémiologique unique", désormais planétaire, dont il est fait le récit étonné et étonnant.

Clarisse Herrenschmidt, membre de l'Institut d'anthropologie sociale du Collège de France, est l'auteur, avec Jean Bottéro et Jean-Pierre Vernant, de L'Orient ancien et nous (Paris, 1996).

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les trois écritures: Langue, nombre, code + L'Orient ancien et nous
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • L'Orient ancien et nous EUR 8,10


Descriptions du produit

Extrait

Façons d'écrire, façons de penser L'écriture et le contexte psychique

Certes il y a une différence radicale entre la fréquentation des vivants et celle des morts. Le dialogue entre vivants a lieu par questions et réponses, à partir d'une force de liberté qui permet à chacun de ramener l'autre à soi. Mais le commerce avec les morts a quelque analogie avec cela. Je les fais vivants, pour ainsi dire, dans le dialogue.
KARL JASPERS.

L'intime cohésion qui unit les choses du monde aux choses du langage s'installe dans l'esprit de l'enfant qui apprend à parler alors que l'expérience de son moi n'est point encore aboutie et que la notion du temps lui demeure étrangère - mais si cette étape n'a pas lieu, comme dans certaine maladie mentale, son manque transforme les mots en étiquettes vides, les paroles en bruit, laissant place au silence et à la violence. En sa première forme, la cohésion fusionnelle entre les mots de la langue maternelle et les êtres, les choses, les états, les relations, constitue une nécessité psychique qui fait de nous des êtres parlants : nous existons selon notre nom propre, nos relations de parenté et leur terme - maman, bébé, papa, soeur -, puis selon nos titres sociaux, professeur, épouse, président. Adultes, nous avons beau savoir que ces mots ne sont que des mots, qu'ils ont une autre forme sonore dans d'autres langues, que le poids de nos vies ne tient pas à eux mais aux rapports humains qu'ils nomment, quelque chose d'archaïque en nous reste attaché à l'identité entre les mots et les choses, un vieux noyau magmatique, qui réduit à sa plus simple expression l'identité, le rapport entre les mots et les choses. Or l'écriture rend la langue visible. En ce principe, toutes les écritures se ressemblent. Et pourtant elles n'agissent pas de la même façon. Les unes font des petits dessins : un mouton pour dire «mouton», les autres gravent des syllabes, tou, mon, d'autres évoquent des sons élémentaires, les phonèmes, qu'ils soient perçus par l'ouïe comme a, u, e, ou dépourvus d'autonomie sonore comme : k, d, m... Toutes rendent visibles des mots, ou des syllabes, ou encore des phonèmes - parfois des mots, des syllabes et des phonèmes -, des choses de la langue jusque-là seulement audible et prononçable. Mon propos revient à montrer que des écritures différentes instaurent un rapport différent entre les choses du monde et les choses du langage, ce que j'appelle le contexte. Ainsi le déploiement de l'écriture dans la région du monde qui nous concerne revient à dire un mouvement de décontextualisation progressive, qui va des signes protoélamites et sumériens pour un mot à la division syllabique que préférèrent les Akkadiens, de l'alphabet consonantique sémitique à l'alphabet grec. Autrement dit, à partir de l'union entre le signe, le langage et le monde que réalise le premier univers cunéiforme, en passant par l'énigme du mot - dans les alphabets consonantiques, puis par l'illusion sonore de l'alphabet grec, l'écriture s'est lentement introduite dans le contexte et l'a entamé, pointant la distance qui sépare les choses du langage des choses du monde. Cette distanciation paraît comme diversement réalisée par les différentes sociétés graphiques, ce qui constitue de leur part une orientation, voire un choix. Les sociétés consistent en de puissantes machines à faire des hommes et à créer des caractères : elles ne les fabriquent pas au hasard. Si l'on ne sait pas vraiment comment elles s'y prennent, il est clair que les échanges de parole dans la ou les langues, les formulations, les silences, les répons et les signes d'écriture - leurs apprentissage, usage, symbolique, leurs prescriptions et proscriptions - y jouent un rôle majeur. Grâce au langage, sociétés et civilisations inscrivent chaque membre dans le groupe, qui écoute, parle puis écrit, à qui paroles et écrits se trouvent adressés. Par ses réponses et ses créations, au lieu commun du sens mobile, chacun d'eux fera vivre, changer et chanter une langue humaine.
La distanciation instaurée par les signes d'écriture en vint, avec l'alphabet grec complet, à rendre visible le fait que sont presque séparées les choses du langage et les choses du monde. Presque ! Car le fil qui relie les langues, les signes d'écriture et le corps des vivants ne s'est point rompu.

