EUR 6,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 11 à 14 jours.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 0,82 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'immense obscurité de la mort Poche – 8 mai 2008


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,60
EUR 3,00 EUR 1,96

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'immense obscurité de la mort + Arrivederci amore + Padana City
Prix pour les trois: EUR 19,80

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Massimo Carlotto est né à Padoue en 1956 et vit à Cagliari. Il collabore à divers journaux et est l'auteur de nombreux romans, dont cinq sont déjà traduits en France, notamment Le Maître des nœuds et Arrivederci amore. Plusieurs d'entre eux ont également été adaptés au cinéma.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,82
Vendez L'immense obscurité de la mort contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,82, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 179 pages
  • Editeur : Points (8 mai 2008)
  • Collection : Points Roman noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757807315
  • ISBN-13: 978-2757807316
  • Dimensions du produit: 17,6 x 1,1 x 10,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 113.093 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Legare TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 13 avril 2008
Format: Poche
Le bourreau et sa victime, classique me direz-vous, mais la victime qui rattrape son bourreau, c'est déjà plus original surtout si cette dernière conçoit un plan peu ordinaire pour que ledit bourreau (et Cie) soient punis jusqu'au bout. Seulement voilà, ce serait un peu trop simple comme scénario, et comme notre auteur, Massimo Carlotto est vraiment très talentueux, la situation n'a pas fini de se retourner jusqu'à la fin où les vrais morts ne sont pas ceux que l'on croit. Ce livre très court explore la douleur, le deuil, la folie -celle d'un moment, ou celle d'une vie. Ici pas de bons sentiments, pas de pardon, peut-être la rédemption et encore, ce n'est même pas sûr.
J'avais lu le très bon Arrivederci Amore, et vraiment je ne suis pas déçue par ce titre. Je compte bien tout lire de Massimo Carlotto, ne le manquez pas si vous aimez les bons romans noirs.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Phil-Don TOP 500 COMMENTATEURS sur 30 mai 2009
Format: Poche Achat vérifié
D'un côté, un meurtrier en prison atteint d'un cancer et cherchant une suspension de peine; de l'autre, sa victime, un homme éperdu de douleur et obsédé par l'idée de se venger. Deux hommes dont aucun n'est tout à fait bon ni tout à fait mauvais. La situation est intéressante.
Le livre fait alterner les discours de l'un et de l'autre, donnant accès au lecteur à leurs consciences et à leurs pensées les plus noires. Le lecteur se trouve ainsi coincé entre deux personnages pathétiques. Cette technique (nous faire entrer directement dans la tête des deux hommes) a cependant un désavantage: les personnages emploient un langage réaliste, cru et violent, celui de la prison et de la haine, mais au final on est constamment en présence d'une langue parlée. Or, un livre, ce n'est pas seulement une intrigue, c'est aussi une écriture. Reproduire le langage de tous les jours, c'est un peu facile à mon goût, et c'est le point faible du livre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Luc B. TOP 500 COMMENTATEURS sur 29 mai 2006
Format: Poche
L'histoire en deux mots : Silvano perd sa femme et son enfant, assassinés de sang froid par un braqueur en fuite, Rafaello. Celui-ci, arrêté, jugé, purge une peine de 15 ans. Et pendant ce temps, Silvano, détruit, tente de reconstruire sa vie. Mais Rafaello est atteint du cancer, et sortira sans doute plus tôt de prison. Il va logiquement contacter son complice d'alors, et jouir de sa part de butin... Silvano sait que Rafaello est malade, il sait qu'il y a un complice, et il sait qu'il y a un butin...

Raconté ainsi, nous avons une trame classique de polar, avec braquage foiré, et vengeance froide. Sauf qu'avec Massimo Carlotto, tout est dans la forme. Ici, il nous offre un roman à deux voix. Deux narateurs. Silvano nous parle de sa souffrance de se retrouver seul, de sa nouvelle vie, et de la sourde vengeance qu'il met au point, persuadé que son statut de victime sur-médiatisé le met à l'abri des soupçons... Et Rafaello, le meurtrier, nous raconte son quotidien de taulard, de cancéreux, son espoir de sortir le plus vite possible pour récupérer sa part de butin, et partir creuver au soleil.

Tout l'intérêt du bouquin vient de cette construction, de ces deux itinéraires de deux types qui ont tout perdu (l'un sa famille, sa vie, l'autre son fric, sa liberté), tous deux aux portes de la folie. Les barrières du bien ou du mal, les codes de moralité explosent en éclat, toutes les pistes sont rapidement brouillées. Les monstres ne sont pas toujours où on pensent. La souffrance est au coeur de ce livre. La souffrance de la maladie qu'on atténue à coup de drogue.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par cynic63 sur 27 mars 2009
Format: Poche
Raffaello Beggiato, truand plutôt minable et cocaïnomane, braque en compagnie d'un complice une bijouterie en plein après-midi. Mal renseignés sur le système de sécurité de la boutique, ils sont surpris d'entendre retentir l'alarme déclenché par la femme du bijoutier en question. Paniqués, ils se ruent à l'extérieur, l'épouse du commerçant leur servant de bouclier humain. Arrive alors une voiture conduite par une jeune femme, Clara. Enrico, son fils de huit ans, est à l'arrière. Une aubaine pour les voleurs qui s'emparent du véhicule et de ses deux occupants. Une course poursuite s'amorce. Pris de panique, complètement défoncé à la coke, Beggiato assassine les otages alors que son complice parvient à échapper à la police, emportant avec lui les fruits du cambriolage. Animé par un code d'honneur bien particulier chez les truands, Beggiatto refuse de donner le nom de son complice tout en le chargeant pour les meurtres de Clara et Enrico. Chose qui ne pose pas trop de problèmes car les deux compères ont agi cagoulés.
Procès, délibérations. Verdict: perpétuité pour Beggiato.
Quinze ans plus tard... Le criminel apprend qu'il est atteint d'un cancer et qu'il ne lui reste, au mieux, que deux ans à vivre. Il veut demander sa grâce pour pouvoir finir ses jours tranquillement et, surtout, profiter de sa part du butin car il sait avec certitude que son complice la lui a conservée. Code de l'honneur toujours...
D'après la loi, c'est l'avis de la victime qui doit faire pencher la décision.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?