undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles7
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:28,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 février 2015
Il est rare de trouver un ouvrage aussi explicite et qui illustre la rencontre entre les sciences cognitives et l'expérience humaine...
> De l'histoire (les travaux de Merleau-Ponty sur la phénoménologie, l'évolution des sciences cognitives avec le modèle computationnel de l'esprit, le modèle connexionniste et enfin l'enaction),
> Des analogies très intéressantes (la perception des couleurs, la théorie de l'évolution),
> La présentation de l'avénement codépendant, avec un développement sur la roue du Karma... nous y retrouvons aussi de grandes similitudes avec la pensée chinoise, présentée notamment dans l'ouvrage de François JULLIEN (1992) "La propension des choses"
Ce voyage, raconté effectivement avec des mots de tous les jours, débouche sur la Voie Moyenne...
Cet ouvrage, majeur, sera utile à tous ceux qui souhaiteront dérouler un continuum dans l'évolution des Sciences Cognitives et ainsi mieux comprendre les fondements des Thérapies Cognitives et Comportementales et/ou du Coaching Cognitif et Comportemental...
A noter que les PNListes pourront mieux comprendre, à la lecture de cet ouvrage, les fondements de la PNL qui s'articulent sur le modèle computationnel des sciences cognitives... et ainsi, développer sur la base d'une approche "enacté" de nouveau modèle d'intervention...

Au plaisir...

Une pensée et un grand "Merci" à vous, Monsieur Francisco VARELA...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2012
En français de tous les jours, ça donnerait :
Dans ce livre il est question de la science qui s'intéresse au rapport entre le comportement (l'expérience) et le cerveau mais qui est susceptible de rater le lien subtil entre la conscience et la liberté (autonomie) si elle considère le corps comme une machine avec un ordinateur à la place du cerveau. Le point central du livre étant la capacité d'improvisation des organismes vivant dans leurs interaction avec leur environnement (l'énaction). Cette capacité d'improvisation est susceptible d'être humainement développé de manière positive grâce à la méditation. Il existe de nombreuses traditions qui sont toujours vivantes et qui ont développé différentes techniques de méditation. L'arrière plan philosophique de ces traditions (Karma, non-moi) semble s'accorder avec les derniers développements de la recherche scientifique sans qu'il y ait pour autant un consensus sur ces questions.

Les nombreux passages qui concernent les ponts possibles entre phénoménologie, philosophie analytique, neurobiologie et bouddhisme sont passionnants. Les passages qui concernent les questions d'épistémologie (histoire des sciences) ainsi que les passages plus démonstratifs avec analyse d'un exemple sont naturellement plus difficiles à lire.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2009
Du grand Varela. Clarté de l'expression.et surtout un bilan exhaustif des théories du neurobiologiste appliquées à la neuropsychologie.
Pour en finir une fois pour toute avec le clivage corps/esprit qui semble éfinitivement ne plus être pertinent, ni pour comprendre l'homme ,ni pour comprendre son action. Le dualisme, bien pratique pour les marchands d'opium ( du peuple s'entend)de tous bords, enfin mis à mal par l'observation sientifique! Evelyne
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2015
Une culture immense et une langue simple et claire, F. Varela était non seulement un grand scientifique, mais un honnête homme, un passeur entre les cultures. L'auteur quitte le cadre intellectuel de sa culture, pour entrer et adopter celui d'une autre culture très différente. Bravo.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2012
Depuis son émergence en Occident, la science s'est construite en rupture avec l'expérience humaine, avec la façon dont nous percevons les choses. Cette "coupure épistémologique" est à l'origine du schisme entre la science et la philosophie. Or aujourd'hui, la science s'attaque à ce domaine qu'elle avait concédé à la philosophie : l'esprit humain - et c'est ce qu'on appelle les "sciences cognitives". Ce livre montre magistralement que par leurs avancées les plus récentes, dont ils dressent un bilan fort éclairant en lui-même, les sciences cognitives déconstruisent la conception classique du sujet humain que nous a léguée la philosophie. En fait, elles vont si loin dans ce sens qu'elles nous permettent de penser l'esprit en dehors de toute référence à la notion de sujet. Cette "déconstruction" risque de nous désespérer si elle reste confinée au monde de la science, une science bien décidée à envahir tout le domaine qu'elle avait laissé à la philosophie. Il ne faut donc laisser ni à la science ni à la philosophie le monopole de cette déconstruction de l'image classique et rassurante du sujet humain : il faut éduquer notre expérience à la faire pour notre propre compte. Ce livre, entre autres mérites, propose une méthode pour y parvenir. C'est, selon les auteurs, la tradition bouddhique de la "voie moyenne" qui peut nous permettre, existentiellement, de nous voir comme des êtres pensants sans sujet et de faire nôtre, "sans angoisse", une éthique du "sans fond".

Quatrième de couverture de L'inscription corporelle de l'esprit. Sciences cognitives et expérience humaine, Francisco Varela, Evan Thompson et Eleanor Rosh, Seuil, 1993.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2012
F Varela était une immense pointure dans son domaine. On peut donc déjà savoir d'office que c'est une référence.
Moi qui suis (qui essaie) d'être bouddhiste, c'est une très grande satisfaction de lire un livre d'une telle richesse, écrit par un expert mondialement reconnu, jetant des ponts entre "sciences extérieures" ("étude à la troisième personne"), les sciences occidentales, ET "sciences intérieures" ("étude à la première personne"), les sciences orientales en l'occurence ici le bouddhisme. Car le bouddhisme est une SCIENCE, extrêmement précise, pointue, dont les principes d'investigation et d'expérimentation sont très proches des sciences occidentales. On ne parle donc pas de philosophie abstraite ou de recherche farfelue, le bouddhisme est bien une "science" à proprement parler. Et une science riche de 2500 ans d'histoire et de vérifications/remise en question de ses préceptes par un nombre incalculable de "chercheurs", une science, le temps passant je m'en rends de plus en plus compte, d'une connaissance des mécanismes et de la nature de l'esprit humain d'une profondeur inégalée.
En bref, peu auront certainement conscience de l'importance crutiale du rapprochement entre ces deux sciences, plus que de débats théoriques ou philosophiques il s'agit, pour peu que les êtres en prennent conscience, d'une croisée des chemins qui dans un futur proche ou lointain peut avoir des répercussions fondamentales sur nos vie. Et c'est bien la réalité. Car l'auteur traite ici de la chose la plus fondamentale dans la vie d'un individu sans même que celui-ci s'en rende compte: ce sentiment de "moi", "je" suis. Une analyse profonde de ces principes revient, d'après tous les Sages qui ont expérimenté cette voie, à remettre totalement en cause notre façon de vivre notre existence.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un pont jeté entre les pratiques introspectives et la science. ça ne plait pas à tout le monde! en tout cas, une hypothèse passionnante, l'enaction, qui évite le vertige solipsiste du constructiviste et développe une théorie conséquente de l'autonomie.
A lire absolument par tous ceux qui réfutent la réification comportementaliste où sombrent les praticiens des approches cognitives sans vouloir abandonner la rigueur scientifique.
11 commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus