• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'hirondelle avant l'orage Broché – 4 mars 2010


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 7,70
EUR 7,70 EUR 1,48

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'hirondelle avant l'orage + Légendes + Ombres rouges
Prix pour les trois: EUR 23,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Revue de presse

En 1979, l'écrivain américain Robert Littell rendait visite à la veuve d'Ossip Mandelstam, point de départ d'un grand roman sur le rapport de Staline avec les intellectuels et les poètes dans les années 1920 et 1930...
Vivant, superbement mené, ce récit est porté par l'expérience d'un romancier agile, capable de mettre en scène les situations les plus complexes et d'affronter les institutions les plus obscures (Robert Littell est notamment l'auteur de romans d'espionnage sur la guerre froide et la CIA). Fin connaisseur de l'histoire contemporaine, Robert Littell sait exploiter les meilleures sources d'informations. (Geneviève Welcomme - La Croix du 25 mars 2009 )

Spécialiste de la guerre froide et de la CIA, Robert Littell fait revivre avec brio le grand écrivain russe Ossip Mandelstam, qui osa défier Staline...
Tel un magicien, Littell ressuscite les protagonistes phares de la fin de vie du poète, ses amis Pasternak et Akhmatova, son protecteur, Boukharine, le rédacteur en chef des Izvestia, le tortionnaire d'alors, Yagoda, à la tête de la Tcheka, le camarade Staline, bien sûr, dont il imagine un troublant face-à-face avec Mandelstam. Il comble aussi les vides - notamment sur la vie privée du séduisant poète, adepte du «mariage à trois» - crée des personnages emblématiques, décrit avec subtilité l'accélération de la terreur soviétique, bref nous offre un roman à la fois enlevé et édifiant sur l'engagement des écrivains face à la dictature. (Marianne Payot - L'Express du 2 avril 2009 )

Grand spécialiste du bloc communiste, Robert Littell multiplie les voyages dans les pays de l'Est (à l'exception de l'Albanie). A Moscou où il se retrouve en 1979, il rencontre Nadejda, la veuve du poète Ossip Mandelstam. Non pour une interview, un article à écrire (il a depuis peu renoncé au journalisme), mais pour rendre simplement hommage, avec respect et admiration, à cette femme dont le livre de souvenirs, «Contre tout espoir», l'a profondément marqué...
Eternelle et tragique opposition du poète et du tyran ! Mandelstam s'illusionne sans doute quand il se persuade qu'une ode peut renverser un dictateur. Staline, lui, se désespère de constater que rien n'asservira un grand poète. Tel est l'enjeu de ce livre magnifique, sensible et érudit, où Littell (Robert) invente avec beaucoup de subtilités deux rencontres dramatiques entre Mandelstam et Staline, celui qui se sacrifie et se sait le vainqueur pour la postérité et l'homme de pouvoir qui pressent qu'il sera pour sa part et à jamais discrédité. (Frédéric Vitoux - Le Nouvel Observateur du 2 avril 2009 )

Or, plus qu'un maître, il s'est révélé le poète du genre. L'un des rares, avec John Le Carré, à avoir compris que les affaires d'espionnage relèvent autant de la métaphysique que de la géopolitique. Le seul aussi à se relire obsessionnellement, au point de pouvoir réciter par coeur ses textes, dans une démarche qui rend l'art du roman solidaire de celui de la poésie. Il était donc inévitable que Littell s'attache à dépeindre un jour les liens complexes qui lient un poète au pouvoir, lorsqu'un artiste, autrefois gloire nationale, se mue en ennemi du peuple...
Le titre original de L'Hirondelle avant l'orage est The Stalin Epigram ("L'Epigramme de Staline"), allusion au fameux poème de Mandelstam qui fut la cause de sa mort. L'épigramme résonne comme un code crypté grâce auquel il serait possible de prendre la mesure des crimes de Staline. C'est aussi une clé qui permet de raconter, comme peu de romanciers ont su le faire avant Robert Littell, comment une génération en vient à "gaspiller" son plus grand poète. (Samuel Blumenfeld - Le Monde du 17 avril 2009 )

«Épier le siècle, le bruit et la germination du temps», tel était l'objectif que s'assignait Ossip Mandelstam en 1925 dans le Bruit du temps, son premier livre en prose. Robert Littell semble aujourd'hui reprendre ce programme à son compte, dans un roman tout à fait remarquable qui met en scène le poète soviétique pendant ses cinq dernières années de vie. De sa première arrestation à Moscou, le 16 mai 1934, à sa mort dans un camp sibérien près de Vladivostok, le 27 décembre 1938. Une impressionnante plongée dans l'univers stalinien, son fonctionnement et son mode de pensée. Restituant la trouble combinaison de hargne et de violence, de reconnaissance et de fascination qui marqua son rapport avec les créateurs...
À partir de cette trame biographique, Robert Littell tisse son propre récit, avance ses interrogations sur la nature de la relation entre le poète et le pouvoir...
Il ne faut pas s'y tromper, Robert Littell nous offre ici l'un des tableaux les plus achevés de cette période de l'histoire soviétique. Par son sidérant effet de réalité. Par sa dramaturgie épurée. Et finalement par sa capacité à s'élever à cette hauteur où les idées deviennent elles-mêmes des figures de la fiction. (Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 16 avril 2009 )

Mêlant réalité et fiction, Robert Littell livre avec L'hirondelle avant l'orage une fresque historique et un vibrant hommage à Mandelstam...
Littell met en scène un Joseph Staline d'une intelligence féroce, grand amateur de littérature, obsédé par un poète qui ose lui tenir tête. En face de lui, Mandelstam est porté par son oeuvre, inconscient du danger. Robert Littell se concentre sur les dernières années de sa vie, entre 1934 et 1938. Le poète est interdit de publication, ses proches apprennent ses poèmes par coeur pour pouvoir les diffuser. Les arrestations se multiplient et les prisons regorgent de condamnés au bannissement ou à la mort...
En tenant ses engagements, Robert Littell réussit son pari : raconter l'histoire d'une époque, montrer la victoire de l'art sur la dictature, mener une intrigue avec virtuosité sans jamais dérouter le lecteur qui n'a bientôt plus qu'une envie : découvrir les oeuvres des Mandelstam et d'Anna Akhmatova. (Christine Ferniot - Lire, avril 2009 )

Extraordinaire plongée dans l'intimité du régime stalinien, puissante réflexion sur la relation entre l'artiste et le pouvoir, roman polyphonique dans lequel apparaissent Boris Pasternak et la poétesse Anna Akhma­tova, ce livre vaut autant par son ampleur que par son épure formelle. (Michel Abescat - Télérama du 24 juin 2009 ) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Biographie de l'auteur

Robert Littell est l'auteur d'une douzaine de romans, traduits dans le monde entier, dont Ombres rouges et Le Sphinx de Sibérie. Son best-seller La Compagnie, le grand roman de la CIA est disponible en Points.


Détails sur le produit

  • Broché: 407 pages
  • Editeur : Points (4 mars 2010)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757816411
  • ISBN-13: 978-2757816417
  • Dimensions du produit: 17,6 x 1,8 x 10,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 15.789 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Calli TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 4 janvier 2010
Format: Broché
Riche en anecdotes historiques et incroyablement documenté, L'hirondelle avant l'orage est un roman intelligent où tout est maitrisé : le style, le rythme et l'histoire. On ne peut que s'émerveiller devant les connaissances et le talent de conteur de Robert Littell. Il réussit la prouesse étonnante de nous faire plonger avec délice dans les heures les plus sombres de l'union soviétique.

L'hirondelle avant l'orage est également un roman polyphonique où les « voix » choisies (inventées) par l'auteur pour raconter leur version de l'histoire insufflent un supplément d'âme au récit. Mention spéciale pour l'haltérophile naïf qui apporte un peu de fraicheur dans cette époque de brutes.
Ce roman est à la fois un formidable outil de vulgarisation et de réflexion profonde sur l'horreur du régime stalinien. Petit bémol cependant pour les longueurs qui émaillent certains chapitres, notamment lorsque le poète est en mal d'inspiration.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
26 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS sur 24 mars 2009
Format: Broché
Pére de Jonathan Littell, Robert Littel, maitre contemporain du roman d'espionnage, n'a rien a envier au talent de conteur d'histoire dramatique de son fils.

Il s'agit dans ce roman de l'histoire du poète Ossip Mandelstam qui, dans une Russie soumise à la terreur stalinienne et au péril de sa liberté, de son art et même de sa vie, compose un violent réquisitoire contre le maître du Kremlin, qui circulera clandestinement jusqu'à ce que Staline en apprenne l'existence.

Alternant les voix du poète et de ses proches - sa femme, ses amis-, L'Hirondelle avant l'orage raconte le douloureux périple de Mandelstam qui subira arrestation, torture et exil, pour avoir osé dire sa vérité.

Entremêlant fiction et Histoire, comme le grand poète russe, l'auteur nous offre ici une méditation d'une force rare sur l'artiste face au pouvoir. À travers le récit de l'étrange fascination entre le poète et le dictateur, ce roman rend hommage à l'incroyable acte de défi de Mandelstam et explore toute la complexité de l'engagement de l'écrivain.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par françois sur 20 avril 2009
Format: Broché
C'est en février 1934, dans la datcha de Gorki en Crimée, lors d'un banquet d'écrivains, que Staline imposa le réalisme socialiste. Empêché depuis un temps de publier, Ossip Mandelstam commençait alors à lire autour de lui un poème assassin contre le dictateur-un suicide par procuration, au dire de ses amis, dont Boris Pasternak et Anna Akhmatova. Aimant lire, ayant même signé des poèmes en Géorgie, comme Sebag Montefiore l'a montré dans sa récente biographie ( Le Point n° 1878), Staline se laissa pourtant convaincre par Pasternak que l'Histoire donnait d'habitude raison aux poètes et se contenta de reléguer le frondeur hors de Moscou. Rongé par l'exil, la dépression et la folie, Mandelstam finira pour rentrer en grâce par pondre une ode au tyran que ce dernier prendra cette fois très mal-trop médiocre dans la flatterie : ce sera la déportation à la Kolyma puis la mort par les poux (typhus), en 1938.
C'est un sujet en or que traite là le père de Jonathan Littell en faisant parler tour à tour la femme du poète, le garde du corps de Staline, la courageuse Akhmatova et un athlète de cirque. Mais il peine à donner à ce roman choral toute son ampleur dans les cent premières pages. Les personnages nous expliquent la réalité soviétique autant qu'ils la vivent ; Staline lui-même se sent obligé de raconter la signification de son pseudonyme aux écrivains que Gorki a réunis, quand toute l'URSS se savait dirigée par un « homme d'acier », comme si l'auteur craignait en permanence de perdre son lecteur. Ce dossier romancé, qui ne prend qu'à mi-chemin, dans la tristesse d'une relégation glacée, avant de s'épanouir dans l'horreur d'une déportation mortelle.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zutique sur 27 mai 2009
Format: Broché
Littell nous transporte en quelques phrases au coeur des années 30 en urss pour nous faire revivre la chute et la déportation du poéte Mandelstam relatées par différents témoins.Un très grand livre qui se lit comme un polar et nous bouleverse tout à la fois.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?