undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Lettres choisies a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par -betterworldbooks-
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedier des Etats-Unis. Distribution privu en 2-3 semaines. Nous proposons la communication par e-mail en francais. Le dos et les coins peuvent montrer des signes d'usure. Les pages peuvent inclure des notes et quelques signes de feutre. Sous garantie de remboursement complet. Shipped to over one million happy customers. Votre alphabétisation dans le monde achat avantages!
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Lettres choisies Poche – 11 octobre 1988

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres Folio achetés = 1 livre offert*

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 9,45
Cuir/luxe
"Veuillez réessayer"
EUR 32,90
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,50
EUR 8,50 EUR 0,01
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,00

Promotion Folio

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Lettres choisies + Lettres de l'année 1671
Prix pour les deux : EUR 17,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Mme de Sévigné est devenue un grand écrivain presque sans le vouloir et sans le savoir. Ses lettres sont nées de sa conversation, vive, enjouée, coulant de source, dont elle a su conserver, à l'intention de ses correspondants, la succulente spontanéité. Lettres de la ville, lettres de la cour, lettres de Bretagne, lettres au cousin Bussy. Lettres surtout à sa fille, les plus belles après le départ de Mme de Grignan pour la Provence où son mari était nommé lieutenant-général. "La passion parle là toute pure", comme aurait dit Alceste et comme le dira un personnage de Proust : "Ce que ressentait Mme de Sévigné pour sa fille peut prétendre beaucoup plus justement ressembler à la passion que Racine a dépeinte dans Andromaque ou dans Phèdre que les banales relations que le jeune Sévigné avait avec ses maîtresses".

Quatrième de couverture

Mme de Sévigné est devenue un grand écrivain presque sans le vouloir et sans le savoir. Ses lettres sont nées de sa conversation, vive, enjouée, coulant de source, dont elle a su conserver, à l'intention de ses correspondants, la succulente spontanéité. Lettres de la ville, lettres de la cour, lettres de Bretagne, lettres au cousin Bussy. Lettres surtout à sa fille, les plus belles après le départ de Mme de Grignan pour la Provence où son mari était nommé lieutenant-général. «La passion parle là toute pure», comme aurait dit Alceste et comme le dira un personnage de Proust : «Ce que ressentait Mme de Sévigné pour sa fille peut prétendre beaucoup plus justement ressembler à la passion que Racine a dépeinte dans Andromaque ou dans Phèdre que les banales relations que le jeune Sévigné avait avec ses maîtresses.»



Détails sur le produit

  • Poche: 380 pages
  • Editeur : Folio (11 octobre 1988)
  • Collection : Folio classique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070379353
  • ISBN-13: 978-2070379354
  • Dimensions du produit: 17,8 x 10,9 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 14.454 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Roger Dominique Maes COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 1 mars 2013
Format: Poche
Mme de Sévigné (1626-1696), "Lettres choisies", Folio, Paris 1988, 380 pages.

Comme elles diffèrent et se complètent les deux infatigables épistolières de la cour du Roi-Soleil ! Madame Palatine, toute germanique, provinciale et très bourgeoise au fond sous ses nobles origines et ses susceptibilités nobiliaires, avec sa solide vertu, ses certitudes assises, son gros bon sens qui n'empêche pas la crédulité, sa franchise et son vocabulaire de soudard... Et Madame de Sévigné, aussi latine qu'on peut l'être, parisienne et de "ce pays-là", comme on appelle la Cour, infiniment, très mondaine, aussi aristocrate que l'autre est noble, c'est-à-dire aussi souple que l'autre est rigide, et tout à la fois pénétrante et superficielle, passionnée et délicate, moqueuse et grave, tragique même, comme déroutée d'être vivante, et aussi troublée de ce qui la fait pieuse que de ce qui l'en détourne, quand elle erre parmi les subtilités théologiques qui, en ce temps-là, se disputaient les âmes.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par Antigone le 16 novembre 2005
Format: Poche
En 1644, Mademoiselle de Rabutin-Chantal épouse Henri de Sévigné, un marquis de trois ans son aîné. Le Marquis de Sévigné est un gentilhomme brillant, mais en réalité, il es un mauvais mari : il trompe sa femme, il la ruine fimalement, en 1651, il se fait tuer pour une autre lors d’un duel. En 1646, la Marquise de Sévigné met au monde une fille, Françoise-Marguerite. Après la mort de son mari, Madame de Sévigné se trouve donc veuve à 25 ans et elle donne tout son amour à sa fille.
Mais Françoise-Marguerite épouse un homme qui est nommé lieutenant-général de la Provence. Sa femme quitte Paris et alors, elle quitte sa mère. Depuis que sa fille est partie le 19 avril 1670, Madame de Sévigné lui écrit très souvent : par là, elle cherche à la retrouver malgré toute ces lieues qui les séparent.
Les lettres de Madame de Sévigné ont acquis une certaine célébrité dans la vie mondaine déjà de son vivant. C’est la raison pour laquelle cette épistolière est comparée aux grands écrivains de son siècle. Les lettres sont de grande valeur pour l’histoire de la littérature française et elles constituent l’un des chef-d’œuvre de XVIIe se composant d’environ 1500 lettres (pas seulement des lettres à sa fille)!
Pour tant de gens, Madame de Sévigné es l’image de l’amour maternel en personne, on l’appelle même <<l’incarnation>> de la tendresse. Elle parle beaucoup, et de la façon la plus tendre, de son amour, p. e.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par XENOPHON TOP 500 COMMENTATEURS le 28 décembre 2010
Format: Poche
"A Paris, ce lundi 15 décembre 1670

Je m'en vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus singulière, la plus extraordinaire, la plus incroyable, la plus imprévue, la plus grande, la plus petite, la plus rare, la plus commune, la plus secrète jusqu'aujourd'hui, la plus brillante, la plus digne d'envie : enfin une chose dont on ne trouve qu'un exemple dans nos siècles passés, encore cet exemple n'est - il pas juste ; une chose que l'on ne peut pas croire à Paris (comment la pourrait-on croire à Lyon ?) ; une chose qui fait crier miséricorde à tout le monde ; une chose qui comble de joie Madame de Rohan et Madame d'Hauterive ; une chose enfin qui se fera dimanche, où ceux qui la verront croiront avoir la berlue ; une chose qui se fera dimanche, et qui ne sera peut-être pas faite lundi. Je ne puis me résoudre à la dire ; devinez-la :je vous le donne en trois. Jetez-vous votre langue aux chiens ? Eh bien ! il faut donc vous la dire : M. de Lauzun épouse dimanche au Louvre, devinez qui, je vous le donne en quatre, je vous le donne en dix, je vous le donne en cent. Mme de Coulanges dit : " Voilà qui est bien difficile à deviner ; c'est Mme de la Vallière. - Point du tout, Madame. - C'est donc Mlle de Retz ? - Point du tout, vous êtes bien provinciale.- Vraiment, nous sommes bien bêtes, dites-vous, c'est Mlle Colbert. - Encore moins. - C'est assurément Mlle de Créquy. - Vous n'y êtes pas.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?