• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les violents de l'automne a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les violents de l'automne Broché – 15 mai 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 15 mai 2012
"Veuillez réessayer"
EUR 18,50
EUR 18,50 EUR 3,00

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 18,50 Livraison à EUR 0,01. Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les violents de l'automne + Le paradoxe du cerf-volant + L'été tous les chats s'ennuient
Prix pour les trois: EUR 44,45

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Son vieux pouce noueux déformé par les rhumatismes lui envoya une violente décharge électrique lorsqu'il tira sur le chien de son arme. Avec sa main libre, il rajusta ses lunettes sur son nez. En face de lui, la cible roulait des yeux effrayés.
Sa main boursouflée se referma sur la culasse.
Il avait eu raison de s'attaquer au maillon faible du groupe. La peur rendait bavard. Il savait tout, maintenant. Les salopards allaient payer. Les uns après les autres.
Il posa avec peine son index tordu sur la détente.
La cible s'agitait désespérément sur sa chaise malgré les menottes qui lui maintenaient les bras derrière le dossier. Elle aurait voulu crier, hurler ou pleurer mais le bâillon qui déchirait sa bouche ne lui autorisait qu'une émission pénible de borborygmes inutiles.
Il ne comprenait pas cette veine agitation. Quand l'heure était venue, il fallait savoir se résigner. Il y avait deux hommes dans cet appartement fermé à clé. L'un était attaché, l'autre tenait un Beretta 34. Il n'y aurait pas d'échappatoire, pas de fin heureuse, pas de rebondissement de dernière minute. On n'était pas au cinéma mais dans la vie. La vraie, la dure, l'impitoyable.
El-Mektoub... Le destin allait frapper.
Il trouvait le vieux, en face de lui, pathétique et laid. La peur déformait ses traits encore plus sûrement que les ans. II peinait à le reconnaître.
Les souvenirs affluaient comme des vagues. Autrefois, c'était hier. Les années pouvaient être des passerelles, des murs ou simplement des parenthèses. Il n'avait rien oublié. Rien. La brûlure aveuglante du soleil sur la peau et dans les yeux au sortir d'une ruelle encore fraîche. Le bleu, du bleu partout, la mer et le ciel. Le bruit des vagues, le souffle des bateaux, les parfums mêlés d'anis, d'iode et d'épices. Des éclats de voix, les rires de l'insouciance, une joie de vivre sans pareille.
Il ne devait pas se laisser envahir par la nostalgie. Il le savait. Elle était plus forte que lui. Il avait réussi à l'oublier pendant plusieurs décennies avant qu'elle ne revienne s'emparer de son coeur et de son esprit. Il s'efforça de penser aux derniers mois de sa jeunesse, le paradis se changeant en enfer, le bruit des casseroles, les cris, les larmes et le sang. Et une odeur de poudre par-dessus tout, une odeur entêtante, enivrante, violente et sauvage.
Il grimaça. Sa main malade crispée sur l'arme le faisait souffrir. L'homme qu'il avait en face lui renvoyait un reflet. Lui-même était vieux et laid. Et tant mieux si sa Gabriella lui jurait le contraire. Il était vieux et il avait mal.

Présentation de l'éditeur

A Perpignan, l’automne est une saison tumultueuse. Le vent violent le dispute à la pluie diluvienne. Un temps à ne pas mettre un flic dehors. Pourtant un retraité pied-noir est retrouvé dans son appartement, assassiné d’une balle dans la tête… Le sigle OAS laissé près du cadavre, la destruction quelques jours plus tard d’une stèle controversée et la découverte d’un autre ancien Français d’Algérie abattu au volant de sa voiture sèment la panique dans la communauté. Le lieutenant Sebag, qui a par ailleurs promis à sa fille de faire toute la lumière sur l’accident mortel survenu à un de ses amis, est officiellement chargé de l’enquête. Flic réputé et intuitif, il va, en traquant le tueur avec son équipe, faire ressurgir du passé un mystérieux commando ayant sévi, il y a bien longtemps, du côté d’Alger. C’est dans ce contexte que les derniers mois de poudre et de sang de la guerre d’Algérie, ses horreurs, ses espoirs, ses trahisons et ses errances vont remonter à la surface jusqu’à la nausée… Cinquante ans plus tard, il est temps de régler l’addition…Après avoir surfé sur tous les prix polars avec son premier roman, L’été tous les chats s’ennuient, récompensé par le Prix du Premier Roman Policier et le Prix SNCF du Polar 2011, après nous avoir assené une sacrée claque avec un incroyable second roman, Le Paradoxe du cerf-volant, Philippe GEORGET nous propose aujourd’hui de retrouver le héros fétiche de son premier polar. Sebag est flic au commissariat de Perpignan. C’est un flic réputé et talentueux, doté d’un sixième sens imparable et qui excelle à se glisser dans la peau de l’assassin, à renifler sa piste en s’imprégnant des lieux… Sebag est un intuitif qui promène sur chacune de ses enquêtes un regard inspiré qui lui permet (souvent) d’aller dénicher la vérité là où elle se planque ! C’est aussi un père attentionné et un mari amoureux parfois rongé de doutes… Bref un homme sensible, au monde, à ses proches, à ses incertitudes… Dans ce troisième roman, LES VIOLENTS DE L’AUTOMNE, Philippe Georget nous entraîne sur les traces d’une communauté bousculée par l’Histoire et aujourd’hui en voie d’extinction, celle des pieds-noirs. Cinquante ans plus tard subsistent les souvenirs emmêlés… Ceux de la vie au pays, l’amertume et la désillusion du départ annoncé, la folie, la trahison, les exactions des combattants, la guerre bien sûr, une sale guerre comme les autres, escortée de son cortège de saloperies…  Puis le débarquement sur cette terre d’accueil inconnue et inhospitalière. Et la vie qui va… nostalgique ! On frôle avec frissons, au travers de ces pages un goût de sang et de fleur d’oranger, de senteurs d’épices et de détresse, de douceur d’une époque révolue et de peur ! La performance c’est la capacité de Philippe Georget à nous entraîner insidieusement au bout du récit, pris dans les mailles d’un filet qu’il a adroitement tressé. De fil en aiguille, de page en page, de vies bancales en vieilles histoires, de souvenirs heureux en explosions de haine, on est happé par ce style et ces mots tissés de main de maître. Du style précisément, une atmosphère moite, des doutes existentiels, des flash-back saisissants, des vies minuscules, des personnages criants de réalisme… Philippe Georget nous confirme avec brio son réel talent de conteur. Du grand art !


Détails sur le produit

  • Broché: 344 pages
  • Editeur : Jigal (15 mai 2012)
  • Collection : Polar
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2914704887
  • ISBN-13: 978-2914704885
  • Dimensions du produit: 20,9 x 2,7 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 346.645 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Toskan le 17 août 2013
Achat vérifié
Tout comme les deux autres titres de P. Georget, ce polar régional (suite de L'été tous les chats s'ennuient) est excellent : une écriture ciselée, une intrigue construite pas à pas, qui ne se laisse pas devinée jusqu'au dénouement ; un héros policier sensible et humain, et toujours ce pays catalan que l'on a envie de découvrir réellement. A quand le nouvel opus ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?