Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Lire Bastiat: Science sociale et libéralisme Broché – 4 avril 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 53,41

A court d'idées pour Noël ?

A court d'idées pour Noël ?
Découvrez dès aujourd'hui toutes nos Idées Cadeaux Livres. Vous trouverez sur nos étagères des milliers de livres disponibles pour combler ceux que vous aimez.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Économiste, journaliste et homme politique, Frédéric Bastiat est l'une des figures marquantes du XIXe siècle français. Mieux que quiconque à son époque, il a incarné la bataille du libéralisme et de la science contre le socialisme et l'utopie. Ses combats pour l'idée de liberté, son engagement en faveur de l'économie politique, font de lui, pendant un peu plus d'une demi-décennie, c'est-à-dire entre 1844 et 1850, l'un des principaux porte-parole du libéralisme économique en France. Avec détermination, opiniâtrement, parfois en solitaire, il s'est à maintes reprises attaqué aux principaux doctrinaires socialistes de son temps qu'il qualifiait avec son bel humour de «pétrisseurs de l'argile humain».
De son milieu, Bastiat en a fait le procès : Louis Blanc, Victor Considérant, Pierre-Joseph Proudhon, Charles Fourier, Pierre Leroux, Etienne Cabet, pour ne nommer qu'eux, ont été peints sous sa plume à la fois comme les ennemis de la liberté et comme les adversaires de l'économie politique. Opposé aux systèmes mis en place par ces auteurs, qui forment par ailleurs un groupe assez hétérogène, Bastiat défend une méthode qui s'appuie essentiellement sur le comparatisme. Cette méthode, qui est celle aussi d'Adam Smith, de Jean-Baptiste Say, de Charles Dunoyer, permet d'expliquer, par exemple, pourquoi le libre-échange a-t-il rencontré autant d'hostilité en France alors qu'il a été reçu favorablement en Angleterre. Elle permet aussi d'identifier chez les individus les raisons, les desseins et les motivations qui sont à l'origine du vote. Elle permet enfin de saisir par quels mécanismes cognitifs les sophismes en viennent à se cristalliser en idées reçues. Bastiat ne se limite donc pas à l'étude de phénomènes habituellement réservés aux économistes, comme la production et la circulation de la richesse, de sa répartition et de sa consommation; comme les plus grands, il considère l'économie politique beaucoup plus largement encore, au point où, en lisant son oeuvre, on arrive difficilement à en cerner les limites. On ne doit certes pas y voir une lacune, mais au contraire une remarquable qualité qui témoigne de l'envergure d'un propos résolument inter­disciplinaire. On décèle tout de suite que Bastiat n'est pas un économiste orthodoxe ; le poids qu'il a accordé aux idées, aux croyances, l'ont rendu un peu étranger à sa propre communauté scientifique.
Bastiat a rêvé de liberté, à l'institution d'une société fondée sur la responsabilité et l'autonomie individuelles. Surtout qu'après 1848, l'étatisme, il en a suffisamment parlé, s'imposait à ses yeux comme un obstacle à la liberté. D'où son combat, avec quelques fidèles alliés, en faveur d'un régime authentiquement libéral; d'où ses désaccords et ses innombrables querelles avec les élites intellectuelles et les décideurs. Sans doute, il lui est arrivé de s'être emporté, parfois même jusqu'au lyrisme, par ses propres aspirations, par ses convictions intimes. Cela, pour plusieurs économistes, jette quelque ombre sur sa contribution scientifique. Cette réserve est légitime. Mais elle risque d'occulter l'essentiel, à savoir que l'oeuvre de Bastiat repose en général sur un argumentaire scientifiquement solide. Il s'est d'ailleurs très tôt convaincu que l'économie politique pouvait produire un savoir scientifique comparable à celui des sciences naturelles. Dans de multiples écrits, il a répété que la matière sociale était un sujet d'observations, non d'expérimentations. Positiviste, Bastiat l'a été, mais à sa manière, dans un sens fort différent en tout cas de celui d'Auguste Comte et de ses disciples. Il a refusé de croire par exemple, et ce fait est important, que les sciences sociales et les sciences naturelles devaient embrasser des principes méthodologiques communs. Du reste, Bastiat était persuadé que l'explication des phénomènes sociaux se trouvait essen­tiellement dans la psychologie des individus. Loin d'être une simple abstraction, encore moins une «molécule passive», l'individu était d'abord à ses yeux un objet concret, un être «pensant» et «rationnel» sur lequel devaient s'édifier les sciences sociales. La remarque est importante ; elle dévoile, à elle seule, une méthode et un programme de recherche.

Biographie de l'auteur

Robert Leroux enseigne la sociologie à la Faculté des Sciences sociales de l'Université d'Ottawa.


Détails sur le produit

  • Broché: 237 pages
  • Editeur : Editions Hermann; Édition : 1re (4 avril 2008)
  • Collection : Société et pensées
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2705667156
  • ISBN-13: 978-2705667153
  • Dimensions du produit: 21 x 1,8 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 823.331 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Catherine C. sur 18 juin 2008
Format: Broché
Dans ce remarquable ouvrage sur Frédéric Bastiat - un penseur passionnant mais, hélas, trop peu connu de nos contemporains -, Robert Leroux analyse avec brio l'oeuvre de celui qui fut l'un des plus ardents défenseurs du libéralisme au XIXe siècle.

Bastiat gagne à être connu, ne serait-ce que pour sa critique du socialisme. Auteur hors pair, Bastiat a su discerner avec exactitude l'absurde logique du socialisme et les incohérences inhérentes à cette utopie avant même ses premiers balbutiements. On peut le considérer comme l'un des pionniers du libre-échange et un protagoniste de la non-intervention de l'État dans toute sphère de la vie privée. De par ses positions qui tranchaient nettement avec celles de ses compatriotes, il fut souvent l'objet de critiques acerbes de la part d'intellectuels de tout acabit qui ne le prenaient guère au sérieux.

Bastiat nous prévient de ne pas nous laisser séduire par les attraits de cette idéologie fort attirante pour certains qu'est le socialisme. Car à terme, sans trop s'en rendre compte, nous cédons de plus en plus de terrain à un État qui étouffe les libertés individuelles, anesthésie l'esprit de créativité (condition nécessaire à la création de richesses), déresponsabilise les gens qui s'en remettent toujours davantage à un État toujours plus puissant et plus contrôlant, ce qui a pour conséquence d'écraser la société et de tuer la véritable solidarité entre les hommes, cette solidarité qui ne s'impose pas par des lois.

Je vous suggère fortement de vous procurer ce livre qui se lit comme un roman mais avec toute la rigueur scientifique à laquelle Robert Leroux nous a habitués.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par J. G. Hulsmann sur 7 mai 2008
Format: Broché
L'auteur discute les principaux thèmes abordés dans les écrits de Frédéric Bastiat. Il s'appuie sur une connaissance appronfondie de la littérature primaire et secondaire, à laquelle il renvoie dans un grand nombre de notes en bas de page. C'est un vrai travail de fond qui profitera à tous les lecteurs quel que soit leur niveau. En plus il est écrit dans un langage clair et accessible. Je ne connais pas de meilleure introduction à l'oeuvre de Bastiat.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?