Façons d'écrire. L'aventure graphique en Mésopotamie

Les premières écritures virent le jour entre 3300 et 3100 avant notre ère à Uruk dans le sud de l'Iraq, le pays de Sumer, et à peu près en même temps ou un peu plus tard à Suse, dans le sud-ouest de l'Iran. Tout d'un coup, à Uruk, dans un vaste contexte de gestion économique et comptable, puisque «la grande majorité des 5 000 documents écrits de la phase archaïque de l'écriture concerne exclusivement des procédures administratives», des locuteurs d'au moins une langue se trouvèrent face à un problème effrayant : comment faire pour écrire des variétés de nombres et des centaines de mots ? Le mode graphique que les premiers scribes mirent en place, qui connut des transformations et des adaptations, des simplifications et des alourdissements, devint au cours du IIIe millénaire avant notre ère ce que nous appelons l'écriture cunéiforme, «en forme de clous», qu'empruntèrent les locuteurs des langues akkadienne, hourrite et ourartéenne de Mésopotamie et d'Arménie, les Hittites d'Asie Mineure, qui les premiers écrivirent une langue de la famille indo-européenne, les Élamites d'Iran dont nous parlerons plus loin. Elle dura trois mille ans.
Dans les pages qui suivent, nous n'allons pas traiter de l'invention de l'écriture, que nous découvrirons au chapitre II, mais de sa naissance et de son déploiement. Il convient en effet, dès lors que l'on considère les signes, leurs sens et leur histoire, de distinguer - si la documentation le permet - invention et naissance. L'invention, «action de trouver, de découvrir», dénote que l'inventeur ou le découvreur d'une quelconque nouveauté, d'un trésor par exemple, ne connaît pas totalement ce qu'il invente. Une invention sémiologique, faite dans le cours du temps qui passe sur le terrain fluctuant de la vie sociale et de ses besoins, dont l'importance et l'avenir sont inconnus, constitue un noyau temporel, mental et technique qui livre certains aspects fondamentaux du régime sémiologique en cours d'émergence. L'invention est un moment crucial.

Revue de presse

Parler, rire, pleurer, marcher, ça fait partie de l'expérience humaine universelle. On peut aussi affirmer, sans trop de risque de se tromper, que tous les groupes humains ont à un moment ou un autre chassé, fabriqué des bijoux et consommé des plantes psychotropes. Ecrire, c'est différent, toutes les sociétés ne se donnent pas l'écriture. Qu'est-ce qui fait qu'à un moment donné, certaines se mettent à écrire ? Pourquoi certaines utilisent-elles les idéogrammes, et d'autres les alphabets ? Quel rapport entre le «mode d'écrire» et le «mode de penser» d'une culture ? C'est à ces moments-là, et à ces questions-là, que s'intéresse Clarisse Herrenschmidt dans les Trois Ecritures, un livre qu'elle a mis vingt-cinq ans à penser et quinze ans à écrire. Comme son nom l'indique, les Trois Ecritures se penche aussi sur la naissance de l'écriture des nombres et celle des codes (informatique et Internet). L'essentiel de ce qui nous est ici raconté se passe dans les civilisations qui sont à l'origine de notre culture, au Moyen-Orient, en Méditerranée orientale et en Grèce. (Natalie Levisalles - Libération du 31 mai 2007 )

Détails sur le produit

  • Broché: 528 pages
  • Editeur : Gallimard (10 mai 2007)
  • Collection : Bibliothèque des Sciences humaines
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070760251
  • ISBN-13: 978-2070760251
  • Dimensions du produit: 22 x 14 x 3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 115.821 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Commentaires en ligne 

4.0 étoiles sur 5
4.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Décevant sur la partie code 26 septembre 2010
Format:Broché
Ce livre est certes passionnant mais il m'a déçu quant à sa partie sur le langage informatique que l'auteur maîtrise manifestement guère. Il y a des approximations techniques parfois erronées qui conduisent à des interprétations encore plus erronées. C'est dommage car le reste de l'ouvrage est très remarquable
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un livre inspiré 7 avril 2009
Format:Broché|Achat vérifié
Avec ce livre, dans le domaine particulier de la linguistique, nous sommes en présence d'une analyse inspirée qui dépasse le genre ; il s'agit d'un grand et savant travail qui renouvelle notre compréhension et notre approche des langues anciennes, des langues dites "mortes" -bien à tort-, car nous comprenons qu'elles n'ont jamais été aussi vivantes aujourd'hui. Ce livre de référence fera date.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les trois écritures: langue, nombre, code 7 février 2013
Par bdphil42
Format:Broché|Achat vérifié
Passer le premier abord quelque peu aride du propos, les explications quant à l'origine de ces trois écritures sont passionnantes.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?