EUR 10,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 2,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'insoutenable légèreté de l'être Poche – 12 janvier 1990


Voir les 8 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 10,00
EUR 8,81 EUR 4,34
Reliure inconnue
"Veuillez réessayer"

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'insoutenable légèreté de l'être + La Vie est ailleurs + Risibles amours
Prix pour les trois: EUR 25,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Amazon.fr

Tomas et Teresa sont les deux pôles du roman. Faut-il choisir de porter le poids du passé sur ses épaules, comme Teresa qui ne peut se passer de la Tchécoslovaquie, qu'elle a pourtant fuie après le Printemps de Prague, de même qu'elle ne peut vivre sans Tomas, ce mari qu'elle chérit d'un amour jaloux et, par-là, à jamais insatisfait ? Ou bien faut-il préférer à cette pesanteur la légèreté de l'être qui caractérise Tomas et Sabina, la maîtresse amie qui seule peut comprendre le médecin séducteur explorant les femmes comme s'il disséquait des objets d'étude au scalpel ? Ne sachant quelle orientation est la plus supportable, le roman offre tour à tour le regard des différents personnages. Même le chien Karénine a droit au chapitre. Mais ce ballet incertain teinté d'irréalité apparaît vite comme une interrogation dialectique qui oscille entre réflexion et délire poétique pour aboutir à la conclusion que la pesanteur et la légèreté, pareillement insoutenables, ne procèdent jamais d'une décision véritable. --Sana Tang-Léopold Wauters

Revue de presse

Nouvelle édition. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 2,50
Vendez L'insoutenable légèreté de l'être contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 2,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 476 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Tra (12 janvier 1990)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207038165X
  • ISBN-13: 978-2070381654
  • Dimensions du produit: 2,5 x 10,8 x 17,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (44 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 2.099 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cinho512 TOP 500 COMMENTATEURS sur 18 avril 2013
Format: Poche Achat vérifié
Ce roman m’a profondément ému.

De par sa poésie, sa douce et légère mélancolie, sa profonde réflexion sur les rapports Hommes-femmes et leurs questions existentielles, la question du communisme ou encore le sens de la vie, Milan Kundera nous offre un roman d'amour et de réflexion grandiose.

Ce roman débute à Prague et se déroule dans le contexte de la Tchécoslovaquie du Printemps de Prague, puis de l'invasion du pays par l'URSS.
Ici on suit le parcours de personnages aux caractères diverses ou singulier, qui se croisent dans la "Mitteleuropa", entre amour ou désillusion, grandeur ou bassesse, avec une vérité et une vitalité profonde.

Leurs manières de vivre et de régirent leurs destinées sont posées pour une réflexion sur la condition humaine, la liberté, mais surtout la légèreté ou la pesanteur.
Comme son nom l'indique, le roman place la réflexion centrale sur la "légèreté" et son opposé, "la pesanteur", d'après la définition de Parménide , celle d'une légèreté noble et salvatrice et d'une pesanteur basse.

De plus, par sa structure en chapitres courts, le roman passe d'une scène à l'autre, d'un personnage à l'autre pour faciliter et rendre encore plus agréable la lecture.
Personnellement, la dernière partie, qui tourne autour de la mort du chien m'a particulièrement touchée et la mort plane sur ces Hommes.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
28 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par Damien Coullon TOP 1000 COMMENTATEURS sur 21 août 2008
Format: Poche
Récit de la souffrance qu'engendre la pureté ou même simplement le désir de la pureté. Exploration de l'amour, entre désir physique et attachement plus difficile à cerner : "L'amour ne se manifeste pas par le désir de faire l'amour (ce désir s'applique à une innombrable multitude de femmes) mais par le désir du sommeil partagé (ce désir-là ne concerne qu'une seule femme)".

Kundera nous raconte ainsi la relation de Tomas, qui, dans sa légèreté, cherche "le millionième de dissemblable dans chaque femme", ce que chacune d'elle a "d'inimaginable", et Tereza, prisonnière de sa quête de la pureté. Le tout autour du Printemps de Prague.

L'insoutenable légèreté évoque un croisement entre Nietzsche et Zweig : texte ciselé, capacité à faire d'un rien une histoire, sens de l'observation et de la formule, traitement avec un détachement brillant et parfois caustique, mais toujours avec légèreté. Mon premier Kundera, et certainement pas mon dernier.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
46 internautes sur 51 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client sur 28 février 2002
Format: Broché
Dès les premières pages, ce livre m'a surpris par son originalité et sa vision de l'existence. L'introduction est un chef d'oeuvre, que j'ai lu 4 fois desuite pour la savourer.
Dans cet ouvrage Kundera pose des questions essentielles et en y repondant, nous assure que toute réponse est discutable mais que les choix sont irréversibles. Les personages sont très proches de nous, bien plus qu'on l'attendrait d'une oeuvre à la limite de l'essai et située en Europe de l'est. L'histoire est si brillamment dirigée, pleine de sens et si riche en surprises qu'a ma plus grande surprise il s'agit d'un roman.
Peut-etre le meilleur livre que j'ai lu. A garder en haut de l'étagère car je le relirai sans doute bientot.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par Esteban Miro sur 6 mai 2004
Format: Poche
Etonnant écrivain que Milan Kundera... Surprenante vision que celle de l'auteur tchèque. Déroutantes réflexions que celles contenues dans ses œuvres... A mesure que défilent les pages, on se pose une question : lui qui connaît la Bible sur le bout des doigts n'est-il pas en réalité un suppôt de Satan ? Un fils de Caïn ?
L'Insoutenable Légèreté de l'être semble partir dans tous les sens. Un quatuor infernal s'articule autour de Thomas, chirurgien dans la vie, libertin dans l'âme , Teresa, photographe sur le tard, amoureuse possessive au possible, Sabina, artiste libre et libérée, papillon éphémère dans ses relations sentimentales, et enfin Franz, érudit à la curiosité inlassable, en quête de l'amour fusionnel. Les bases d'un excellent vaudeville pourraient être posées, or, l'œuvre de Kundera ne peut être cataloguée dans le roman d'amour. Ses réflexions se concentrent certes autour du sentiment amoureux, mais elles s'étendent à d'autres sphères, telles que l'homme et l'Histoire (l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie), le kitsch (état transitoire entre la mort et l'oubli) et surtout, la relation entre Homme et Animal. Le chien de Teresa et Thomas, Karenine, donne un échos particulièrement déroutant de ce qu'aurait pu être la relation amoureuse entre Adam et Eve...
Fils de Caïn ? Pourquoi pas... Kundera nous dévoile, avec ce style enfantin qui semble l'amuser au plus haut point (il corrige les traductions lui-même), la plupart de nos contradictions à nu. On se reconnaît dans chacun des personnages, tant dans leurs souffrances que dans leur extase.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?