Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

L'idiot. [Relié]

4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.



Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Détails sur le produit

  • Relié
  • ASIN: B0044YCOJI
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.5 étoiles sur 5
4.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
31 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'amour et sa souffrance 30 octobre 2005
Par Nicolas TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Poche
Voilà, j'ai terminé L'Idiot de Dostoïevski.
J'ai un mal fou à structurer ce que je comprends et la façon dont je vois ce livre.
Pour commencer, L'Idiot n'a pas de structure, ou plutôt une structure explosée, un peu comme un peintre qui aurait projeté à l'aide de son pinceau des coups de peintures sur une toile... De fait, L'Idiot a certes un début et une fin, mais il serait très difficile de définir le plan du livre. Même carrément impossible. C'est un roman de la contingence, en ce sens que, au gré de ses rencontres et des évènements qu'il vit, le prince Mychkine donne au récit le visage de ses préoccupations actuelles. En fait, comme dans la vie, on met en sourdine une histoire, un drame, des soucis, et on rencontre d'autres gens, on vit d'autres choses, on croise d'autres personnes, même si le drame n'est jamais très loin.
L'Idiot, c'est le prince Mychkine, traité pour ses crises d'idiotisme en Suisse et revenu en Russie pour y chercher son héritage.
Le prince Mychkine, c'est pour Dostoïevski le Christ revenu sur terre. A ce titre, les premiers chapitres du livre sont parmi les plus beaux que j'ai eu entre les mains. L'auteur joue d'ailleurs, à travers le livre, avec les motifs du Nouveau Testament, faisant intervenir l'âne de l'étable, Marie Madeleine, Judas, ou encore les enfant du « laissez les enfants venir à moi. »
Enfin, il faut bien qu'il y ait une histoire. De loin en loin, la figure de la pécheresse Nastassia (mais l'est-elle réellement ?) structure le récit autour de sa personne, bien qu'elle n'apparaisse pratiquement pas.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Damien Coullon TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Poche
Rapport très net entre L'Idiot et Crime et Chatiment : ces deux romans sont comme deux développements autour de deux aspects opposés d'une idée, l'homme-orgueil théorique et l'homme dénué de tout orgueil. Explorations de deux facettes d'une même attitude.

Ecoutons donc le prince Léon Nicolaïevitch Muichkine :
"Ne faites pas attention, Elizabeth Prokofievna, ce n'est pas un accès, je vais m'en aller tout de suite. Je sais... que je suis déshérité par la nature. J'ai été malade 24 ans, depuis ma naissance jusqu'à l'âge de 24 ans. Considérez-moi encore comme un malade. Je vais partir, je vais partir tout de suite, soyez-en certaine. Je ne rougis pas, parce qu'il est étrange de rougir de ces choses là, n'est-il pas ? Mais je suis de trop dans une société... Je ne dis pas cela par amour-propre..."

Beaucoup d'analyses voient en l'idiot (le prince Muichkine, ou tout simplement "le prince") la figure du Christ. On ne peut presque qu'être sceptique avant de lire l'oeuvre ; on se dit "Encore des commentateurs qui sont payés à la ligne", mais finalement on pense "Oui, ceci est vrai. Absolument vrai.", et c'est peut-être le plus surprenant. Rien que pour ça on pourrait lire le livre. Malgré tout, ce n'est pas sa seule qualité. J'avoue avoir longtemps été presque effrayé par l'épaisseur du livre, j'ai d'ailleurs hésité à l'acheter. N'ayez pas peur de sa taille (plus de 900 pages), on n'en reste pas bloqué. Fortement conseillé pour tous les amateurs de bonne littérature, de démesure russe, du 19ème siècle ou de développements forts et originaux.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 traduction 17 octobre 2012
Par Montoya
Format:Poche|Achat vérifié
Dans cette édition, les prénoms des personnages ont été francisés, ce qui donne l'impression de sortir du contexte russe à chaque fois. Je trouve cette perte dommageable. J'avais lu le tome 1 dans une autre édition & les prénoms & diminutifs d'origine avaient été conservés ce qui permettait de plonger vraiment dans l'ambiance de l'univers de l'auteur.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Poche
L'idiot est sans conteste, l'un des romans les plus complexes et psychologiques de Dostoïevski. En effet, le récit met en scène une quarantaine de personnages qui ont tous des caractères bien distincts.

L'enchevêtrement d'intrigues entre ces personnages donne lieu à des rebondissements permanents et imprévisibles. L'écriture de Dostoïevski parvient avec virtuosité à rendre le lecteur anxieux dans l'attente de la réaction de chaque personnage.

En plus d'un portrait fidèle de la bourgeoisie russe de cette époque, récurrent dans les ouvrages de Dostoïevski, cet ouvrage expose les difficultés de la vérité et de la sincérité dans les cercles mondains. En effet, le prince bouleverse les conventions car il s'exprime avec clarté, sincérité et spontanéité. Ses contemporains se montreront tour à tour outrés et fascinés par cette caractéristique du prince. Il ne tarde pas en outre à déchainer les passions et se crée des ennemis malgré son caractère débonnaire et angélique.

Les non-dits, les coups bas, le profit sur le compte d'une certaine "bonté" n'a jamais,me semble-il, eu sa place en société. L'auteur est maître pour nous le transmettre.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?